Nathalie Dionne rayonne en France grâce à Thalie Paris, une marque de haute maroquinerie éco-conçue

Catégories

Image

crédit photo Anaelle Duguet x  Thalie © cynthia Lin Hong

Le saviez-vous? La fondatrice de la jeune marque parisienne fait un tabac à Paris, où l’on célèbre ses créations conçues à partir notamment de cuir de saumon issu du recyclage industriel agroalimentaire de la bannière Sushi Shop.

Née en Allemagne de parents québécois, basée à Paris depuis 2002, ayant officié en tant que styliste, directrice de style et directrice créative pour de grands groupes à l’international, Nathalie a réussi un véritable tour de maître, soit de réconcilier avec harmonie style, raffinement, luxe et écoresponsabilité. 

C’est que Thalie Paris (Thalie étant le diminutif de Nathalie et signifie La Florissante en grec ancien) vient tout juste de présenter sa collection au Palais de Tokyo lors du TRANOÏ Show, en plus d’avoir rejoint le calendrier officiel de la Monte-Carlo Fashion Week 2021. Novateur dans tous les sens du terme, et ce, jusqu’au showroom virtuel ultra somptueux digitalisé, Thalie X Frédéric Monceau. Il faut absolument y jeter un coup d’oeil!

Les sources d’inspirations de la maison tirent leur origine du Palais de Tokyo, une splendeur architecturale et haut lieu de la culture, ainsi que du 16e arrondissement, troqué de musées et de lieux incontournables tels que le Trocadéro, le Palais de Chaillot et le bois de Boulogne. «Mes racines québécoises ont été déterminantes dans mon ouverture sur le monde, grâce à une éducation à mi-chemin entre la France et le rêve américain. Je me considère cependant comme une Parisienne du monde, et souhaite inviter toutes les femmes à se sentir parisiennes grâce à Thalie!», explique l’entrepreneur visionnaire.

Le label de haute maroquinerie comprend trois gammes matières innovantes : la collection «Sushi» conçue en Squama®, un cuir de saumon coproduit de l’industrie agroalimentaire fourni par la tannerie française Ictyos Cuir Marin de France ; la «Cactus», ligne vegan certifiée PETA en fibre de cactus provenant du Mexique ; et la collection «Upcycled» manufacturée à partir de stocks dormants de cuirs provenant de l’industrie du luxe. Au sujet de la confection, Nathalie signale que « le cuir de saumon recyclé a cette particularité d'être limité dans sa surface. En effet, la peau d'un saumon est beaucoup plus étroite que celle, par exemple, d'un agneau. Cela implique donc un réel défi de design afin d'apprivoiser cette contrainte, en réalisant notamment des patchworks pour couvrir de plus grandes surfaces. L'usage de nouveaux matériaux a également requis un grand travail de contrôle qualité : Thalie Paris étant parmi les premières marques au monde à utiliser le cuir de saumon recyclé et l'alter-cuir de cactus pour la conception de sacs, il nous a été donné de réaliser un important travail de production afin de s'adapter aux différentes réponses de ces matériaux encore peu connus ».

Mais se tailler une place de choix dans un univers quasi impénétrable et en pleine pandémie de surcroit, demeure un défi de taille. « Le plus grand défi est de parvenir à réinterpréter le chic parisien, ce concept mythique et intouchable. Ces dernières décennies, l'industrie du luxe a su imposer des codes stricts et a habitué sa clientèle à des standards particuliers en termes de qualité et de storytelling. Le luxe à la parisienne est une institution qui semble difficile à bousculer. Notre défi est de prouver que le luxe parisien est compatible avec l'émergence de nouveaux matériaux plus respectueux de l'environnement, et qu'il est possible d'être une marque de luxe parisienne et éco-responsable », souligne Mme Dionne.

Car avouons-le : le luxe éthique est le nouveau pari de l’industrie. De plus en plus, les maisons prestigieuses se mettent à l’heure du développement durable. Est-ce la designer s’est heurtée à certaines idées préconçues ou préjugés en cours de route? «Je crois qu'il ne s'agit plus de convaincre la clientèle de consommer des produits éco-conçus: les ravages de la fast fashion et les gaspillages de l'industrie du luxe ne sont plus un secret pour personne, et nombreux sont les consommateurs à la recherche de produits éco-conçus. (…) de nombreuses clientes habituées (et lassées) des grandes maisons sont désormais à la recherche de marques émergentes: sur le concept, il n'est donc pas difficile de convaincre la clientèle de consommer des produits éco-conçus. Ce que nos clientes recherchent au-delà de l'éco-conception, c'est une qualité et un design qui leur permettront de porter un sac Thalie plusieurs années. Étant donné l'ouverture d'esprit dont font déjà preuve les consommateurs, nous recevons un retour très positif sur le cuir de saumon recyclé et l'alter-cuir de cactus avec assez peu d'idées reçues: notre objectif est maintenant de leur prouver que ces matériaux innovants sont tout aussi résistants et qualitatifs que les cuirs traditionnels que nous avons connus jusqu'ici ».

Ces sacs à la fois racés et élégants se sont pas seulement avant-gardistes – ils conjurent avec brio l'élégance d'un sac parisien à l'innovation et la durabilité.  «La marque Thalie Paris ne vend pas seulement un concept innovant, mais elle propose également un véritable travail artistique. Ma plus grande joie est de voir des femmes tomber amoureuses d'un sac avant même de connaître l'histoire de ses matériaux : Thalie Paris est une marque complète, qui plaît autant pour son design que pour son éco-conscience», résume la créatrice, pour qui le principal objectif est de faire de Thalie une marque pionnière du luxe durable et un modèle de créativité de l'économie circulaire, que son label devienne une référence tout autant en termes d'éco-responsabilité qu'en termes de design. Nathalie Dionne souhaite aussi développer des collaborations avec de grandes marques ainsi que son rayonnement à l’international.

Parions que Thalie Paris est promise à un très bel avenir!

 

Pour de plus amples infos : Thalie Paris