Le colloque «Stratégies pour le journalisme» aura lieu du 19 au 21 avril

Catégories

Début de l'événement

Image

Quel est le rôle du journalisme au Canada aujourd’hui dans l’environnement médiatique en constante mutation? Avons-nous encore besoin des journalistes maintenant que chacun a son téléphone intelligent muni d’un appareil photo? Décideurs, universitaires, activistes et journalistes se réunissent à Montréal afin d’élaborer une réponse à ces questions. Le colloque sur les stratégies du journalisme aura lieu du 19 au 21 avril 2012.

Les choses changent rapidement. À l’opposé de plusieurs conférences, celle-ci ne prévoit pas seulement des discussions mais de l’action. Son but est de faire des recommandations fortes qui aideront au développement de meilleures politiques publiques sur le journalisme au Canada. Les discussions se dérouleront en français et en anglais.

Des penseurs et praticiens influents dans le monde des médias au Canada et ailleurs dans le monde participeront au colloque Stratégies pour le journalisme. Ils exposeront leur opinion sur la façon dont les politiques publiques peuvent soutenir le journalisme qui prône la démocratie. Parmi les conférenciers invités, Dominique Payette, ancienne journaliste de Radio-Canada qui enseigne à l’Université Laval et a récemment rédigé un rapport sur l’avenir du journalisme pour le gouvernement du Québec; Bernard Descôteaux, directeur du Devoir; et Jean LaRose, le directeur général d’APTN. Les participants inscrits prendront part aux discussions et aux ateliers durant les trois jours de la conférence. Le grand public est également invité à participer à deux des principaux évènements.

« Le journalisme, c'est quelque chose de très important en démocratie, » commentait Colette Brin, professeure en communications à l’Université Laval et coorganisatrice du colloque. « À notre sens et aux fins du colloque, on considère que le journalisme doit non seulement informer les citoyens, mais aussi les amener à vouloir s'impliquer dans la vie démocratique. » L’objectif de cette conférence sera donc d'aider à développer des politiques publiques qui reconnaitront le rôle des citoyens dans la conversation journalistique.

L’avenir du journalisme à l'heure des réseaux sociaux

Le passage au numérique a changé le paysage des médias tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des salles de nouvelles. En une génération, le journalisme est passé d’une communication à sens unique vers l’extérieur à une conversation avec l’utilisateur. Les médias sociaux et les téléphones intelligents amènent de plus en plus de réactions sur Internet sur tous les sujets. Les nouvelles organisations journalistiques comme WikiLeaks.org et OpenFile.ca créent des alternatives aux modèles traditionnels de journalisme. Ces changements ont modifié la structure des média organisés et augmentent les défis auxquels ils font face financièrement. Autant les diffuseurs publics que les compagnies privées de communication coupent dans leurs budgets et demandent aux journalistes de faire davantage avec moins. Des millions de gens, y compris plusieurs anciens et actuels journalistes, animent en parallèle leur blog et leur compte Twitter. Et ils sont de plus en plus nombreux à utiliser Internet comme point de départ pour toutes leurs communication.

Cette conférence élaborera des propositions de politiques qui prennent en considération ces changements fondamentaux dans le paysage médiatique. Universitaires, journalistes, activistes et politiciens discutent déjà de ces questions. Nous voulons créer l’occasion pour que tous ces intervenants se parlent dans un même forum. La conférence tentera de découvrir comment le journalisme traditionnel et les nouvelles formes de communication peuvent collaborer à l’intérieur de nos processus démocratiques.

Les défis du journalisme au Canada

Le fossé s’élargit entre la haute qualité que les Canadiens attendent de leurs institutions journalistiques et le prix qu’ils sont prêts à payer pour ce journalisme professionnel. Quelques chiffres :

— Selon un sondage d’Ipsos Reid en 2011, la majorité des Canadiens – 56% - sont d’accord que « pour être un journaliste canadien qui travaille pour un journal, la télévision ou la radio, ce journaliste doit répondre à certains critères communs à l’ensemble de cette industrie. »

— Une récente enquête sur Internet faite par le Canadian Media Research Consortium (CMRC) auprès de 1,682 adultes indique un nombre renversant – 92% - qui sont contre l’idée de payer pour le contenu. Ils disent qu’ils trouveraient un autre site, gratuit, si leur média favori imposait des frais d’utilisation.

— Un rapport du CMRC indique que l’information fournie par les média traditionnels est jugée fiable et crédible par près de 9 Canadiens sur 10.

— Un rapport du Nordicity Group sur le support financier et la règlementation des diffuseurs publics dans le monde indique que les diffuseurs publics du Canada sont comparativement sous financés.

L’occasion d’innover

— Des initiatives en matière d'information hyperlocale peuvent créer de nouveaux modes de transmission des nouvelles dans les communautés mal desservies.

— Le rôle du journalisme peut être revitalisé via les plateformes en ligne, grâce à l’utilisation des technologies émergentes par les journalistes professionnels ou citoyens.

— Les média sociaux peuvent servir d’outils de recherche et de plateforme de diffusion pour les journalistes.

— La capacité des médias d'information d'ajouter la collecte d’information collaborative aux méthodes professionnelles déjà existantes peut aider à attirer et même à créer de nouveaux publics.

Lacunes dans les politiques canadiennes sur le journalisme

— Aucune politique publique n'a été élaborée pour résoudre le problème du déficit démocratique mis en évidence dans les nombreux rapports publiés sur le sujet – du rapport Davey en 1970 jusqu’au Comité permanent du Sénat sur le transport et les communications en 2006.

— Les politiques publiques n'ont pas non plus été mises à jour pour tenir compte des changements technologiques et les défis qu’ils imposent aux modèles financiers et aux structures organisationnelles traditionnelles des médias canadiens.

Pour plus d'informations

http://journalismstrategies.ca/fr

Contact :

Jean-Hugues Roy
Journaliste et professeur
École des médias, UQAM
514/987-3000, x6102
cell.: 514/778-6102
jh@jhroy.ca