L'ÉTS présente un balado pour commémorer les 100 ans de la radiodiffusion canadienne

Catégories

Début de l'événement

Image

Balado «Coups de génie» de l'ÉTS

Dans un contexte où la radio et les nouvelles technologies sont plus indispensables que jamais pour travailler à distance et rester en contact, l’École de technologie supérieure (ÉTS) lance aujourd’hui un nouveau balado intitulé «Coups de génie», dont les trois premiers épisodes commémorent les 100 ans de la radiodiffusion canadienne.

Un peu d’histoire

Le 20 mai 1920, la toute première émission radio de divertissement canadienne était diffusée depuis le toit de la Marconi Wireless Telegraph Company du Canada, sur la rue William. Avions-nous conscience de l’ampleur de cet événement? Pour souligner les 100 ans de la radiodiffusion canadienne, l’ÉTS, dont le campus se situe à l’emplacement des locaux de la Marconi Wireless Telegraph Company du Canada, lance un balado de trois épisodes animés par Nellie Brière, chroniqueuse passionnée des communications numériques.

En trois temps

Ces trois épisodes sont des discussions avec trois experts en la matière : Alain Dufour, membre de la Société québécoise des collectionneurs de radios anciens, Denis Couillard, directeur des strateìgies gouvernementales chez Ultra Electronics TCS – descendante de la Marconi Wireless Telegraph Company – et Dominic Deslandes, professeur au Laboratoire de communications et d’inteìgration de la microeìlectronique (LACIME) à l’EìTS.

Les trois épisodes nous permettent de faire un saut dans le temps pour revivre cet événement historique, d’en connaître davantage sur la vie de Marconi et d’en savoir plus sur les technologies – dont nous ne pouvons plus nous passer aujourd’hui – qui découlent de l’invention de la radio.

Cliquez ici pour écouter ce balado dès aujourd’hui.

Le 20 mai 1920, la première émission de radio canadienne était diffusée à Montréal

Faisant aujourd’hui partie intégrante du campus de l’École de technologie supérieure (ÉTS), la rue William est devenue le 20 mai 1920 le théâtre d’un fait historique important : la Marconi Wireless Telegraph Company of Canada, qui y a pignon sur rue, diffuse alors la première émission radiophonique canadienne digne de ce nom! La programmation musicale se fera entendre 160 kilomètres plus loin, au Château Laurier, où sont réunis les membres de la Société royale du Canada.

Cet événement, qui deviendra un élément décisif de l’histoire de la radio, marquera également le début de la démocratisation de ce nouveau moyen de communication. Si seulement 1200 privilégiés pouvaient se targuer de posséder un poste de radio en 1920, elles seront 750 000 personnes à pouvoir en dire autant, dix ans plus tard.

Cette innovation continue encore aujourd’hui de faire des petits. Sans la radio, il n’y aurait pas eu de téléphones intelligents, ni de Bluetooth, ni de wi-fi. La radio aura donc fait mentir ceux qui prédisaient sa disparition avec l’avènement de la télévision.  

Mais comment tout cela a-t-il commencé? Trois fins connaisseurs de la radio, que ce soit sur les plans historique ou technologique, remonteront le fil des événements en compagnie de l’animatrice Nellie Brière, en plus d’aborder le futur de ce moyen de communication qui ne cesse d’évoluer encore aujourd’hui. Parmi eux :

  • Alain Dufour, membre de la Société québécoise des collectionneurs de radios anciens, traite de l’importance de l’événement du 20 mai dans l’imaginaire collectif;
  • Denis Couillard, directeur des stratégies gouvernementales chez Ultra Electronics TCS (descendante de la Marconi Wireless Telegraph Company of Canada), partage de nombreuses anecdotes au sujet de Guglielmo Marconi, considéré comme l’un des inventeurs de la radio;
  • Dominic Deslandes, chercheur au Laboratoire de communications et d’inteìgration de la microeìlectronique (LACIME) à l’EìTS, se penche sur les inventions découlant de celle de la radio qui auront permis l’émergence des technologies que nous connaissons aujourd’hui.

Les trois épisodes du balado «Coups de génie» peuvent être téléchargés à partir de la plateforme SoundCloud. Ils seront bientôt disponibles sur Google Play et Apple.

À propos de l’ÉTS

L'École de technologie supérieure est l'une des 10 constituantes de l'Université du Québec. Elle forme des ingénieurs et des chercheurs reconnus pour leur approche pratique et innovatrice, le développement de nouvelles technologies et leur aptitude à transférer leurs connaissances en entreprise. Près d’un ingénieur sur quatre au Québec obtient son diplôme de l’ÉTS, qui compte 11 000 étudiants, dont 2 650 aux cycles supérieurs. Spécialisée dans la formation appliquée et la recherche en génie, elle entretient un partenariat unique avec le milieu des affaires et l’industrie.

Pour en savoir plus :
http://www.etsmtl.ca