L'intégral des symphonies de Beethoven par l’OSM au pied du sapin

Catégories

Image

L'intégral des symphonies de Beethoven par l’OSM

Au catalogue d’ANALEKTA figuraient déjà sept des neuf symphonies de Beethoven, que l’on avait eu le bonheur de découvrir avec l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction de maestro Kent Nagano. ANALEKTA propose maintenant l’intégrale des neuf symphonies de l’illustre compositeur, réunies dans un seul coffret de six CD : Entre les Lumières et la Révolution. Produite par l’OSM, cette intégrale des symphonies de Beethoven est le fruit de plusieurs années de travail. Accompagné d’un livret de 56 pages, le coffret reflète une période marquante de la vie de Beethoven, entre 1800 et 1830.

Vers une nouvelle humanité

Tandis que, sous l’héritage des Lumières, le monde se décline différemment, des forces occultes poussent l’Homme vers de nouvelles avenues. Dans son mot d’introduction au coffret, Kent Nagano écrit : « C’est pour cette nouvelle humanité que Beethoven composa sa musique, il y vit son devoir d’artiste et la vérité de son art. L’idée d’une nouvelle humanité, d’une société nouvelle et d’un nouveau chemin à parcourir guida le compositeur, lui dicta la trame des pensées musicales que livra sa plume. » Ce qui est proposé ici, c’est de redécouvrir l’œuvre symphonique de Beethoven, à travers une vision panoramique de cette période de profonds bouleversements. L’essentiel du message est saisi à travers des thèmes forts, des images qui s’imposent en six tableaux (six CD).

L’intégrale des symphonies de Beethoven en six tableaux

Le premier tableau Départ – Utopie (CD no 1) illustre toute la fougue et l’énergie de cet homme nouveau, tourné vers le futur. C’est ici que les Première et Septième symphonies, des œuvres plus grandes que nature, se déploient dans toute leur force orchestrale. Elles contrastent avec le tableau suivant, Une poésie de liberté (CD no 2), constitué des Deuxième et Quatrième symphonies, qui nous saisissent par leur force tranquille. Puis, en mettant en scène Des dieux, des héros et des hommes (CD no 3), la Troisième symphonie, dite « Eroica », nous replonge au cœur de la tourmente. Ce thème est renforcé par des extraits de l’unique ballet de Beethoven, Les créatures de Prométhée, op. 43, ce titan condamné au supplice pour avoir dérobé le feu sacré. Dans un quatrième tableau toujours aussi agité, L’idéal de la Révolution française (CD no 4) est en toile de fond de la Cinquième symphonie (« Du destin »). Des extraits d’Egmond, op. 84, illustrant l’histoire de ce personnage de Goethe, condamné à mort pour avoir défié l’autorité, interprétés ici par la soprano Adrianne Pieczonka, démontrent aussi toute la puissance de cet idéal de liberté. Si les tableaux précédents révèlent l’émergence d’un nouvel ordre à partir du chaos, le cinquième tableau, plus contemplatif, met en perspective les notions plus universelles de temps et d’espace. Le souffle du temps (CD no 5) interroge donc l’univers, la nature et la conscience environnementale, à travers les Sixième (« Pastorale») et Huitième symphonies, ainsi que la Grande fugue, op. 133.

Enfin, la colossale Neuvième symphonie, avec son « Ode à la joie », conclut le cycle dans toute sa splendeur, dans le sixième tableau, Misères et amours humaines (CD no 6). Mettant en lumière l’idée de liberté, on peut y entendre les magnifiques prestations de cinq des solistes parmi les plus en vue à l’échelle internationale, les sopranos Adrianne Pieczonka et Erin Wall, la mezzo-soprano, Mihoko Fujimura, le ténor Simon O’Neill et la basse Mikhail Petrenko.

À travers ses symphonies, Beethoven a donné une nouvelle dimension à la musique orchestrale, changeant à jamais l’écoute musicale. C’est ce que tente de révéler ce coffret. En dégageant les qualités orchestrales si singulières de chacune des symphonies, Kent Nagano et l’OSM livrent toute la profondeur et l’intensité de leur message, un message qui demeurera universel.

Kent Nagano

Kent Nagano est réputé pour la clarté, l’élégance et l’intelligence de ses interprétations, étant tout aussi à l’aise dans le répertoire classique et romantique que contemporain. Au concert et à l’opéra, il fait découvrir de nouvelles œuvres aux publics du monde entier, et il leur fait redécouvrir des œuvres oubliées tout en apportant une vision novatrice au répertoire établi. À titre de chef invité, il a dirigé la majorité des grands orchestres, tels que les orchestres philharmoniques de Vienne, Berlin et New York, le Chicago Symphony Orchestra, la Staatskapelle de Dresde et l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig. Depuis 2006, il est le directeur musical de l’OSM, un contrat renouvelé jusqu’en 2020, et a été le directeur musical général du Bayerische Staatsoper à Munich de 2006 à 2013. En septembre 2013, il est devenu le principal chef invité de l’Orchestre symphonique de Göteborg. En 2015, il accédera au poste de directeur musical général de l’Opéra et de l’Orchestre symphonique de Hambourg.

Avec l’OSM, Kent Nagano a réalisé douze enregistrements, dont Shoka – Chants japonais pour enfants avec la soprano Diana Damrau (Sony/Analekta), Das Lied von der Erde (Le chant de la terre) de Mahler avec le ténor Klaus Florian Vogt et le baryton Christian Gerhaher (Sony), Mahler Orchesterlieder (Chants avec orchestre) aussi aux côtés de Christian Gerhaher (Analekta), des œuvres de la compositrice Unsuk Chin avec la violoniste Viviane Hagner (Analekta), les Concertos pour piano nos 4 et 5 de Beethoven avec

Till Fellner (EMC/Universal), le Concerto pour piano n° 4 de Rachmaninov et Prométhée de Scriabine avec Alain Lefèvre (Analekta) et l’intégrale des symphonies de Beethoven (Sony/Analekta). La Neuvième symphonie de Beethoven fut enregistrée lors des concerts inauguraux de la Maison symphonique de Montréal en 2011.

L’Orchestre symphonique de Montréal

Depuis sa fondation en 1934, l'Orchestre symphonique de Montréal s'est illustré à titre de chef de file de la vie symphonique canadienne et québécoise. Ambassadeur culturel de premier plan, l'Orchestre a acquis une réputation des plus enviables sur la scène internationale par la qualité de ses nombreux enregistrements et tournées. L'OSM poursuit cette riche tradition sous la gouverne de son directeur musical, Kent Nagano, tout en se distinguant par une programmation novatrice qui vise à actualiser le répertoire symphonique et consolider l'ancrage de l'Orchestre au sein de sa communauté. Au fil des ans, l'OSM s'est produit lors d’une quarantaine de sorties et de tournées nationales et internationales. L'Orchestre a réalisé plus d'une centaine d'enregistrements sur étiquettes Decca, EMI, Philips, CBC

Records, Analekta, ECM et Sony, ainsi que sur sa propre étiquette, lesquels lui ont valu 50 prix nationaux