L'Église orthodoxe va passer au grec moderne

ATHÈNES (AP) - Révolution chez les orthodoxes. L'Église de Grèce, connue pour son conservatisme viscéral, a décidé d'introduire le grec moderne afin d'attirer les brebis jeunes mais égarées, rebutées par une liturgie incompréhensible au commun des mortels hellènes.

L'archevêque Christodoulos a en effet constaté que les fidèles ne comprenaient pas le Nouveau Testament, le grec ancien étant presque de l'hébreu pour eux.

«L'archevêque a noté avec les années qu'il y avait un problême», a déclaré le père Epifanios Ikonomou à l'agence Associated Press (AP). «Il s'agit de répondre à un besoin existant au sein de la communauté des croyants».

Il précise qu'un programme pilote destiné à remplacer le grec ancien dans la liturgie sera testé à Athènes à compter du 19 septembre. Si c'est un succès, le Saint Synode, l'assemblée des évèques gouvernant l'église autocéphale grecque, décidera s'il convient de le généraliser. «Il y a un désir de la part des jeunes à cet égard», précise le père Ikonomou, porte-parole de l'archevêché.

Les Évangiles ont été rédigés dans une langue qui était comprise de la multitude au début de l'ère chrétienne: «C'était écrit de manière à ce que tout un chacun puisse comprendre ce qui était dit. Nous faisons la même chose aujourd'hui», explique encore le père Epifanios Ikonomou.

Toutefois, pour éviter une rupture trop brutale, la lecture du Nouveau Testament se fera d'abord en grec ancien puis en grec moderne.

L'Eglise grecque suit ainsi ce qui se fait déjà dans plusieurs communautés orthodoxes dans le monde. Sans parler des catholiques qui ont majoritairement renoncé au latin, les orthodoxes d'Amérique du Nord par exemple utilisent couramment l'anglais lors des services religieux. A Athènes même, une messe en anglais a lieu une fois par semaine pour les étrangers.

Plus de 90% des 11 millions de Grecs sont orthodoxes. En Russie, autre grand pays orthodoxe, la langue liturgique est le slavon, l'ancêtre commun des langues slaves dont la compréhension ne va non plus de soi pour les croyants d'aujourd'hui.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire