Le festival Elektra 11 débute

Début de l'événement: 

05 mai 2010 - 21:00
Catégories:

Pour cette 11e édition qui aura lieu du 5 au 9 mai, Elektra présente les toutes dernières créations d’artistes reconnus sur les scènes locale et internationale et de talents émergents et prometteurs.

Voici la programmation complète de cette 11e édition, rendez-vous qui saura combler les amateurs de culture numérique et autres curieux à la recherche de nouvelles expériences audiovisuelles.

Quatre soirs de concerts et de performances à l’Usine C

La 11ème édition d’Elektra convie le public à quatre soirées de performances audiovisuelles multi-écrans, spectacles immersifs et concerts de musique électronique et électroacoustique.

> Le mercredi 5 mai, le festival se dote d’une soirée de pré-ouverture qui accueillera à l’Usine C deux figures importantes de l’électroacoustique au Québec : l’improvisateur et compositeur Sylvain Pohu, ainsi que Jean Piché, un pionnier dans le domaine. Beat de Pohu est une œuvre joignant la vidéo aux rythmes singuliers des instruments traditionnels. K'anchay la nouvelle création de Jean Piché s’annonce tout aussi hybride, en plus de porter la signature poétique et colorée de son créateur. Les œuvres sont interprétées et créées en collaboration avec l’ensemble de percussions Sixtrum.

> Le jeudi 6 mai, Elektra reçoit Herman Kolgen et le duo Purform. La plus récente version d’abcd light de Purform fusionne les ondes sonores des percussions et la lumière : une quête formelle complexe. Elektra1 1 offre aussi en première nord-américaine, la performance A/V Dust de l’artiste Herman Kolgen. Inspiré du photographe Man Ray, Kolgen a créé une expérience tout en poussière et en magnétisme, à la limite du visible et de l’invisible.

> Le 6 et 7 et 8 mai. En deuxième partie de la soirée d’ouverture le jeudi 6 mai, et ce pour trois soirs consécutifs, Elektra présente la Laser Sound Performance de l’artiste Edwin van der Heide. Performance immersive totale, bombardement de couleurs, d’ondes et de lasers, cette expérience extrême n’est pas sans rappeler le Feed, présenté à Elektra 8, 9 & 10 à guichet fermé.

> La soirée du vendredi 7 mai accueillera quatre importantes performances. L’américain Blake Carrington radiographie les secrets architecturaux des cathédrales sous nos yeux lors de sa performance Cathedral Scan. Toujours dans la lignée du lieu sacré, Raphaël Thibault et Hyun-hwa Cho entrainent le public, quant à eux, dans l’enceinte de l’Église St-Eustache à Paris où les corps errent et évoluent dans leur complexe Vox Humana. Herman Kolgen revient avec sa nouvelle version 0.2 d’Inject : l’odyssée neurosensoriel d’un corps humain prisonnier et graduellement submergé. Finalement, les artistes Cécile Babiole, Jean-Michel Dumas et Vincent Goudard présentent leur Donjon : le lieu d’une joyeuse déconstruction technologique/domestique/ fantasmatique de la culture populaire.

> Samedi 8 mai a lieu la soirée du label berlinois raster-noton et ses grandes pointures de l’électronique expérimentale. Aoki Takamasa visite exceptionnellement la terre nord-américaine pour donner au public l’occasion d’admirer le l'éventail de ses outils et créations électroniques. Mika Vainio est aussi de la partie. Membre fondateur de Pan Sonic, il réinvente sa dynamique minimale et rythmée. Co-fondateur du label, Byetone met ses talents au service de ses morceaux puissants et de son visuel pour son tout nouveau ‘live’. Sans oublier le petit nouveau de l’écurie berlinoise : Grischa Lichtenberger, un bruitiste expérimental souvent comparé au mythique Autechre.

Projections vidéo, rencontre de professionnels, installation vidéo et lancement à la Cinémathèque québécoise

Pour une quatrième année consécutive, la Cinémathèque québécoise, co-présentateur du festival, ouvre son espace à plusieurs activités d’Elektra. La Cinémathèque accueille cette année des installations d’arts médiatiques à la fine pointe de la technologie : Luc Courchesne présente, en première mondiale, le plus récent environnement 3D qu’il a créé pour son dispositif Panoscope 360. Immersion soleil couchant (après Monet) est une visite immersive des plages du monde qui débute à la Cinémathèque dès le jeudi 6 mai à 17h30. Du 5 au 8 mai, Ben Bogart nous propose son intrigante Dreaming Machine, une installation in-situ questionnant les limites de l’intelligence artificielle. À ne pas manquer.

Le jeudi 6 mai également, dès 17h30 à la Cinémathèque, à ce double vernissage s’ajoutera le lancement montréalais du tout dernier hors série : Performances A/V, de la revue parisienne MCD – Musiques et Cultures Digitales.

Les 6, 7 et 8 mai : Panoramas I, II & III est une série de projections vidéo qui propose au public de découvrir trois programmes de vidéos d’environ 65 minutes intitulés Panoramas internationaux et préparés par Némo, festival parisien dédié aux nouvelles images.

Le 7 mai, 18h30 et le 9 mai, 17h, la Cinémathèque présente en collaboration avec Elektra, une rétrospective du cinéaste expérimental Stan VanDerBeek (1927-1984).

Le Marché International de l’Art Numérique est reconduit les 6 et 7 mai, pour une quatrième édition, constituant le volet professionnel du festival.

Série Installations A/V et interactives dans des galeries et centres d’artistes autogérés de la région de Montréal

> Installations robotiques, interactives, sonores et vidéo prennent place à Montréal du 5 au 9 mai! En addition au Centre des arts actuels Skol, Elektra investit cette année de nouveaux lieux : la Galerie Push, Galerie Joyce Yahouda et Oboro.

> La Galerie Push inaugure l’installation 216 prepared dc-Motors de l’artiste suisse Zimoun le vendredi 7 mai à 18h00. Une sculpture sonore et cinétique qui transforme les murs de la galerie en une poésie mécanique et organique unique. La série se poursuit avec l’installation vidéo-cinétique et photographique de Pascal Dufaux à la Galerie Joyce Yahouda.

Installations et lancements à l’Usine C

Pour la durée du festival exclusivement, du 5 au 9 mai, l’artiste néerlandais Daan Roosegaarde invite les visiteurs de l’Usine C à interagir avec Dune, une myriade de fibres lumineuse qui réagit à la vie qui l’entoure. Une expérience de déambulation à la Alice au pays de la techno!

>> Les billets pour cette 11e édition sont en vente dès maintenant sur le réseau admission (www.admission.com) ainsi qu’à la billetterie de l’Usine C (514-521-4493, 1345 avenue Lalonde, Montréal, Métro Beaudry)

www.elektramontreal.ca
http://blog.elektramontreal.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon