À ne pas rater ce jeudi à Québec : présentation d’une installation sonore d’Érick D’Orion

Catégories:

Vous êtes conviés à une première présentation publique et rencontre avec Érick d'Orion pour le développement de son installation solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianistes. Accueilli en résidence au studio d'Essai de Recto-Verso du 19 au 29 mars, l'artiste y présentera l’état de son travail effectué pendant son séjour lors d'un 5 à 7 sympathique. Ce jeudi au studio d'Essai de la coopérative Méduse. Entrée libre.

A piano is said to be ruined (rather than neglected or devastated) when it has been abandoned to all weathers, say on a sheep station or tennis court, with the result that few or none of its notes sound like that of an even-tempered uptight piano.

A Ruined Piano has its frame and bodywork more or less intact (even though the soundboard is cracked wide open, with the blue sky shining through) so that it can be played in the ordinary way.

All that fine Nineteenth century European craftsmanship, all the damp and unrequited loves of Schumann, Brahms and Chopin dry out and degrade into a heap of rotten wood and rusting wire. The pianola’s dusky melodies become the harsh and common parlance of dogs, crows and sheep station owners complaining about the drought.
(World Association for Ruined Piano Studies (http://www.warpsmusic.com)

Un espace audio qui invite le spectateur à revoir et à réentendre l’objet quasi familier qu’est le piano du point de vue « concret », c'est-à-dire en utilisant l’objet sans le concours d'intermédiaires « classiques » (partitions, interprètes). 6 pianos de différentes époques répondent aux impulsions de moteurs désaxés disposés sur leurs structures. Les instruments comme surfaces vibrantes, caisses de résonance.

Érick d’Orion

Musicien autodidacte, artiste audio et compositeur résidant à Québec depuis 1993.
Concentrant en grande partie ses recherches audio sur le maximalisme numérique, il effectue un travail qui se rapproche étroitement du noize, de la musique concrète et, curieusement, du free jazz et de l’électroacoustique! C’est avec son duo morceaux_de_machines, avec Aimé Dontigny, que ces esthétismes prennent le plus souvent vie, en spectacle ou sur disque, sous forme d’improvisations. Cette facette de son travail a été présentée à l’échelle provinciale, nationale et internationale.
Son travail en installation audio aborde des réflexions principalement reliées à la réinterprétation, l’appropriation et la relecture de certains concepts de l’histoire de l’art, en particulier la musique concrète, le dadaïsme et le futurisme.

L’artiste tient à remercier le Conseil des Arts et des Lettres du Québec, ainsi que Recto-Verso et La Chambre Blanche pour la réalisation de cette œuvre.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon