«Les ennemis du peuple» en Russie

Le Parquet général russe a annoncé jeudi avoir lancé des "vérifications" après l'apparition sur un site internet d'une "liste d'ennemis du peuple russe" dont font partie plusieurs défenseurs russes des droits de l'Homme.

Dans cette liste, postée sur le site www.vdesyatku.net (littéralement "en plein dans le mille.net"), sont publiés les adresses et numéros de téléphone personnels des personnes visées, ainsi que les données de leur passeport, a rapporté jeudi le quotidien russe Kommersant.
La présidente du groupe Helsinki Lioudmila Alexeïeva, le directeur du centre anti-extrémiste Sova Alexandre Verkhovski ou encore le directeur du Bureau de Moscou pour les droits de l'Homme Alexandre Brod y sont mentionnés.

"Il ne doit pas y avoir de grâce" pour ces "ennemis du peuple russe", affirme le site qui se présente comme une "agence d'informations russes", selon Kommersant.

Ce site, auquel il était impossible de se connecter jeudi soir, a été enregistré le 13 octobre à New York pour un an, via une compagnie américaine, SiteGround, basée à Sofia, précise le quotidien.
"Des vérifications sont en cours", a indiqué une responsable du Parquet général, Tatiana Tchernychova, citée par l'agence Itar-Tass.

Les défenseurs des droits de l'Homme mentionnés dans la liste ont exprimé une grande inquiétude.

"Je ne pense pas que ce soit des blagues (...) Mais je ne suis pas un fonctionnaire, ni un homme d'affaires et je ne peux pas engager des gardes du corps", a affirmé M. Verkhovski, cité par Kommersant, ajoutant qu'il avait porté plainte au parquet.

En novembre 2006, le Parquet général russe et le FSB (Service fédéral russe de sécurité, ex-KGB) avaient rejeté une plainte contre les auteurs d'un site néonazi qui appelait au meurtre de défenseurs des droits de l'Homme et d'opposants en affichant leurs noms, photographies et adresses.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon