L'exposition Resplendissantes enluminures présentée au MBAM à partir du 4 septembre

Catégories

Début de l'événement

Image

L'exposition Resplendissantes enluminures présentée au MBAM à partir du 4 septembre

Le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente, pour la toute première fois, de remarquables livres d’Heures conservés au sein de sept collections québécoises. Fruit de recherches approfondies, l’exposition Resplendissantes enluminures offre une rare occasion d’admirer une cinquantaine d’œuvres – principalement des manuscrits enluminés – de ce précieux patrimoine européen du Moyen Âge et de la Renaissance.

Ouvrage de dévotion privée apparu au XIIIe siècle, le livre d’Heures a été le plus populaire des recueils de piété destinés aux laïcs. Il sert alors à l’apprentissage de la lecture et est souvent offert en cadeau de mariage. Véritable best-seller jusqu’au XVIe siècle, il connaît une évolution textuelle et iconographique diversifiée, avec des variantes régionales de cultes, de langues et de styles dans la Chrétienté européenne.

Les 59 œuvres ici réunies pour la première fois appartiennent au Musée des beaux-arts de Montréal, à l’Université McGill, à la Bibliothèque des arts de l’Université du Québec à Montréal, au Séminaire de Saint-Sulpice, aux Archives des jésuites au Canada, à l’Université Concordia ainsi qu’au Musée de l’Amérique francophone, à Québec.

Trois commissaires signent une recherche inédite

« Mon vœu est que le public puisse apprécier la singulière beauté de ces artefacts réalisés aux quatre coins de l’Europe médiévale et renaissante, qui enrichissent notre patrimoine collectif, et, peut-être, pousser plus loin cette incursion dans le passé en feuilletant le nouveau Catalogue raisonné des livres d’Heures conservés au Québec », affirme Brenda Dunn-Lardeau, professeure associée, Département d’études littéraires, UQAM, qui a dirigé l’ouvrage scientifique.

« L’un des aspects remarquables de cette exposition, c’est que nous avons rassemblé, uniquement à partir de collections québécoises accessibles au public, un extraordinaire éventail de livres d’Heures, certains représentés par des feuillets, mais la plupart toujours reliés et décorés d’enluminures d’une beauté exquise. Ces œuvres illustrent aussi bien l’évolution des expériences religieuses vécues intérieurement que leurs manifestations concrètes, et ce sur une période de quatre siècles. Notre exposition évocatrice est conçue de manière à permettre aux visiteurs d’avoir un contact intime avec chacune de ces œuvres », explique Hilliard T. Goldfarb, conservateur sénior – Collections, et conservateur des maîtres anciens, MBAM.

« La découverte la plus surprenante que permet cette exposition, c’est de constater le nombre de livres d’Heures conservés au Québec depuis plus de 200 ans. Contrairement à la plupart des collections de livres d’Heures en Amérique du Nord, qui ont été assemblées à partir de la fin du XIXe siècle, nous sommes ici en présence de livres qui sont réellement inscrits dans le patrimoine religieux et culturel du Québec. L’autre caractéristique remarquable de cette exposition, c’est qu’on soit parvenu à identifier les artistes et les écoles qui relient ces manuscrits à d’autres, conservés à travers le monde », conclut Richard Virr, conservateur en chef (à la retraite), Livres rares et collections spécialisées, Université McGill.

De précieux trésors du Moyen Âge et de la Renaissance

Parmi les œuvres exposées, le grand raffinement de certaines enluminures gothiques et renaissantes de France, des Pays-Bas méridionaux, d’Italie et d’Allemagne du Sud côtoie des expressions de la piété populaire. Le décor de ces dernières, destinées à des bourses modestes, gravées sur bois ou peintes de manière expéditive, se rapproche de l’art décoratif folklorique. Sept livres témoignent par ailleurs des débuts de l’imprimerie qui permet de rejoindre un public plus large que le manuscrit. Les ouvrages présentés illustrent de plus le développement de la gravure sur bois ou sur métal, qui remplace progressivement l’art de l’enluminure.

Une contribution féminine méconnue

Plusieurs pièces témoignent avec éloquence de l’expertise des femmes. Contrairement aux idées reçues, elles sont impliquées à divers degrés dans la production des livres d’Heures. Ainsi, dans les Rhodes Hours, la commanditaire est représentée agenouillée au beau milieu de l’Annonciation, dans une scène qui mêle le sacré et le profane. Les Heures de Nostre Dame de Pierre Gringore, publiées en 1525, sont dédiées à Renée de Bourbon, duchesse de Lorraine et commanditaire de cette traduction en français. Enfin, un livre d’Heures manuscrit qu’on pouvait glisser dans une poche a été enluminé vers 1500-1510 par Cornelia van Wulfscherchke, carmélite à Bruges.

Un patrimoine exceptionnel conservé au Québec

Les livres d’Heures conservés en sol québécois se distinguent de ceux des fonds de livres anciens d’Amérique du Nord. Ce sont tout d’abord des livres de dévotion apportés en Nouvelle-France, comme l’attestent les Relations des jésuites dès 1653 ainsi que les requêtes des Hospitalières de Québec, rédigées entre 1664 et 1668 à l’intention de leurs bienfaiteurs en France. Aux XIXe et XXe siècles, ils sont davantage recherchés comme objets de collection. Qu’ils soient entiers ou fragmentaires, les livres d’Heures arrivent alors en sol québécois par le biais d’héritages ou d’achats faits en Europe.

Avec le temps, plusieurs livres d’Heures entrent dans les institutions publiques à la suite de dons privés, mais aussi grâce à des politiques d’achats doublées d’une volonté éducative. Ainsi, l’un des premiers bibliothécaires de l’Université McGill, Gerhard R. Lomer, conçoit au cours des années 1920 et 1930 le projet original de créer un petit Musée du livre à l’intérieur même de la bibliothèque ouverte au grand public. Dans ses missions d’achats, surtout à Londres, il fut aidé par F. Cleveland Morgan, ce grand mécène qui faisait également des acquisitions pour l’Art Association, le futur Musée des beaux-arts de Montréal. Les folios détachés des collections du Québec réunissent les spécimens les plus représentatifs des débuts de l’histoire du livre tant manuscrit qu’imprimé sur plusieurs siècles.

Crédits et commissariat
Cette exposition est organisée par le Musée des beaux-arts de Montréal en collaboration avec l’Université du Québec à Montréal et l’Université McGill. Le commissariat est assuré par Brenda Dunn-Lardeau, professeure associée, Département d’études littéraires, UQAM ; Hilliard T. Goldfarb, conservateur sénior – Collections, et conservateur des maîtres anciens, MBAM ; et Richard Virr, conservateur en chef (à la retraite), Livres rares et collections spéciales, Université McGill.

Publication

L’exposition s’accompagne du Catalogue raisonné des livres d’Heures conservés au Québec, publié aux Presses de l’Université du Québec sous la direction de Brenda Dunn-Lardeau. Les livres d’Heures présentés dans cet ouvrage, presque tous manuscrits, sont remarquables par leur diversité textuelle et iconographique. Ce catalogue dévoile un précieux patrimoine européen couvrant la période allant de 1225 à 1583 et conservé en Amérique du Nord. Une attention particulière est portée à leur histoire complexe et à l’identification des artistes responsables des enluminures, car ces miniatures élèvent les livres d’Heures au rang d’œuvres d’art uniques et de grande qualité.

En vente à la Boutique-Librairie du Musée. Édition brochée, 48 $, ISBN : 978-2-7605-4975-3 ; édition reliée, 55 $. ISBN : 978-2-7605-4978-4.

Activités en lien avec l’exposition

Atelier et classe de maître
27 septembre, 14 h à 17 h
Le nombre d’or et la recherche des harmoniques du sens caché du texte avec Jean-Luc Leguay
Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, Studio 11, 2075, rue Bishop

L’un des derniers maîtres-enlumineurs, Jean-Luc Leguay a suivi une initiation de 10 ans auprès d’un franciscain italien. Dans cet atelier, les participants arriveront avec une équerre, un compas, du papier et un crayon pour suivre à leur tour cet enseignement fondé sur l’étude de la géométrie, afin de les préparer à enluminer un parchemin. Places limitées.

Colloque : À la découverte des livres d’Heures conservés au Québec
28 septembre, 10 h à 17 h
Auditorium Maxwell-Cummings, 1379-A, rue Sherbrooke Ouest

Cette rencontre scientifique présentera diverses facettes du livre d’Heures – pigments, manuscrits et imprimés décorés, reliures d’origine et composantes singulières de certains ouvrages (encarts musicaux) – afin d’embrasser la fabrication et l’esthétique des ouvrages produits en Europe du XIIIe au XVIe s. Organisé par le MBAM en collaboration avec le Groupe multidisciplinaire de Montréal sur les livres anciens (XVe-XVIIIe siècles), l’évènement réunira les experts Geneviève Bazinet (Université d’Ottawa), Sarah Cameron-Pesant (Université de Montréal), Brenda Dunn-Lardeau (UQAM), Madeleine Jeay (McMaster University), Helena Kogen (Université du Québec à Montréal), Sylvie Poirier (Université de Sherbrooke), Geneviève Samson (Bibliothèque et Archives Canada) et Richard Virr (Université McGill).

Renseignements et réservations

https://www.mbam.qc.ca/calendrier/fr

Vernissage : mardi 4 septembre, 17 h 30

Resplendissantes enluminures
Livres d’heures du XIIIe au XVIe siècle dans les collections du Québec

Musée des beaux-arts de Montréal
Centre des arts graphiques : pavillon Jean-Noël Desmarais – niveau S2
Du 4 septembre 2018 au 6 janvier 2019