Les suppléments de luxe au service de la beauté: regard sur une nouvelle tendance

Catégories

Image

Le saviez-vous? Tous les suppléments ne sont pas égaux, au royaume des vitamines – c’est du moins ce que s’entendent pour dire l’ensemble des naturopathes et nutritionnistes que j’ai sondé à ce propos.

Non seulement ça, mais l’industrie complète est en train de se transformer à vive allure : c’est que dernièrement, les suppléments de luxe suscitent un engouement chez les consommateurs. Acheter ses multivitamines à la pharmacie du coin? Rien de plus banal. Mais depuis quelques temps l’on remarque que les boutiques de produits naturels ont poussé comme des champignons dans la province et que ceux-ci stockent une multitude de suppléments deux fois plus cher que ceux que l’on retrouve à la pharmacie. Mais ce n’est pas tout : il existe maintenant un véritable univers de produits naturels de luxe. Prenez Wellco, une compagnie basée en Autralie qui a comme co-fondatrice la top model Elle Macpherson : celle-ci ne cesse de vanter les vertus de son Super Elixir, une poudre verte alcalinisante renfermant des enzymes digestives ainsi que 45 autres ingrédients bios dont du germe de blé. Le tout se détaille 135 dollars américaines les 300 grammes. Lorsque je l’ai interviewé à ce sujet, la top model me déclare avoir, il y a quelques années, essayé, testé et ingéré plusieurs types de suppléments synthétiques, sans succès. Son docteur en naturopathie, Simone Laubscher, Ph.D, a finalement créé une poudre rien que pour elle, sur mesure, afin de lutter contre sa fatigue généralisée et d’alcaliniser son corps. Peu après, ensemble, elles ont décidé de commercialiser ce produit.
La compagnie HUM , qui compte notamment Sephora comme l’un de ses raffinés détaillants, a choisi de mettre sur le marché des suppléments vitaminés hyper ciblés et haut de gamme. Plusieurs autres firmes leur ont depuis emboîté le pas. Nulle et non la moindre: Gwyneth Paltrow , qui a su élevé la santé au rang d’art de vivre avec son entreprise, GOOP.

Arnaud Granata, Président et éditeur du Groupe Infopresse, se prononce sur ce phénomène: « je pense qu’il y a une personne qui a vraiment popularisé ce mouvement et c’est Gwyneth Paltrow avec GOOP. Elle a lancé toute sorte de substituts, de poudres, etc en complément, qui sont vendus extrêmement cher et je pense que ça participe de manière générale à l’idée que toutes ces célébrités sont maintenant nos nouveaux conseillers médicaux et beauté. Ça permet de vendre des produits extrêmement chers, évidemment. Oui, tout ça est assez flagrant en ce moment. La packaging est important, la personnalité qui est derrière est important aussi, mais aussi le style de vie qu’on essai de vendre. Quand Gwyneth dit qu’elle prend le matin un smoothie et qu’il y en a pour 400,00$ de produits à l’intérieur, bien c’est sûr que ce qu’elle vend aussi c’est son corps parfait, son type de vie sain qui vient aussi avec l’achat de ces substituts-là. On est dans un courant très yoga, lean, qui est poussé à l’extrême et qui est vraiment exploité à fond dans l’univers des suppléments ».

Justement, les vitamines de type haut de gamme sont-ils meilleures que celles vendues dans les pharmacies? Le jeu en vaut-il réellement la chandelle?

Selon Carmen Dunn, nutritionniste orthomoléculaire, oui, absolument! «Oubliez tous les suppléments vendus en pharmacie. L’idéal serait de se les procurer auprès des professionnels de la santé comme de votre naturopathe ou nutritionniste, par exemple. Ainsi, leur concentration sera beaucoup plus élevée… Sinon, comme deuxième choix, prendre l’habitude d’acheter ses suppléments dans les magasins d’aliments naturels. Le problème des vitamines en pharmacie est qu’elles sont généralement de catégorie bas de gamme… la concentration des éléments sera excessivement diminuée. L’autre gros problème est que ces vitamines, prenez Centrum par exemple, renferment beaucoup trop d’agents de remplissage et de conservation, de colorants, de sucre, d’amidon de maïs, de soja, etc. Règle générale : si le supplément est annoncé à la télé, il est de piètre qualité et à éviter. Il faut toujours lire attentivement la liste des ingrédients. Éviter tout ce qui est allergène comme le mais, le soja et les produits laitiers… Si vous prenez des antiacides, votre estomac ne produit pas assez d’acide gastrique, il ne pourra digérer entièrement vos suppléments. Si c’est le cas oubliez les comprimés et achetez-les à ce moment en forme liquide, par exemple en capsule, ce qui se digère beaucoup plus facilement. Vous n’avez pas idée à quel point les suppléments en général sont mal digérés… Ceux-ci se retrouvent en conséquence souvent presque entièrement intacts dans les selles. Vous avez de la difficulté à prendre par voie orale des suppléments? Rien de plus facile : je recommande souvent à mes clients de simplement ouvrir les capsules et d’intégrer le contenu à leur smoothie matinal ».

Et si l’on ne recherche que des suppléments de calcium alors, est-ce que toutes les marques sont plus ou moins égales? «La pire forme de calcium à éviter est le calcium carbonate, elle cause une mauvaise absorption ainsi que le calcium phosphate, qui a une absorption plus ou moins bonne. Les meilleures sources de calcium sont les suivantes : le citrate de calcium et l’hydroxyapatite microcristalline».

Et ce qui est à éviter en général, lorsque vient le temps de choisir le bon supplément? «Le le propylène glycol, le sigle « FD&C », un type de colorant alimentaire surtout présent dans les vitamines pour enfants et qui contribue à l’hyperactivité, le benzoate de sodium, le soja, les oeufs, tout ce qui contient des coquillages ou des mollusques, des produits laitiers, du blé, etc car ils sont sources d’ allergies pour bon nombre d’individus… Ensuite, éviter les vitamines renfermant de l’aluminium, le syrop de maïs, glucose, de l’amidon, colorants, arômes et agents de conservation artificiels.