L’Espace Massarelli Design présentera l'exposition Feeling corporel sur fond noir, dès le 1er septembre

Début de l'événement: 

01 septembre 2010 - 00:00
Catégories:

Depuis la dernière année, Yannick De Serre continue sa réflexion sur l’expression corporelle à travers le collage de vêtement sur toile. L’accent n’est cette fois-ci plus mis sur le vêtement griffé, mais davantage sur la transcription de « sa » présence corporelle. Feeling corporel sur fond noir sera présenté à l’Espace Massarelli Design au 372 Sainte-Catherine-Ouest, suite 411, du 1er au 30 septembre inclusivement.

Diplômé en arts visuels à l’université Laval, Yannick De Serre est un jeune peintre québécois de la relève. Sa dernière exposition en solo a
eu lieu en mars 2009 à Montréal (L’Art prêt-à-porter). Il a également participé à de nombreux collectifs dans la dernière année dont : Les efforts de chacun font la richesse de tous (Maison du conseil des arts de Montréal), Atmosphère (L’Imagier à Gatineau) et Calibre 12 (Maison de la culture Maisonneuve à Montréal).

Cette fois-ci le jeune peintre n’a pas eu l’audace d’aller au-devant des designers québécois pour recueillir leurs créations et baser son projet actuel. Il a plutôt eu le courage de se pencher sur lui-même et transposer son vécu par le collage de ces propres vêtements. Autoportraits noirs, images limitées à la simple présence d’un personnage représenté par le vêtement; simple ou complexe?

« La complexité du personnage se dévoile dans le détail projeté par les parties corporelles peintes en parallèle au vêtement. Une main à la
sortie des manches, des doigts angulaires tachés par la couleur… De plus, le peu de couleurs présentes nous plonge vers l’intérieur du personnage ou encore vers l’endroit ou devrait se situer la tête, soit la pensé de celui-ci. »

En 13 tableaux, de grandeur variable, le peintre semble réinventer de nouveaux rapports entre la matière et le corps humain. Maîtrisant l’art du prolongement et du collage, il crée « Prolongement » (2009) avec l’une de ces chemises du soir, le désespoir dans « Fardeau » (2009) avec l’un de ces chandails troués ainsi que la souffrance dans « Désarticulé » avec 2 polos coupés et reconstitués.

La galerie sera ouverte de 9h00 à 17h00 du lundi au vendredi. Le vernissage se tiendra le jeudi 2 septembre de 16h00 à 20h00.

(Source : Patrik Garon)

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon