Le nombre d’or (live) - Dans la tête de Marie Chouinard

Catégories

Début de l'événement

Image

En danse contemporaine à Montréal, il y a quelques incontournables. Marie Chouinard, chorégraphe et directrice de la Compagnie de danse du même nom en fait partie. Beaucoup ont eu la chance d’apprécier certaines de ses créations présentées dans le cadre de la programmation Danse Danse 2010-2011 (http://patwhite.com/node/12463 ). Pour le calendrier en cours, elle est de retour sur les planches du Théâtre Maisonneuve afin de proposer au public montréalais sa nouvelle création, Le nombre d’or (live), déjà jouée à Venise et à Vancouver en 2010.

Et là encore, le public n’a qu’à bien se tenir. Sur scène, ils sont 14 danseurs et danseuses, vêtus, dévêtus, portant des collants à maille auxquels sont rattachés des poils de longueur différente, avec des masques, pleins de masques. Le décor est composé uniquement de lumières, d’écrans et de micros répartis aux quatre coins de l’espace, projetant des images et des sons des danseurs en action. Le public, disposé de part et d’autre d’un long podium rejoignant la scène principale, peut aussi se retrouver aux deux extrémités du rectangle de danse.

Bref, décrire convenablement les costumes, les accessoires et la scénographie cosignée avec Guillaume Lord tiendrait du miracle tellement les détails abondent tout au long des 80 min de représentation.

L’histoire, c’est celle de l’évolution et de la vie. Vieillesse, adolescence, enfance, rires, sourires, chagrins, jouissances, folies sont autant de mots qui, mis bout à bout, démontrent à quel point Le nombre d’or (live) vient toucher différents aspects de notre vie de tous les jours. À une seule différence près : vous êtes dans l’univers de Marie Chouinard…

Si vous connaissez les autres œuvres de la chorégraphe, vous saurez alors que rien n’est vraiment pareil dans son monde. Et c’est le cas avec cette nouvelle œuvre. Certains diront qu’elle est plus joyeuse, plus humoristique. C’est vrai! La caricature d’Harper et la personnification des autres danseurs, jeunes et vieux, représentées à l’aide de différents masques à de quoi faire rire. D’un autre côté, on s’évade davantage dans Le nombre d’or (live), avec une impression d’être dans un monde de lutins, d’elfes, de fées, quelque chose de surhumain qui est palpable tout en restant dans un décor très terre-à-terre.

Côté danse, petite déception pour ma part. Tout au long de la pièce, Marie Chouinard met l’accent sur l’interprétation, l’histoire, les sentiments, le tout à travers une chorégraphie contemporaine à souhait. Malheureusement, le côté technique est souvent mis de côté. Même si le passage remarquable et remarqué de sa danseuse principale, Carol Prieur, relève encore de la prouesse technique, l’impression laissée par la chorégraphie globale est loin d’être la même que celle des œuvres précédentes. Dommage.

À chacune des représentations des œuvres de Marie Chouinard auxquelles j’ai eu la chance d’assister, le public s’est immédiatement levé pour applaudir la troupe sur scène. Cette fois-ci, l’audience a mis du temps pour se préparer à l’ovation finale. C’est un peu mon sentiment. Question scénographie et créativité, Marie Chouinard fait preuve de talent et d’audace. Malheureusement, j’aurais aimé voir un peu plus de danse, celle qui nous renverse par sa simple beauté et sa technicité à toute épreuve!

COMPAGNIE MARIE CHOUINARD - NOMBRE D'OR (LIVE) from DANSE DANSE on Vimeo.

Le nombre d’or (live) – programmation Danse Danse - présenté jusqu’au 26 novembre au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Plus de renseignements sur : http://www.dansedanse.net/DDA_1112/fr/chouinard.php

Crédit photo : Nicolas Ruel