L'exposition LuxInside démarre chez Ogilvy

Catégories

Début de l'événement

Image

Aujourd'hui, le luxe noyé par les campagnes de communication et de marketing , a perdu son sens. Restent les marques qui surfent sur leur image et n'hésitent pas à délocaliser les productions et s'intéresser plus à la communication qu'à la qualité de leur produit. Le principe même du luxe est de ne jamais laisser à voir les traces du travail, une sorte de politesse de bon alois. Qui permet aussi forcément, les abus. C'est en réaction à cela que Laurence Picot a initié LuxInside, après 16 ans comme journaliste spécialisée dans le secteur, pour Le Monde, ELLE, Paris Match ou Geo. Il fallait d'urgence alerter le public pour préserver des savoir-faire à transmettre en voie d'extinction, et poursuivre les investissements en recherche technique dont les budgets sont réduits depuis 20 ans à peau de chagrin. Non pas donc, parce que le luxe était juste porteur en terme de prestige, mais parce qu'il est aussi et surtout porteur en terme d'emplois et permet la spécialisation de chaque pays, sans concurrence.

Sur le fond, ce travail artistique est ainsi le fruit d¹ une enquête que j¹ai menée su les industries du luxe inventées en France en 1665. 20 ans d'enquête (toujours pas finie d'ailleurs) qui m'ont permis d'établir les qualités qui faisaient d'un objet, un objet de luxe. Le propos de LuxInside est de mettre en lumière les qualités cachées du vrai luxe, un savoir faire d¹exception transmis et, ce que peu de personnes savent, les brevets d¹inventions scientifiques.

Sur la forme, l¹idée était de surprendre le grand public avec des images innovantes qui l¹inciteraient à se questionner sur ce qu'il croyait connaitre. Laurence Picot a co-fondé le collectif art science LuxInside pour y parvenir, avec 2 scientifiques (le docteur Jean François Paul et Sylvain Ordureau) et l¹artiste numérique Ricardo Escobar. Le trio a photographié et scanné ces objets, afin de révéler les traces dissimulées à l¹oeil nu, de ce qui en fait du luxe selon les valeurs historiques de la conception unique Française du secteur dont les autres pays se sont inspiré avec bonheur. Sur 14 objets, 3 ne sont pas français, Dyson, Gibson et Leica. Car l'idée n'est pas de donner une leçon, mais de partager des connaissances et des valeurs. 14 objets icônes du luxe ont été ainsi ³diagnostiqués². Ils s¹accompagnent de leurs histoires qui illustrent 14 différentes industries du luxe d¹aujourd¹hui. Ainsi de la sellerie (Hermès), des escarpins (Louboutin), du verre avec Saint Gobain et Cristal Saint Louis ou encore des spiritueux (cognac Louis XIII) et autre orfèvrerie S.T Dupont mais aussi l'aspirateur Dyson dont l'histoire (contemporaine) s'apparente à celle de l'orfèvre Christofle), la guitare électrique de Les Paul pour Gibson ou la corsetière Cadolle, l'une des dernières en France et dont l'arrière grand mere inventa le soutien gorge.

11 des photos s'accompagnent de l'objet réel qui l'a inspiré, et de son histoire en capsule audio, narrée en anglais par le chanteur canadien Murray Head, et en français par l'animateur radio Eric Jeanjean. Cette exposition a été acquise par l'Institut Français pour représenter la culture Française à l'étranger depuis 2011.

Avant la Chine continentale, et après Macao, l¹Argentine, le Brésil, le Grand Palais et le Musée d¹histoire de la Médecine à Paris, LuxInside est parti au Canada (Toronto et Calgary appuyé par l¹Ambassade de France et le groupe Holt Renfrew). c¹est donc à Montréal que l¹exposition sera montrée pour sa dernière étape Canadienne.

Une ville qui accueille aujourd¹hui lune des filiales de Vizua 3D, entreprise d¹un membre du collectif, Sylvain Ordureau, dont l¹un des brevets d¹invention (software 3D utilisé pour le scanner) a permis l'exclusivité des images LuxInside . Sylvain travaille avec des entreprises comme Microsoft, et en recherche universitaire avec l¹université de Montreal, polytechnique et le CHUM). A Paris avec beaucoup de Musées dont le Louvre et le Quai Branly, et l¹université Paris Descartes.

Exposition LuxInside
Du 11 février au 9 mars 2015 chez Ogilvy www.luxinside.com