«Loin de Bachar» - Un documentaire humain qui touche droit au cœur

Catégories

Image

Loin de Bachar

En repensant au documentaire Loin de Bachar de Pascal Sanchez, trois mots me viennent à l’esprit : humanité, entraide et partage.

Loin de Bachar raconte l’histoire des Al-Mahamid, une famille syrienne qui, à cause de l’oppression et de la guerre en Syrie, a dû fuir pour sa sécurité. Nous suivons le récit du père, Adnan Al-Mahamid, qui raconte comment et pourquoi lui, sa femme et ses quatre enfants ont immigré à Montréal. Au travers de ces confessions, nous voyons Basmah, la mère, tentant de rejoindre par appel la famille qui cherche à survivre en Syrie ainsi que les enfants, Basmel, Raniah, Saja et Ali qui vont à l’école ou vaquent à leurs activités.

Loin des siens

Immigrer parce qu’on aime la culture et les valeurs d’un autre pays, c’est une chose. Immigrer pour fuir la guerre, c’est autre chose.

Les Al-Mahamid se sont installés confortablement à Montréal et se sont intégrés à la société québécoise. Adnan, Basmah et leurs enfants se portent bien et peuvent vivre comme ils l’ont toujours voulu. Malheureusement, en étant loin du reste de leur famille et de leurs ami(e)s, chacun(e) souffre à différente échelle de cet éloignement et surtout, du fait que la Syrie est encore un endroit où règnent le chaos et l’imprévisibilité.

Tout au long du documentaire, Basmah essaie de contacter ses proches en envoyant des messages ou en les appelant. Les réponses sont différées – ponctuées – et l’attente se fait lente. Cet éloignement semble s’être transformé en solitude pour Basmah qui s’inquiète constamment.

Quant à lui, Adnan est tout aussi dévasté par cette époque de sa vie qui le hante toujours. Ayant participé aux soulèvements populaires contre Bachar Al-Assad, le père de famille a auparavant été emprisonné en plus de voir trois de ses frères prisonniers dans cet engrenage. Alors qu’il lit une lettre écrite par sa nièce pour l’un de ses frères disparu depuis 2012, Adnan est ému, raconte son histoire en restant intègre.

Cette douleur causée par le passé et l’éloignement toucherait n’importe quel être humain et Loin de Bachar est certainement un documentaire qui présente à l’écran l’essence même de l’humanité – un amour sans limites pour ses proches que porte chaque membre de la famille Al-Mahamid.

Basmah et sa fille Saja

La vie continue

En immigrant, Adnan et Basmah ont donné à leurs enfants une vie dans laquelle ils sont en sécurité et peuvent vivre librement.

Les enfants poursuivent l’école et leurs activités parascolaires. Nous suivons notamment Basel et Raniah qui vont au secondaire et apprennent le français. À la table, ils s’entraident, se demandent conseil, étudient ensemble. Les deux aînés aident aussi la troisième jeune fille, Saja qui fait ses leçons à côté. Quant à lui, le petit Ali s’amuse avec ses jouets.

Alors que les parents sont imprégnés par la douleur du passé, les enfants se débrouillent et apprennent qui ils sont. Les voir s’épanouir de la sorte et prendre confiance en eux est à la fois émouvant et encourageant. Certes, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, mais malgré les difficultés que rencontrent parfois les Al-Mahamid, les quatre enfants sont heureux, en santé et pleins de passions.

L’immigration et l’entraide

Bien qu’il ait vécu l’impensable, Adnan fait maintenant partie de la communauté de Montréal. Il travaille avec les réfugié(e)s syrien(ne)s et les aide à s’intégrer à leur pays d’accueil. Adnan a également appris l’anglais en très peu de temps et parle pourtant très bien la langue à présent.

L’homme est un exemple d’humilité, de partage et de bonté. Lorsqu’on l’écoute raconter son histoire – son passé qui s’émiette encore – nous ne pouvons pas rester indifférent(e). Notre cœur se serre – nous nous mettons à la place des Al-Mahamid : qu’est-ce que je ferais si j’étais dans cette situation? Est-ce que je pourrais survivre en sachant ma famille et mes ami(e)s si loin, dans un pays en guerre? Qu’est-ce que je ferais…

Loin de Bachar et proche du cœur

Le documentaire de Pascal Sanchez est certainement une œuvre cinématographique qui nous rapproche des vraies valeurs, de ce qui importe vraiment dans notre existence. Loin de Bachar présente le quotidien des immigrant(e)s de façon à ce que nous puissions nous mettre à leur place, les comprendre, être touché(e) par leur histoire incroyable et touchante.

En le visionnant, j’étais à la fois émue, mais surtout heureuse de voir cette famille qui me rappelle la mienne – une famille heureuse et unie qui fera tout ce qu’elle peut pour rester intègre à elle-même.

Pour visionner le documentaire gratuitement, cliquez ici : https://www.onf.ca/film/loin-de-bachar/.
Pour en savoir plus sur le réalisateur, cliquez ici : https://www.inis.qc.ca/membre/10846/sanchez-pascal.

Crédit photo : Photo de couverture tirée du site de l'ONF.
Photo de Basmah et sa fille Saja : https://www.atuvu.ca/fil-culturel-actualite-culturelle/actualite-cinema…