Les danses de la mi-chemin 3/6 de LADMMI, étonnant!

Catégories

Début de l'événement

Image

Difficile de ne pas sortir du Théâtre Rouge du Conservatoire d’art dramatique avec le sourire aux lèvres et une pensée positive pour l’avenir de la danse contemporaine à Montréal.

Hier soir, les étudiants en deuxième année de LADMMI présentaient leur tout premier spectacle devant un public aux attentes démesurées : Les danses de la mi-chemin 3/6. Pour satisfaire l’audience, l’école de danse contemporaine a demandé aux chorégraphes Pierre Lecours (http://www.ladmmi.com/fr/pierre-lecours) et Chanti Wadge (http://www.ladmmi.com/fr/corps-professoral/chanti-wadge - O Deer! FTA 2011) de collaborer avec les jeunes artistes.

Parfois, le courant ne passe pas. C’est l’impression que j’ai eue avec la création de l’année dernière où les chorégraphies ne permettaient pas aux élèves de montrer leur plein potentiel (http://patwhite.com/node/11837).

Cette année, c’est une tout autre histoire. Dans sa pièce heaven/hell, Pierre Lecours mise sur une danse contemporaine débridée, riche en duos, en danses de groupes et en musiques éclectiques. Les mouvements sont tantôt rapides et éclatés, tantôt empreints de sensualité et de désir dans de très beaux ralentis. Même si les jeunes étudiants font certaines erreurs techniques (précision, coordination, synchronisation) ou d’interprétation (ça manque souvent de profondeur dans le regard…), on salue la virtuosité avec laquelle ils évoluent sur scène. Mes passages préférés : ces duos très techniques avec pour fond de musique des sonorités plus ou moins connues (les amateurs d’opéra reconnaitront un passage de Rusalka dans le deuxième duo!).

Dans la deuxième partie, Chanti Wadge nous amène dans un autre monde avec sa création The perfect human, élaborée en collaboration avec les étudiants. Ces derniers recherchent une identité à travers la danse, croient se retrouver dans des monologues, des cris, des mouvements rapides et propres à chacun. Encore une fois, la musique éclectique, les variations constantes au sein de la chorégraphie (mélange de danses de groupe, de solos introductifs, de courses folles à travers la scène) sont à l’image du groupe de jeunes présent sur scène. Dans The perfect human, Chanti Wadge les fait jouer avec les vêtements, sorte de deuxième peau qui les aide à s’adapter au monde comme s’ils changeaient d’habits. Libérateur pour certains, révélateur pour d’autres. Agréable à l’œil dans les deux cas.

Grâce à ces deux chorégraphies, LADMMI réalise un pari qui peut souvent s’avérer ardu : travailler sur l’aspect technique et l’interprétation. Une chose est sûre, même si chaque étudiant a ses forces et ses faiblesses, il en sort valorisé grâce à l’appui de Pierre Lecours et de Chanti Wadge.

Et c’est sans aucun doute le rôle majeur des danses de la mi-chemin 3/6 de LADMMI!

À voir!

Le spectacle est présenté au Théâtre Rouge du Conservatoire d’art dramatique de Montréal jusqu’au 10 décembre à 19 h 30. 4750, avenue Henri-Julien.

Plus de renseignements sur : http://www.ladmmi.com/fr/
Ou par téléphone au 514 873-4031 poste 313.