«La Vénus Au Vison» : luxure, éclats de rires et volupté

Catégories

Début de l'événement

Image

Jeudi soir avait lieu la première médiatique de l'oeuvre de l'auteur David Ives (New Yorker, New York Times) chez DUCEPPE, à la Place des Arts.

Sans risquer l'exagération, allons droit au but, le voulez-vous? À en juger par la longue ovation: un succès indéniable. Une des pièces incontournables de l'année 2013.

Tout d'abord, chapeau au metteur en scène, Michel Poirier, chapeau à ses deux comédiens chevronnés, Hélène Bourgeois Leclerc et Patrice Robitaille, qui auront su confondre même le public le plus récalcitrant.

Non seulement la pièce réussie à charmer tout le gratin artistique et les critiques présents, mais cette dernière va aussi beaucoup plus loin: ceci est en fait, LA pièce qui saura vous réconcilier/initier avec le théâtre, si jamais vous aviez des doutes, quelconque préjugé ou traumatisme antérieur par rapport au 6e art.

Une heure quarante-cinq minutes durant, et cela, sans entracte, avec pour seul décor un sofa, une chaise et un minuscule bureau, les deux comédiens auront su nous plonger corps et âme au coeur de ce récit érotique, tordu, déviant, empreint de désir, d'un jeu de pouvoir tordu tout en offrant néanmoins un spectacle hilarant, rafraîchissant, charmant. Mais comment cela est-il possible? Rien de mieux que de l'expérimenter par vous même pour en percer le mystère...

Car si l'histoire réfère résolument au S&M, elle n'est en pas moins empreinte d'humour; les éclats de rire fusaient de toute part, et ce, tout au long de la pièce. Le rythme (en plus d'une mise en abyme, un défi de taille pour n'importe quel metteur en scène) est résolument effréné, allumé, ce qui ne laisse aucun répit même au public le plus hyperactif qui soit!

Avec un ton ultra moderne, son langage vachement familier, du mordant, un humour décapant, cette pièce mêlant sexe, désir et fantasmes, et livrée par deux comédiens irréprochables jumelés à une astucieuse mise en scène, "La Vénus au Vison" vous charmera. Tout un chacun.

À l'affiche jusqu'au 19 octobre au Théâtre Jean Duceppe