Le Conseil supérieur de l'AFP rejette une plainte du parti au pouvoir

Catégories:

Le Conseil supérieur de l'Agence France-Presse, un organe indépendant chargé de veiller au respect de ses statuts, a rejeté une plainte formulée par un porte-parole de l'UMP, le parti de droite au pouvoir, qui lui reprochait de ne pas avoir fait état de certains de ses communiqués.

"La plainte de M. Lefebvre est rejetée", indique le président du Conseil supérieur de l'Agence, Jean-Pierre Leclerc, dans un courrier daté du 18 juillet et adressé à Frederic Lefebvre, porte-parole de l'UMP, et au PDG de l'AFP Pierre Louette.

M. Lefebvre s'était plaint d'une "obstruction volontaire" de l'AFP, reprochant à l'agence de ne pas avoir traité des communiqués de son parti relatifs à une condamnation de l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal.

"Il appartient à l'Agence France-Presse, qui n'est soumise à aucune obligation statutaire de retranscription systématique des communiqués des partis politiques dont elle est destinataire, de déterminer, parmi ceux-ci, ceux dont le contenu mérite d'être partiellement ou intégralement repris", a notamment estimé le Conseil.

Le Conseil supérieur de l'AFP a pour mission statutaire de "veiller aux obligations fondamentales" de l'Agence, notamment son indépendance vis-à-vis de tout "groupement idéologique, politique ou économique", et la fourniture "d'une information exacte, impartiale et digne de confiance".

Il compte huit membres: un membre du Conseil d'Etat, un magistrat de la Cour de cassation, deux représentants des directeurs des entreprises éditrices de quotidiens, un journaliste, un représentant de l'audiovisuel public et deux personnalités ayant représenté la France à l'étranger.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon