Le festival Mutek a débuté hier soir

Catégories:

Pour sa 6e édition, du 1er au 5 juin, le festival MUTEK revient en grande forme avec une programmation plus audacieuse et diversifiée. MUTEK 2005 convie plus d’une centaine d’artistes, originaires de 15 pays, à partager leurs plus récentes créations.
En 5 jours bien remplis, et par le biais d’une douzaine de programmes de performances, une série de conférences et d’ateliers, ainsi que d’autres surprises, MUTEK vous fait profiter de ses multiples explorations et découvertes. Fusion des genres, horizons cosmopolites, paysages harmoniques, expérimentations débridées, le cru 2005 est une véritable invitation au voyage… sonore et visuel.
Explorant une nouvelle configuration de lieux, MUTEK investit cette année : Ex-Centris, le Musée Juste pour rire, le Métropolis, le Musée d’art contemporain et le Parc Jean-Drapeau, pour offrir aux festivaliers un véritable itinéraire multidimensionnel, composé de propositions inédites, d’expériences marquantes et de passages festifs. Laissez-vous captiver par ce qui se fait de plus actuel et de visionnaire en matière de création sonore, musicale et audiovisuelle.
Ex-Centris : une expédition sans précédent à travers son et image. Pour cette 6e édition, les artistes transitant par Ex-Centris ont tous un point commun : les manipulations et recherches qu’ils appliquent au métissage du son et de l’image constituent autant d’invitations au voyage. Biosphère (Norvège), reconnu comme un maître des ambiances et textures sonores, s’impose comme chef de file de ces présentations, grâce à sa performance évocatrice des horizons nordiques et isolés de son pays d’origine. Pour cette prestation — en première nord-américaine —, il est épaulé de l’artiste multimédia Egbert Mittelstädt (Allemagne) qui transpose pour la rétine, l’atmosphère de cette contrée polaire.
Parmi les autres artistes faisant escale à Ex-Centris, on retrouve, entre autres : le trio montréalais nAnalog qui nous propose une exploration à travers la mémoire, avec sa première œuvre multimédia intitulée AUTO_SAVE; l’ontarien Akumu qui nous dépaysera avec une élégante hybridation d’enregistrements du quotidien, à partir de matériaux sonores captés au Guatemala, au Mexique et au Honduras, accompagnée de projections impressionnistes, peuplées de collages et d’animations bi et tri dimensionnelles, créées exclusivement pour MUTEK; les Italiens MartuX_M et Mattia Casalegno, membres du trio Metaxu, dont la création en duo comporte une partie du mystère que Naples porte en elle, grâce à une facture cinématographique; Bas Van Koolwijk (Pays-Bas), peintre de formation qui, par le biais de sa présentation FDBCK/AV, nous transporte au pays de l’abstraction numérique à partir d’accidents perçus sur des téléviseurs. Le tout en 2 programmes où sons et images s’entremêlent pour simuler la traversée de contrées imaginaires.
Le Musée Juste pour rire : espace de toutes les explorations. Grande novation cette année, MUTEK investit tous les paliers du Musée Juste pour rire, occupant Le Studio, au rez-de-chaussée ainsi que les 3e et 5e étages.
Dans le cadre des programmes de la série « Expérience », le 5e du Musée Juste pour rire servira de piste d’atterrissage, exclusivement réservée aux découvertes. À tour de rôle, les artistes de la relève canadienne se la partageront avec des visiteurs de l’Amérique du Sud. Inconnus du grand public (pour l’instant!), tous ont en commun de se jouer des étiquettes et de défier les règles de la musique électronique actuelle.
Parmi eux, notons la présence de : Minibloc (Montréal) et des « toys instruments » qui les accompagnent; Des cailloux et du carbone (Montréal) et ses compositions intimistes; Galerie Stratique (Québec) et ses pièces d'ambient-pop; Luci (Montréal), nouveau duo représentatif de la scène locale qui en profitera pour lancer son premier disque vinyle. Pour échapper aux clichés associés aux sonorités latines, une bande d’artistes bien établis dans leurs pays respectifs, qui redéfinissent la création électronique d’avant-garde : Mendoza (Mexique), figure reconnue de la scène électro mexicaine depuis de nombreuses années déjà, présentera une savante déconstruction de sons et de rythmes; Emisor (Argentine), aux propositions sonores accomplies et calibrées et Skipsapiens (Chili), duo représentatif de la nouvelle scène chilienne dont le prochain disque est à paraître, sur étiquette MUTEK_REC.
En soirée, le Musée Juste pour rire se transformera en aire d’expérimentation par excellence. Avec 4 programmes de la série « Nocturne », dont le premier programme double de l’histoire de MUTEK (simultanément dans les 2 salles), et une sélection volontairement très éclectique, les étages supérieurs du Musée Juste pour rire seront témoins d’une inédite fusion des genres.
S’y succéderont, entre autres : Radian (Autriche) dont la musique établit une atmosphère unique où éléments acoustiques et électroniques se côtoient à merveille; Robert Henke (aka Monolake) (Allemagne) venu présenter en première nord-américaine sa nouvelle création Studies of Thunder, une expérience sonore immersive très recherchée, basée sur une diffusion à sources multiples; John Duncan (États-Unis), cette figure légendaire des musiques extrêmes, qui propose une performance intense et englobante, bénéficiant de 8 haut-parleurs nourris d’une amplification massive, diffusant des pièces récentes de son répertoire; Vertex (Canada), duo montréalais, avec une performance qui utilise l’espace au maximum et qui, par ses nombreuses improvisations, provoque à coup sûr, l’interaction avec le public; Marcus Schmickler (Allemagne), talentueux compositeur de Cologne, qui nous assure d’une performance percutante grâce à ses dynamiques compositions; Apparat (Allemagne) dont les agencements d’électronique pure promettent d’interpeller toutes les fibres de votre être.
Le 5 juin, en soirée, c’est également au Musée que se clôturera la 6e édition de MUTEK. Parmi les artistes présents pour l’occasion, Nego Moçambique (Brésil) mis au défi de vous faire atterrir en douceur, après une semaine riche en émotions. Une note brésilienne, suave et nuancée, pour terminer, le sourire aux lèvres et les yeux pleins d’images… de voyage!
Le Métropolis : plaisir des sens garanti. Pour la soirée événementielle qu’offre MUTEK au Métropolis cette année, le samedi 4 juin, des artistes reconnus pour livrer de vibrantes performances sont au programme. Soirée traditionnellement très prisée des festivaliers, elle sera l’occasion de découvrir en première nord-américaine les performances du groupe suisse Gallopierende Zuversicht — réputé pour ses rares, mais mémorables prestations en direct — et du duo Sense Club formé de ceux qu’on ne présente plus : Ricardo Villalobos (Chili/Allemagne) et son acolyte Luciano (Suisse).
Mathew Jonson (Canada) sera aussi de la partie et arrivera à Montréal, précédé d’une solide réputation qui de l’avis général, en fait l’étoile montante de la scène électronique mondiale. Les privilégiés réunis au Métropolis ce soir-là, pourront également entendre et… voir Monolake, génie de la musique électronique allemande, qui vient présenter son tout dernier projet — de son propre aveu —, plus que jamais orienté vers la construction rythmique et… en grande primeur, visuelle!
Le Musée d’art contemporain : ou l’aventure Askaa
MUTEK reçoit cette année encore le duo montréalais Skoltz_Kolgen, enrichi de sa performance au dernier Festival et de la sortie de son album Fluüx:/Terminal sur l’étiquette MUTEK_REC, au printemps 2004. C’est en première mondiale que sera présenté son nouveau projet d’envergure : Askaa, une commande d’œuvre de MUTEK, inaugurée à la salle Beverley Webster Rolph du Musée d’art contemporain de Montréal.
Véritable écosystème interactif inspiré du milieu végétal, Askaa est dotée de 2 écrans translucides autonomes, se relançant aléatoirement des images de synthèses couplées de particules sonores. Skoltz_Kolgen a développé une plate-forme son/image évolutive, réagissant en temps réel à des influx sonores. Installation ou performance, selon le mode choisi, Askaa sera en constante transformation, assurant l’interactivité avec le public, et accueillera également des artistes invités à se produire en direct. L’installation promet de repousser les limites du rapport image/son; rien d’étonnant pour ce duo qui a fait de cette exploration sa marque de fabrique et la clé de ses succès, autant en mode local, qu’international.
Le Placard : où ça? Sur Internet!
Pour les boulimiques d’ici et d’ailleurs, MUTEK propose une expérience inédite : un festival intégré au Festival! Installé au cœur du Festival, au Studio du Musée Juste pour rire, Le Placard accueillera une soixantaine d’artistes qui défileront en continu sur une période de trois jours, pour présenter un assortiment de musiques électroniques originales, inédites et débridées.
Initié en 1999 par l’artiste parisien Erik Minkkinen, Le Placard est un festival nomade présentant des performances musicales en direct pour un public doté de casques d’écoute, avec propagation simultanée des concerts sur Internet. Un calendrier des activités sera publié sur les sites www.mutek.ca et www.placard.org durant l’événement. Un événement-laboratoire à tester durant le Festival.
Pour infos: www.mutek.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon