Le chanteur Morrissey (ex-The Smiths) poursuit un hebdo sur des accusations de racisme

Catégories:

Le chanteur britannique Morrissey, ancien membre du groupe The Smiths, a entamé une procédure en justice contre un hebdomadaire britannique spécialisé qu'il accuse de l'avoir présenté comme étant raciste pour gonfler ses ventes, a-t-il annoncé. Morrissey, 48 ans, a indiqué sur le blog consacré à la musique du quotidien The Guardian avoir porté plainte vendredi contre le New musical express (NME) et son rédacteur en chef Conor McNicholas.

Selon lui, le magazine a dénaturé ses propos dans l'entretien publié dans son édition disponible depuis vendredi. « Je pense qu'ils ont de manière délibérée essayé de me dépeindre comme un raciste dans le récent entretien que je leur ai accordé, de façon à donner un coup de fouet à leur tirage en baisse », a indiqué Morrissey, soulignant que le personnel du magazine était « sournois, agressif et peu fiable ».

Le litige a pour origine les commentaires du chanteur sur le nombre d'immigrés en Grande-Bretagne: « Avec le problème de l'immigration, c'est très difficile parce que, bien que je n'aie rien contre les gens des pays étrangers, plus l'afflux en Angleterre est élevé, plus l'identité britannique disparaît », a-t-il déclaré au magazine qui fait sa Une sur le chanteur sous le titre « Bigmouth strikes again » (Grande gueule frappe encore).

C'est l'un des titres de l'album des Smiths The Queen Is Dead paru en 1986. Antimonarchiste et végétarien, Morrissey, dont les chansons sont riches en commentaires sombres sur la société, a également critiqué le journaliste qui a réalisé l'entretien, précisant qu'il avait « reçu chaque réponse que je lui donnais avec un gloussement d'écolière ».

Morrissey a souligné qu'il soutenait la campagne Love Music Hate Racism (aimez la musique détestez le racisme). « J'exècre le racisme et l'oppression ou la cruauté sous toutes leurs formes et je ne laisserai pas passer cela sans être absolument clair et catégorique sur ma position », a-t-il ajouté.

« Nous confirmons que nous avons reçu deux assignations des avocats de Morrissey concernant NME et son rédacteur en chef Conor McNicholas », a déclaré un porte-parole du magazine au Guardian, précisant que cette affaire était prise « très au sérieux ».

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon