L’Odyssée se poursuit

Catégories

Début de l'événement

Image

L'Odyssée, l'aventure

L’Odyssée se poursuit pour LO, artiste peintre de Québec, originaire de France, reconnu internationalement pour ses marines réalistes et hyperréalistes. Les amarres avaient été larguées en février dernier avec une exposition personnelle, la première d’une série de trois périples proposés au public pendant l’année 2015. L’exposition « L’Odyssée, le départ » avait alors été présentée à L’Espace contemporain, une galerie d’art située au 313 rue Saint-Jean à Québec.

« L’Odyssée, l’aventure », deuxième escale de cette croisière avec LO, a été inaugurée ce 13 juin 2015 au Musée Marius-Barbeau, situé à Saint-Joseph-de-Beauce, en présence de nombreuses personnalités, notamment : la directrice générale du Musée, Madame Johanne Lessard, du président du Musée, Monsieur Jean-Marc Labbé, de l’honorable député fédéral, Monsieur Maxime Bernier (également Ministre d’État pour la Petite Entreprise et Tourisme, et Agriculture), de l’honorable député provincial, Monsieur André Spénard (député de Beauce-Nord, vice-président de la Commission des finances publiques), du maire de Thetford Mines, Monsieur Marc-Alexandre Brousseau, etc.

De nombreuses personnes s’étaient aussi déplacées pour souligner le début de la saison artistique estivale du Musée Marius-Barbeau, qui est la plus importante infrastructure muséologique de la vallée de la Chaudière, située au cœur de la Beauce, protégée dans son écrin émeraude qui n’est pas sans rappeler la Lorraine natale de LO. Ce dernier expose quatorze marines, spécialement choisies par la commissaire Louise Sénécal, aux côtés d’autres artistes, dont le duo Alain Dumas et Jayanta Guha, photographes de Chicoutimi (ville de Saguenay) qui présentent une exposition thématique de 42 œuvres intitulée « Eau : Peintre de la vie » et, l’artiste de Thetford Mines, Marie-Claude Bouchard, dont l’exposition s’intitule, quant à elle, « Boréalystique ». Jusqu’au 2 septembre, ces expositions seront visibles sur les heures d’ouverture, soit du lundi au vendredi de 9h à 17h et le samedi et dimanche, de 10h à 17h. Le Musée Marius-Barbeau (www.museemariusbarbeau.com) est situé au 139, rue Sainte-Christine à Saint-Joseph-de-Beauce (Québec).

L’exposition « L’Odyssée, l’arrivée », dernière escale de cette trilogie thématique, sera présentée, du 4 octobre au 1er novembre 2015, à la Bibliothèque Etienne-Parent, dans la salle d’exposition Jean Paul-Lemieux, située au 3515 rue Clemenceau à Beauport (ville de Québec). L’arrivée à bon port - à Beauport - sera une rétrospective de la carrière professionnelle de LO, débutée en France en 1989. Fait exceptionnel, il proposera au public amateur d’art près d’une centaine d’œuvres dans ce pur style qui a fait sa renommée.

L’artiste fait près de vingt-cinq expositions par année, autant au Canada qu’en Europe. Il ouvre aussi son atelier au public sur rendez-vous (www.repertoiredesateliers.com).

L’artiste navigateur

L’esthétique, l’harmonie et la quiétude sont trois éléments fondamentaux qui composent l’ensemble des œuvres de LO. L’esthétique comme discipline philosophique derrière l’œuvre, l’harmonie dans les tons et la quiétude dans les scènes. LO est fasciné par la mer et par les reflets dans l’eau qui font naître à chaque instant une autre image de la réalité, toujours en mouvement. Ses bateaux qu’ils soient au port, en mer, dans le feu de l’action d’une régate, etc., inspirent toujours une captivante majesté qui laisse le spectateur rêveur car l’art de LO est de mettre en sensation une narration. Pour l’artiste, l’art – tout comme la vie – est une expérience d’équilibre. Parallèlement à cette discipline philosophique qu’est l’esthétique et parallèlement à l’utilisation du nombre d’or dans ses peintures, il exécute le geste précis, pratiqué dans une ascèse quasi religieuse. La sobriété, le dépouillement, la discipline et l’essentiel sont des vertus importantes dans l’équilibre de vie de l’artiste; on les retrouve jusque dans ses peintures. Paradoxalement, bien que LO peigne des bateaux réalistes et hyperréalistes, le sujet premier est abstrait: la liberté.

(www.lographiste.com)