L'actualité vieillit plus vite que jamais

Selon les résultats d'une étude statistique réalisée par Influence Communication auprès de l'ensemble de l'actualité provenant des quotidiens, de la radio, de la télévision et d'Internet au Canada, l'espérence de vie moyenne des nouvelles a chuté d'environ 15 % au cours des 10 dernières années.

En 1996, 69 % des nouvelles avaient une durée de vie de 24 heures ou moins alors que 25 % des dossiers s'étendaient sur près de 72 heures. En 2006, 85 % de l'actualité disparait après 24 heures alors que seulement 10 % des nouvelles suscitent encore l'attention de la presse après 72 heures.

De façon générale, le volume d'information s'est accru de 17 % en 10 ans. Les médias québécois publient ou diffusent aujourd'hui près de 7 000 nouvelles par jour en haute saison. Au Canada anglais, la fréquence est d'environ 30 000 nouvelles par jour.

Avec les années, le facteur de répétition d'une nouvelle dans les réseaux d'information continue a aussi décliné. En 1996, le facteur moyen de répétition était de 2,6. Aujourd'hui une nouvelle qui fait la manchette n'est reprise que 2,2 fois.

La montée des médias d'information sur Internet qui sont au nombre de 500 au Canada dont 118 au Québec, la concurrence que se livrent l'ensemble des salles de presse et l'accroissement du volume de communiqués diffusés sur les réseaux, par courriel ou par télécopieur pourraient expliquer une partie du phénomène.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon