Les RIDM annoncent leurs films d'ouverture et de clôture

Catégories

Début de l'événement

Image

Les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) sont ravies d'annoncer les films d'ouverture et de clôture de leur 19e édition qui se déroulera du 10 au 20 novembre prochain. Fuocoammare, par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, Ours d’or du Festival de Berlin, sera projeté en ouverture le jeudi 10 novembre. Le festival se terminera avec la présentation en première mondiale du film Un journaliste au front de Santiago Bertolino, qui nous offre une plongée unique dans le quotidien d’un journaliste spécialisé dans le Moyen-Orient.

Film d’ouverture – FUOCOAMMARE, PAR-DELÀ LAMPEDUSA

Depuis de nombreuses années, la petite île italienne de Lampedusa est devenue malgré elle le symbole de la crise migratoire actuelle. Frontière invisible de l’Europe, elle est le port d’arrivée inévitable d’un grand nombre de réfugiés qui tentent de traverser la Méditerranée sur leurs embarcations de fortune. En superposant le travail d’un médecin ordinaire hanté par les cadavres, les jeux insouciants d’un jeune garçon de l’île et les opérations de sauvetage quotidiennes, Gianfranco Rosi (Sacro GRA) joue sur les contrastes et propose une approche oblique qui rend palpable comme jamais l’absurde drame de notre époque.

En compétition à La Berlinale 2016, Fuocoammare, par-delà Lampedusa a remporté l’Ours d’Or. Il vient également d’être sélectionné pour représenter l’Italie à la course aux Oscars. Il sera présenté en première québécoise à l’Auditorium des diplômés de la SGWU (ancienne salle H-110), le jeudi 10 novembre à 19h (sur invitation seulement), en version originale italienne sous-titrée en français. Il sera repris en séance publique durant le festival.

Distribué par EyeSteelFilm, Fuocoammare, par-delà Lampedusa prendra l’affiche dès le 25 novembre au Cinéma du Parc et dès le 28 novembre à la Cinémathèque québécoise.

Film de clôture – UN JOURNALISTE AU FRONT

Jesse Rosenfeld, un jeune journaliste pigiste collaborant notamment avec le Daily Beast, est passionné par les bouleversements politiques qu’il couvre depuis 2007 au Moyen-Orient. Sur plusieurs mois, à travers de nombreux pays tels que l’Égypte, la Turquie, l’Irak, Israël et les territoires palestiniens occupés, Santiago Bertolino (Carré rouge sur fond noir) observe le quotidien de ce journaliste toujours aux aguets. Entre la négociation de publications et la recherche de contacts sur le terrain, c’est un accès unique au mode de fonctionnement et aux idéaux du journalisme à l’ère de Twitter et de l’information continue que nous propose le cinéaste.

Présenté en première mondiale, Un journaliste au front aide à mieux comprendre comment les grands enjeux du monde actuel sont interprétés par la presse écrite. Il sera projeté en clôture du festival le samedi 19 novembre à 19h (en version originale anglaise et arabe sous-titrée en français) à l’Auditorium des diplômés de la SGWU (ancienne salle H-110), en présence de Santiago Bertolino et Jesse Rosenfeld. Les billets pour la soirée de clôture seront en vente dès le mercredi 19 octobre.

Présenté en collaboration avec l’Office National du Film (ONF), Un journaliste au front sera également projeté en séance publique le dimanche 20 novembre. Produit et distribué par l’ONF, le film prendra l’affiche au Québec au printemps 2017.