« Les Rose » de Félix Rose — Vers une reconstruction collective

Catégories

Image

La mémoire s’effrite avec le temps. Le temps, lui, laisse place à l’oubli. Notre soi, nos racines; tout se désagrège. Vient le jour où nous devons nous demander : comment en sommes-nous arrivé(e)s là? Le documentaire Les Rose de Félix Rose nous raconte un fragment de notre Histoire – un fragment qui était loin d’être oublié, mais qui a subi les ravages du temps comme notre mémoire collective.

À travers l’histoire de la famille Rose se mêlant aux événements de la crise d’Octobre 1970, Les Rose renoue avec le passé québécois pour mettre en valeur la justice et l’honneur de la famille Rose et du FLQ plutôt que la honte qui avait été étampée au passage par l’indélébile pouvoir des médias, entre autres.

Pour une fois, l’envers du décor nous est dévoilé

Avec la narration de Jacques Rose ainsi que les témoignages du reste de la famille et de leurs amis, des questions qui étaient restées jusqu’ici sans réponse sont décortiquées, déshabillées. Le FLQ n’était pas composé de terroristes. Il était composé de militants et militantes qui, poussé(e)s par une volonté et une fierté nationale indéniables, faisaient bouger les choses pour le Québec.

À la fin du film, après avoir exploré l’univers politique dans lequel baignait la famille Rose, on comprend; les zones grises sont éclairées pour laisser place à une reconstruction. Celle des Rose, celle du peuple québécois, notre reconstruction.

Un remarquable travail de reconstitution historique

Grâce à un rigoureux travail de recherche d’archives et de scénarisation, Félix Rose redonne la vraie couleur sur les circonstances de la crise d’Octobre, époque visiblement imprégnée de magouilles et d’injustices. À travers le témoignage de Jacques Rose, les archives sur la famille avant le FLQ, puis celles pendant et après l’emprisonnement des deux frères, Les Rose nous livre une bataille pour la liberté, une bataille qui, somme toute, ne se terminera jamais.

Archives du travail à l’usine et de la naissance de La Maison du Pêcheur à Percé, enregistrements clandestins de Paul Rose lorsqu’il était emprisonné, séquences où Rose Rose, la mère de Paul et Jacques, milite pour les droits de ces enfants et des prisonniers : autant de moments historiques nous sont racontés à travers un montage qui met en lumière un passé jusqu’ici écarté des cours d’histoire du Québec.

La mémoire se travaille avec le temps

Les Rose de Félix Rose nous rappelle la devise du Québec. « Je me souviens » de la crise d’Octobre. On se souvient parce qu’il ne faut pas oublier nos racines, notre soi collectif. Il faut se rappeler comment nous en sommes arrivés là et pourquoi.

Certes, le temps a laissé place à l’oubli, mais il a aussi laissé place à la résilience.

Pour visionner le documentaire, rendez-vous au https://www.onf.ca/film/rose-les/ ou au https://illicoweb.videotron.com/club-illico/1261236/Les-Rose.