Le Musée des beaux-arts de Montréal parraine un artiste montréalais à la Fonderie Darling

Catégories

Image

Sous l’impulsion de sa directrice et conservatrice en chef, Nathalie Bondil, le Musée des beaux‐arts de Montréal choisit de jouer le rôle de mécène en parrainant un artiste montréalais. Le Musée dévoilera ces travaux dans un an.

Art et mécénat ont depuis toujours été étroitement associés. L’appui des donateurs de toutes sortes constitue la pierre angulaire indispensable à la création et au soutien de toutes les institutions culturelles et muséales.

« Grâce au fonds discrétionnaire pour les acquisitions qui est alloué à la direction, je trouve plus percutant, pertinent et performant de parrainer un artiste dont nous souhaitons aussi acquérir une œuvre : dès lors, ce parrainage permet de soutenir non seulement un centre d’arts mais aussi la production d’un artiste pendant une année, tout en enrichissant, au final, la collection d’art contemporain du Musée. Cette année, mon choix s’est porté sur la Fonderie Darling dont j’apprécie beaucoup l’éthique et l’innovation. » a déclaré Mme. Bondil.

C’est Chih‐Chien Wang, actuellement en résidence dans le complexe alternatif pour les arts visuels de la Fonderie Darling, qui a été choisi. La Fonderie Darling a ouvert en 2006 quinze ateliers de création et de production ainsi que des ateliers‐logements dont trois sont offerts à des artistes du monde entier, accueillis pour des périodes de trois à six mois. Ses programmes de résidences internationales – soutenus par des collectionneurs, philanthropes ou entreprises mécènes – stimulent la créativité artistique, créent des liens durables entre les pays, et font de la Fonderie Darling un lieu de rencontre et de vie dont la réputation s’étend bien au‐delà de sa communauté.

« Dès l’ouverture en 2006 de ses ateliers d’artistes, la Fonderie Darling a mis en place un programme de parrainage qui permet à l’artiste parrainé de se consacrer plus activement à son travail ainsi que de valoriser sa profession. C’est un grand honneur et une reconnaissance remarquable pour la Fonderie Darling d’accueillir le Musée des beaux‐arts de Montréal comme parrain de l’atelier de l’artiste Chi‐Chien Wang. Que le Musée, et particulièrement sa directrice [...] Nathalie Bondil, en soient infiniment remerciés », a souligné Caroline Andrieux, directrice artistique et fondatrice de la Fonderie Darling.

Né à Taiwan en 1970, Chih‐Chien Wang vit et travaille à Montréal depuis 2002. Diplômé en beaux‐arts du Département de théâtre et cinéma de la Chinese Culture University de Taipei (1994), il complète sa maîtrise en beaux‐arts au Département de Studio Arts de l’Université Concordia, à Montréal, en 2005, et adopte la photographie et la vidéo comme formes d’expression. Il expose régulièrement au Canada, en Europe (Milan, Lausanne) et en Asie. Il est récipiendaire de diverses bourses.

L’oeuvre photographique de Wang présente une poésie du quotidien, à la fois intimiste et minimaliste, en mettant en scène des objets qui incluent la nourriture ou les fleurs. Son esthétique relève autant d’une économie de moyens que de préoccupations formelles. Son approche révèle le statut personnel, culturel et social de l’artiste tandis que ses compositions empruntent au surréalisme certaines stratégies picturales comme le déplacement et l’isolation. Il offre au public une vision épurée de l’objet en contrepoids à une surconsommation envahissante. Il nous ramène vers son essence par le détail. Wang nous projette dans un univers de l’objet très personnel, mais avec des références universelles qui nous amènent vers la contemplation et notre propre intériorité.

Le Musée des beaux‐arts de Montréal possède une collection d’art contemporain considérée parmi les plus prestigieuses au Québec et au Canada, et dont l’accès est gratuit en tout temps. Riche de quelque 10 000 œuvres d’artistes locaux et internationaux, elle constitue un condensé de l’histoire de l’art de 1945 à ce jour. Un large éventail de médiums y est représenté : peinture, sculpture, dessin, gravure, photographie, vidéo, film et installation. Le Musée possède de multiples photographies d’artistes contemporains qui témoignent des nombreuses pratiques actuelles.

(Source : MBAM)