Le FTA 2020 dévoile sa programmation

Catégories

Début de l'événement

Image

Stations de Louise Lecavalier © André Cornellier

Le Festival TransAmériques se veut une fête pour secouer l’apathie collective. Sa 14e édition s’inscrit au début d’une décennie cruciale pour l’avenir de l’humanité. Alors que le monde tel qu’on l’a connu est en train de disparaître, comment 22 spectacles de danse et de théâtre peuvent-ils faire apparaître de nouvelles réalités? Si la santé publique le permet, voici ce que le public du FTA découvrira du 20 mai au 3 juin 2020 dans 13 lieux au cœur de Montréal.

Faits saillants de la programmation

Pour lancer cette édition avec toute la démesure nécessaire, place au monde enchanté du Grec Euripides Laskaridis avec Elenit, une coproduction internationale du Festival comptant parmi les 8 créations 2020, aux côtés de Stations de Louise Lecavalier, Violence de Marie Brassard, P.O.R.N. (Portrait of Restless Narcissism) de Christian Lapointe et Nadia Ross, Post coïtum de Mélanie Demers, J’ai pleuré avec les chiens de Daina Ashbee, SIERRRANEVADA de Manuel Roque et Contingency du Japonais Hiroaki Umeda dans le dôme de la Société des arts technologiques.

Imaginez un aquarium surdimensionné sur la place des Festivals… L’Américain Lars Jan stupéfiera des milliers de gens avec Holoscenes, une performance hors norme qui soumet l’humain aux conséquences effarantes des changements climatiques.

Plusieurs artistes étrangers révèleront leur travail pour la première fois au public du FTA : les chorégraphes Alice Ripoll, de Rio de Janeiro, et nora chipaumire, New-Yorkaise originaire du Zimbabwe, présenteront respectivement l’électrisante pièce de groupe Cria et le triptyque politiquement déjanté #PUNK 100% POP *N!GGA ; du côté du théâtre, soulignons la présence lumineuse du Torontois Jordan Tannahill avec Declarations, ode à sa mère disparue, de la Chilienne Manuela Infante et toutes les plantes d’Estado vegetal, du Belge Louis Vanhaverbeke et son inventif Mikado Remix ainsi que du trio syrien Omar Abusaada, Mohammad Al Attar et Bissane Al Charif avec les poignants témoignages d’Alep. Portrait d’une absence, livrés à un spectateur à la fois.

Parmi les retours d’artistes attendus avec fébrilité, nul doute que les oeuvres célébrées Requiem pour L. de Fabrizio Cassel et Alain Platel, Romances inciertos, un autre Orlando de François Chaignaud et Nino Laisné, Why? de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne ainsi que La reprise. Histoire(s) du théâtre (I) de Milo Rau, inspiré d’un horrible fait divers, sauront créer l’événement.

Enfin, trois spectacles reviennent en rappel sur nos scènes : le bijou sonore et théâtral Aalaapi | ᐋᓛᐱ imaginé par un collectif du Nunavik et de Montréal, de même qu’Anima / Darkroom de 7Starr et Lucy M. May et Un temps pour tout de Sovann Rochon-Prom Tep, qui marquent avec éclat l’arrivée des danses hip hop québécoises au sein du FTA.

Pour plus d'informations :
https://fta.ca

Mot des codirecteurs

Pour la vie, pour l’espoir, pour la beauté : le directeur artistique Martin Faucher fait le point sur la situation actuelle et présente les 22 spectacles de la programmation du #FTA2020, malgré tout. Dans l’espoir vibrant de partager cette édition avec vous.

Vidéo :
https://www.facebook.com/Festival.TransAmeriques/videos/510152893261785

La vie est là

Notre monde devrait être gorgé de tout : d’arbres, de fleurs, d’abeilles, de mousses et de roseaux. D’amour aussi. Lorsque nous levons la tête, le ciel devrait nous laisser apercevoir des nuées d’oiseaux aux couleurs réjouissantes, leurs chants devraient nous bercer l’oreille avec douceur, pénétrer notre cœur avec grâce. La somme de nos connaissances accumulées au fil des siècles n’aurait-elle pas dû nous mener à l’orée de l’harmonie ? Et pourtant, il pleut du plastique, il se consume des abeilles. Les glaciers dérivent, se délitent.

Les artistes pressentent, ressentent. Ils constatent avec courage et lucidité l’état de notre monde saccagé. Ils nous sont précieux parce qu’ils nous proposent de nouveaux imaginaires. Ils dégagent des perspectives inattendues et rebâtissent des mondes où le rêve est à nouveau fécondé. Là où nous pourrions être pétrifiés, ils nous permettent de danser sur les ruines de notre chaos, souvent avec joie.

Cette 14e édition du Festival TransAmériques s’inscrit au début d’une nouvelle décennie qui sera cruciale pour notre humanité défaillante. Ce Festival est une fête, un temps d’arrêt qui secoue l’apathie collective. Debout, rassemblés par l’art, nous pouvons beaucoup. Profitons de notre force.

Le théâtre c’est d’abord la vie. Voilà ce que nous dit le grand Peter Brook. Inspirés par cet artiste infatigable de 95 ans, soyons parties prenantes de cette vie, car le ciel est toujours là, merveilleux.

Martin Faucher
Codirecteur général et directeur artistique

Bienvenue au FTA

Nous sommes en 2020. La planète nous paraît aujourd’hui plus fragile que jamais et l’avenir, incertain, bien qu’encore ouvert à de multiples possibles. Il nous faut penser demain autrement. Humainement. Localement. Mondialement. Solidairement.

Nous sommes à Montréal, qui abrite une communauté vivace d’autrices, de chorégraphes, de metteurs en scène, de créatrices et créateurs au talent indéniable, de même que des publics ouverts, attentifs et curieux, indissociables les uns des autres. Ensemble, nous avons su inventer un terreau fertile à la création. C’est ce qui suscite le désir de visiter notre métropole chez les artistes étrangers. Les oeuvres qu’ils nous offrent bouleverseront nos certitudes et nous aideront à aborder la suite, en aiguisant au passage notre esprit critique, notre sens esthétique et notre conscience. Voilà ce qui appelle le Festival TransAmériques.

Comment un festival international consacré au théâtre et à la danse peut-il faire oeuvre utile ? Cette question anime chaque jour notre équipe pour déployer, au coeur du printemps, ce rendez-vous annuel très attendu. Vous avez entre les mains les fruits d’un travail inspiré, que nous souhaitons ardemment partager.

Nous saluons avec gratitude nos dévoués partenaires, alliés gouvernementaux, commanditaires et donateurs qui permettent à cet événement majeur de maintenir le cap sur ses aspirations. Enfin, bienvenue à vous, festivalières et festivaliers de tous les horizons. Nous vous convions chaleureusement à célébrer, 15 jours durant, l’art et le monde !

David Lavoie
Codirecteur général et directeur administratif

Photo : «Stations» de Louise Lecavalier / © André Cornellier