MUTEK 2010 - Vol de nuit (2)

Début de l'événement: 

04 juin 2010 - 00:00
Catégories:

La suite de mes pérégrinations nocturnes au Mutek.

NOCTURNE 3 : Bass un jour, bass toujours...

La nocturne du vendredi soir, a rassemblé une foule plus importante pour un « Chassé croisé » entre la SAT et le Club Soda. Une programmation définitivement orientée sur des sonorités lourdes! Pour la première fois au Canada, l'artiste underground ACTRESS a intégré un set dark et dubstep dans la scénographie cimentée du Club Soda. Progressant avec méthode, l'anglais s'est joué de nous en faisant monter la tension et la faire aussitôt redescendre avec cette réserve qui caractérise autant son personnage que son style musical. Me voilà maintenant sur le chemin de la SAT pour KING MIDAS SOUND. Avec ce nouveau projet, Kevin Martin, tête pensante The Bug, s'est entouré au chant de la japonaise Hitomi et du jamaïcain Roger Robinson. Certes, l'analogie avec Massive Attack est incontournable, mais la formation s'inscrit plus radicalement dans le dub bass plutôt que dans le trip hop. C'est en tout cas une performance puissante et hypnotisante que les trois nous ont livré en première américaine. IKONIKA, aka Sarah Abdel-Hamid, a pris le relais. Défendant avec brio son dernier opus « Contact, Love, Want, Have », la grande dame du dubstep a véritablement conquis la scène, les corps se déchaînant à l'unisson. Retour au Club Soda pour terminer la soirée avec SHED. Cet artiste phare de la scène techno allemande actuelle a retourné la salle bondée avec son set laissant un goût de trop peu en quittant la scène au deuxième rappel...

NOCTURNE 4 : Bouge ton corps!
Samedi soir, un gros événement pour « Casser la baraque » au Métropolis. Tandis que MOVE D ouvrait dans la grande salle, la curiosité m'a menée au Savoy pour découvrir la première prestation canadienne du duo de Belgrade WOO + INCREDIBLE BOB. Avec sa guitare, Woo construit un son expérimental assez noisy. En amplifiant des bruits électromagnétiques inaudibles grâce à son éventail de pédales à effets, il construit un son très saturé pour nous offrir un voyage intimiste. Pendant ce temps-là, son acolyte Incredible Bob projetait des visuels glitchy en toile de fond. Ce fut une belle occasion pour les premiers arrivés de prendre des forces pour la suite de la soirée. Car ce qu'il ne fallait absolument pas rater, c'est la performance en première mondiale du montréalais GUILLAUME COUTU DUMONT accompagné de musiciens regroupés sous le nom de THE SIDE EFFECTS. La performance live a soulevé les foules avec sa house tantôt disco tantôt jazzy. Au grand bonheur de tous, le maître de cérémonie s'est même laissé tenter par quelques improvisations au tamtam! Ce fut donc un spectacle très catchy, empreint de fraicheur malgré la chaleur dégagée par les déhanchements effrénés de la salle comble. De retour au Savoy, D NUMBERS, trio à la base rock, nous a servi en première canadienne son énergie brute. Le trio américain échantillonne et construit au fur et à mesure un son très dansant, résultat garanti! C'est finalement avec HENRIK SWARTZ et sa house funky que j'ai terminé cette soirée délirante. L'allemand a su fièrement reprendre la flambeau de la bande à Guillaume en ne laissant aucune opportunité de repos aux pieds déjà endoloris par ce marathon!

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon