Le gala GAMIQ en direct

Catégories

Début de l'événement

Image

Nous sommes présentement, Catherine et Fanny, au Théâtre Plaza pour le Gala GAMIQ qui débutera dans quelques minutes, nous suivrons le cours de la soirée et dévoilerons les gagnants au fur et à mesure.

Gala GAMIQ en est actuellement à sa sixième édition. Pour ceux qui ne le savent pas GAMIQ signifie le Gala Alternatif de la Musique Indépendante du Québec. Il sera animé par Rej Laplanche et en association avec Musiqueplus.

La programmation nous invite à un repas complet avec une brochette d'artistes issus du milieu émergent québécois. L'entrée sera servie sous peu avec Géraldine et les Gamiq Jean.

Rej Laplanche vient d'entrer en scène pour animer le gala en mentionnant l'excellence de la musique québécoise! Contrairement au Gala de l'ADISQ, le party commence maintenant, du moins c'est ce que Rej a mentionné!

On commence en musique avec Géraldine et les Gamiq Jean tous vêtus de cagoule. Leur énergie est frappante et contagieuse.

Le premier prix Nouvel artiste au plus grand potentiel est décerné à The Barr Brothers avec leur musique plus folk. Ils étaient absents, et c'est une fille qui fait les remerciements en cassant un peu son français.

L'album rock a été remis à Galaxie pour leur album Tigre et Diesel.

Se fut au tour de Alaclair Ensemble de monter sur scène pour aller récolter leur cochonnet d'or pour l'album Hip-Hop de l'année grâce à 4,99. Ils étaient sans mots au sens propre du terme et se sont abstenus de tout commentaire ayant un poulet en plastique à la main.

Buddy Mc Neil and the Magic Mirrors donnèrent une prestation pour soutenir l'énergie de la foule déjà bien vivante.

Les Breastfeeders ont eux aussi eu le privilège de venir récolter leur cochonnet d'or pour l'album rock n' roll avec Dans la gueule des jours. Ils sont allés chercher leur cochonnet humblement et avec de brefs remerciements.

Jimmy Hunt, sa chevelure dans le vent comme à son habitude, a quant à lui gagné le vidéoclip de l'année pour Motocross dont le réalisateur est Yan Giroux.

L'album expérimental a été remis à Colin Stetson pour New History Warface Vol.2 : Judges.

Dead Messenger sont montés sur scène pour donner une pause musicale avec beaucoup de rock planant et peu de paroles.

L'album indie-rock de l'année est décernée à BRAIDS avec Native Speaker. Ils n'ont pas pu se présentés et recevront leur cochonnet d'or dans deux semaines.

L'album électro de l'année revient sans grande surprise à Miracle Fortress pour Was I The Wave?

Le spectacle de l'année est remis au coloré Galaxie qui remonta sur scène pour la deuxième fois ce soir!

Prestation du groupe légendaire de la scène punk montréalaise au plus grand bonheur de Rej ;The Nils. Un son électrisant qui a su rassasier les adeptes de punk.

On a droit à une petite entracte et les artistes fraternisent en salle de presse, aucune barrière entre le public et les nommés n'est perceptible.

Canailles jouent un extrait de chansons de chaque artiste qui gagne un prix. Ils font présentement une chanson sur des airs langoureux quelque peu criards.

Toujours sur le thème de la cuisine, c'est maintenant l'heure du dessert.

Présenté avec enthousiasme de la part de Rej, Boogat est monté sur scène au son rythmé qui rappelle la musique du monde.Les gens étaient réceptifs et dansaient assis sur leur chaise. On oubliait le froid

Retour à la remise de prix. La révélation de l'année va au groupe Hip-Hop Alaclair Ensemble. Encore une fois, ils se présentent sur scène, mais toujours en absence de mots, jusqu'au réveil d'un des membres qui part en tirade. Sans micro simplement muni de sa voix, il interpréta Steve de Robert Nelson.

Micro qui tombe sur la plancher, extrait théâtral...la deuxième partie nous en met plein la vue, attendons de voir les breuvages qui viennent tout de suite après le dessert!

L'Album World de l'année a été attribué à Colectivo avec Tropical Trash.

Les nommés de l'album Chanson de l'année ont été chaudement applaudis. Finalement le choix s'est arrêté sur Jimmy Hunt avec son album du même nom pour une deuxième fois ce soir.

Histoire de bien se gâter en terminant de savourer le dessert, Charlie Foxtrot est monté sur la scène du théâtre Plaza avec une rythmique soutenue et un engouement hors de l'ordinaire.

Le punk est à l'honneur avec l'album punk de l'année remis aux Guenilles avec Aucun Album, le titre de leur dernier opus.

Sur une même lignée, la prochaine catégorie est Album Métal/Hardcore de l'année est remis à Kataklysm pour Heaven's Venom.

Galaxie a récolté pour la troisième fois ce soir le cochonnet pour la Chanson de l'année a été écrite et composée par Olivier Langevin.

Maintenant, place à Meta Gruau avec son rock soutenu. Décidément, c'est une soirée punchée.

L'album pop de l'année revient à Karim Ouellet pour son opus Plume. Celui-ci offre des remerciements sincères pendant que Claude Bégin lui masse les épaules pour lui enlever toute pression. Un beau moment.

La rouquine bouclée, Katie Moore reçoit le prix de l'album Folk/Country de l'année avec des remerciements en français teintée d'un jloi accent anglais.

Rej Laplanche après avoir déglutie un shooter en l'honneur du GAMIQ introduit sur scène Half Moon Run. Le groupe joue tout en douceur des airs planants.

Présenté par la SOCAN, le prix de l'auteur-compositeur de l'année revient à.....Jimmy Hunt! Voilà son 4e prix de la soirée. Il s'avoue lui-même être un habitué de la scène de remerciements tout en ajoutant "Je n'ai plus rien à dire là".

Le dernier cochonnet d'or et non le moindre pour l'Artiste de l'année présenté par Artisti est remis à Galaxie.

Pour finir cette soirée arrosée en beauté Dance Laury Dance a su se faire vibrant et authentique tel un son de cloche à la débauche qui s'en vient à l'after party...

On peut donc dire que le repas fut complet et la foule s'en est régalé tout comme la communauté artistique présente.

Alaclair, Jimmy Hunt et Galaxie ont raflé les trois réunis, 9 des 19 prix.

L'"after party" se déroulera du côté de l'Esco Bar, avis aux fêtards!

Merci d'avoir été des nôtres durant cette sixième édition du Gala GAMIQ! Et comme dirait René Lévesque, à une prochaine fois!