L'auteure allemande Gila Lustiger à Québec et Montréal

Catégories:

À l’invitation du Goethe-Institut Montréal, l’auteure allemande Gila Lustiger fera une tournée de lectures à travers quelques villes de l’Est du Canada, soit Halifax, Montréal, Ottawa et Québec. Ne ratez pas l’occasion d’entendre l’une des voix les plus singulières de la littérature contemporaine d’Allemagne !

Gila Lustiger
Née en 1963 à Francfort sur le Main, Gila Lustiger est la fille de l’historien Arno Lustiger. À l’âge de dix-huit ans, elle émigre en Israël et entreprend des études à l’Université Hébraïque de Jérusalem. De 1983 à 1986, elle travaille comme lectrice pour la littérature allemande et la littérature pour enfants à Tel Aviv. En 1986, elle s’installe à Paris. De 1987 à 1989, elle travaille comme journaliste pour la section allemande de Radio France International et le bureau parisien de ZDF. Depuis 1989, elle est lectrice chez Albin Michel à Paris. Gila Lustiger est également traductrice. Elle a entre autres traduit les poètes israéliens T. Carmi et Asher Reich, ainsi que l’auteur français Jules Supervielle. Son premier roman, Bestandsaufnahme (L’inventaire) (1995) a été choisi Livre du mois par l’Académie allemande de langue et de littérature de Darmstadt. Sa nouvelle Aus einer schönen Welt (1997) a été nominée pour le prix Ingeborg Bachmann. Son roman So sind wir (Nous sommes), une saga familiale sur les Juifs d’Europe, a été nominé pour le Deutscher Buchpreis (Prix du Livre Allemand) en 2005. Gila Lustiger vit à Paris avec sa famille.

Nous sommes
Voici la chronique inspirée d’une famille juive qui traverse le XXe siècle. Russie Pologne, Allemagne, France, Israël : le destin européen des Lustiger. A partir de photos et de divers objets familiers, un presse papier en forme de boule de cristal, une pile de vieux journaux, une poupée adorée, l’auteur évoque parents, grands-parents, oncles, tantes, sur et cousines. La grand-mère polonaise quitte son pays par amour pour un pionnier russe et cet exil lui sauve la vie ; la mère israélienne fera l’aller-retour entre Francfort et Tel-Aviv ; la tante vit la traversée de l’Exodus. Tous à leur manière sont des artistes du silence éloquent. Gila Lustiger écoute le silence des siens et nous livre légendes familiales, anecdotes drôles ou tragiques, et invente le reste. Nous sommes parle des mythes fondateurs de l’État d’Israël, de l’immigration, de l’indépendance, incarnés par le couple des grands-parents venus de Russie et de Pologne. Nous sommes raconte une enfance et une adolescence dans l’Allemagne des années 60 et 70, pays à l’atmosphère étriquée où toute relation repose sur les non-dits. Au centre du récit, tel un chef d orchestre qui maîtrise le passé et l’avenir, Arno Lustiger, père de Gila et survivant d’Auschwitz. Personnage impressionnant qui ne dévoilera jamais à ses filles son parcours personnel tragique mais qui consacre toute sa vie à la réconciliation entre Juifs et Allemands. C’est un texte lucide, ironique et tendre, qui à partir du microcosme d’une famille, nous dresse le portrait de l’Europe du XXe siècle.

L’inventaire

Une demande en mariage ; un poudrier acheté dans un magasin juif ; quelques décorations de guerre ; un bâtiment des Beaux-Arts transformé en quartier général de la Gestapo... Petites choses et vastes effrois.
Ainsi commence cette fresque épique qui a pour objet l'Allemagne, depuis la République de Weimar jusqu'à 1945. Un monde léger, joyeux, d'abord, avant la chute noire vers le nazisme quotidien. Au-delà des intrigues amoureuses, les disputes et des rêveries, se forge un mécanisme trouble : celui de la persécution. Il n'épargne personne, traîtres par vocation, ménagères, notables et autres fantômes.
A l'heure de l'inventaire, après les années brunes, combien de rescapés, combien de vies sauves ?
Premier roman de Gila Lustiger, l'Inventaire a été unanimement salué par la critique d'outre-Rhin, tant pour son style, détaché et ironique, que pour son souffle, comme l'une des oeuvres de fiction majeures écrites à ce jour sur la période la plus sombre de l'histoire allemande.

Lectures au Québec
16 avril à 19 h 30
Lecture à la Bibliothèque publique juive
Allemand – anglais
1 Carré Cummings
Montréal
Tel : 514-345-2627
www.jewishpubliclibrary.org

20 avril à 11 heures
Entretien avec Jean Fugère
Salon international du livre de Québec, Scène Médias
Suivi d’une séance de signature au stand Hachette
www.silq.org

22 avril à 19 heures
Lecture au Goethe-Institut Montréal
Allemand – français
418, rue Sherbrooke Est
www.goethe.de/montreal

www.goethe.de/montreal

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon