Montréal - L'Avare de Molière au Festival juste pour rire

Début de l'événement: 

15 juin 2010 - 00:00
Catégories:

Si Molière vivait aujourd’hui, c’est assurément à Juste pour rire qu’il créerait ses œuvres, tant l’auteur et le Festival ont toujours été animés par la même volonté de faire rire « les honnêtes gens », c’est-à-dire le grand public. Jean-Baptiste Poquelin s’étant éteint en 1673, c’est à Serge Postigo que revient cet été la noble tâche de monter L’Avare dans le cadre du Théâtre Juste pour rire. Un Avare authentique, avec une mise en scène lumineuse qui fera regretter à Harpagon ses économies de bouts de chandelles. Et un Avare dynamique, porté par la fougue et le talent de Luc Guérin, Bruno Marcil, Salomé Corbo, Éric Bruneau, Sophie Desmarais, Frédéric Blanchette, Karine Belly et Marc Beaupré.

Écrite en prose – fait très rare pour une œuvre en cinq actes à cette époque –, la pièce est souvent considérée comme la plus accessible du répertoire de Molière… mais pas la moins piquante! Elle met en scène Harpagon, un bourgeois veuf et tyrannique qui gère sa richesse comme les relations amoureuses de ses enfants : sans cœur et sans scrupule.

Son fils Cléante aime Mariane, jeune fille ravissante mais sans fortune. Sa fille Élise aime Valère, un gentilhomme qui, pour rester auprès de sa belle, s’est fait engager en qualité d’intendant du père. Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes si le vieu grippe-sou n’avait décidé 1) d’épouser Mariane, la dulcinée de son fils; et 2) de marier sa fille à un vieillard et son fils à une veuve. De quoi contrarier méchamment les amoureux… et comiquement l’histoire. Surtout si on ajoute à celle-ci, entre autres ingrédients et sans aucune économie : de savoureux quiproquos, autant de vilains mensonges, de belles intrigues, des grosses colères, des disputes tonitruantes, des ruptures fracassantes, un valet narquois, une entreprenante entremetteuse, un fin cuisinier, de l’argent, encore de l’argent … et une fin heureuse.

Pour donner à cette saga familiale le faste et le rythme qui lui siéent, Juste pour rire à fait appel à Serge Postigo qui, après le succès de Boeing Boeing l’an passé, a pris goût à l’expérience de la mise en scène! Et c’est Luc Guérin, l’incroyable François du Dîner de cons présenté par le Théâtre Juste pour rire il y 15 ans, qui enfilera les chaussons d’Harpagon.

Le rôle de Cléante sera interprété par Bruno Marcil, qui n’en est pas à son premier Avare et qu’on a récemment pu voir à la télévision dans Roxy et Bienvenue aux dames. Du côté des dames justement, c’est Salomé Corbo qui portera la jupe, l’honneur et le caractère d’Élise. Cette pro de l’impro, scénariste accomplie (Les États Humains) et metteure en scène de talent (Le Feuilleton) a fait craquer le public dans Dieu Merci!, Annie et ses hommes et Minuit le soir. Éric Bruneau (Les États-Unis d’Albert, Ma fille, mon ange, Les pieds dans le vide), Sophie Desmarais (Victoria, Les Grandes Chaleurs), Frédéric Blanchette (Horloge biologique, Les Bougon, Les Étoiles filantes), Karine Belly (For Ever Mozart de Jean-Luc Godard, Les Bronzés 3, Neuf, Boeing Boeing) et Marc Beaupré (Les Lavigueur, Gaz Bar Blues, Le Négociateur, Le Gentleman) complètent la distribution.

Dans le cadre du 28e Festival Juste pour rire. L’AVARE de Molièreau Monument-National dès le 15 juin prochain.

Mise en scène : Serge Postigo
Avec Luc Guérin (Harpagon)
Bruno Marcil (Cléante)
Salomé Corbo (Élise)
Éric Bruneau (Valère)
Sophie Desmarais (Marianne)
Frédéric Blanchette (Maître Jacques)
Karine Belly (Frosine)
et Marc Beaupré (La Flèche)

Proposés à partir de 44,95$, les billets sont en vente à la Billetterie Juste pour rire, 514 845-2322 et à celle du Monument-National, 1182, boul. Saint-Laurent à Montréal, 514 871-2224.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon