L'OSM annonce deux nouveaux albums sous la direction de Kent Nagano

Catégories

Image

L’automne 2015 chez Analekta et à l’Orchestre symphonique de Montréal prendra les couleurs des œuvres de Camille Saint-Saëns. Ayant largement contribué au répertoire pour soliste et orchestre, le compositeur occupe une place de choix dans l’histoire de la musique française. Des œuvres de Saint-Saëns sont à l’honneur sur deux nouveaux albums de l’OSM qui paraîtront conjointement le 23 octobre, soit L’intégrale des concertos pour violon de Saint-Saëns et Symphonie et créations pour orgue et orchestre.

Les trois concertos pour violon de Saint-Saëns avec Andrew Wan
L’Orchestre symphonique de Montréal, dirigé par maestro Kent Nagano, ajoute une intégrale à son vaste répertoire de la musique française du 19e siècle en gravant pour la première fois les trois concertos pour violon de Camille Saint-Saëns, interprété avec brio par Andrew Wan, violon solo de l’OSM, et enregistrés lors de concerts donnés à la Maison symphonique de Montréal en novembre 2014. La composition de ces concertos s’est échelonnée sur un peu plus d’une vingtaine d’années. Grand ami de Camille Saint-Saëns, Pablo de Sarasate est le dédicataire et créateur des Premier et Troisième concertos, alors que c’est le violoniste français Achille Dien qui créa le Deuxième en 1860 à Paris, Salle Erard. Cet enregistrement est rendu possible grâce au généreux soutien de monsieur David B. Sela.

Andrew Wan est aussi à l’aise comme soliste, chambriste et violon solo dans un orchestre. En 2008, il a été nommé violon solo de l’Orchestre symphonique de Montréal, ce qui a fait de lui l’un des plus jeunes musiciens à occuper cette fonction dans un orchestre symphonique important. Sa relation avec l’OSM a commencé alors qu’il était soliste dans le Concerto pour violon d’Elgar, prestation reconnue comme l’un des deux plus grands moments musicaux de 2007 par La Presse.

La Symphonie no 3 « avec orgue » de Saint-Saëns et deux créations pour orgue et orchestre
Pour l’album Symphonie et créations pour orgue et orchestre, l’OSM, sous la direction de Kent Nagano, est fier de présenter l’enregistrement des concerts inauguraux du Grand Orgue Pierre-Béique qui ont eu lieu à la Maison symphonique de Montréal en mai et juin 2014. Olivier Latry, organiste émérite de l’OSM, et Jean-Willy Kunz, organiste en résidence, mettent tour à tour en lumière les multiples possibilités de cet instrument plus grand que nature, opus 3900 de la maison Casavant Frères. Le Grand Orgue Pierre-Béique a été généreusement offert à l’OSM par madame Jacqueline Desmarais. Il est nommé en hommage au fondateur et premier directeur général de l’Orchestre de 1939 à 1970, mélomane engagé et gestionnaire avisé qui a consacré sa vie à l’OSM.

Dans un programme qui met en vedette le dernier des nombreux atouts de la Maison symphonique, l’OSM interprète d’abord avec Olivier Latry la célèbre Troisième symphonie « avec orgue » de Saint-Saëns, une œuvre atypique dans la carrière du compositeur et avec laquelle presque aucune autre ne rivalise en termes de grandeur, de majesté et de pure opulence tonale. Une première mondiale poursuit l’enregistrement. Il s’agit d’une commande conjointe de l’OSM, de l’Orchestre national de Lyon et du Southbank Centre de Londres, Maan varjot pour orgue et orchestre de la Finlandaise Kaija Saariaho, interprétée par Olivier Latry et dédiée à la mémoire d’Henri Dutilleux. Saariaho fait indéniablement partie des compositeurs contemporains les plus importants de son pays et a reçu des commandes d’œuvres des plus prestigieuses organisations musicales ainsi que de nombreux prix. La version numérique de l’album comporte une œuvre additionnelle, la Fantaisie et Fugue sur B.A.C.H. de Franz Liszt, dans une transcription pour orgue et orchestre réalisée par le chef d’orchestre français Jean-Marc Cochereau, fils du célèbre organiste de Notre-Dame Pierre Cochereau, qui met pleinement en valeur la colossale puissance du Grand Orgue Pierre-Béique. Enfin, A Globe Itself Infolding pour orgue et orchestre, œuvre commandée par l’OSM au compositeur et chef d’orchestre montréalais Samy Moussa et interprétée par Jean-Willy Kunz, complète l’album.