La saison 2009-2010 de Premier Acte - Un regard neuf sur une génération d'artistes porteuse d'une parole singulière‏

Catégories:

Premier Acte a annoncé les détails de sa saison 2009-2010. Une saison de dix spectacles, dont deux hors série, riche en création et qui donne encore beaucoup de place à une nouvelle génération d'artistes prometteurs.

SAISON 2009-2010

UN REGARD NEUF SUR…
Une génération d’artistes porteuse d’une parole singulière

Pour sa seizième saison, Premier Acte est à nouveau le reflet du vent de création et de dynamisme qui anime l’émergence théâtrale québécoise. Cette saison, encore une fois résolument orientée vers la création, se compose de huit spectacles présentés dans la salle de la rue Salaberry et de deux productions offertes en hors série, ou « hors les murs ».

Cette programmation marque le retour de trois collectifs : La Compagnie Thomas, les Écornifleuses et Le Théâtre Péril. Elle ouvre aussi la porte à une demi-douzaine de nouveaux regroupements, reçoit un spectacle montréalais et concrétise un vieux rêve : programmer une création réalisée par les étudiants du Conservatoire d’art dramatique pendant leur troisième année.

Du 1er au 12 septembre, le théâtre Jésus Shakespeare et Caroline invite le public dans la cour intérieure du Conservatoire d’art dramatique de Québec pour la pièce Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit (hors série). Les spectateurs, mobiles, iront à découverte de personnages et de leurs histoires, de leurs rêves, dans une ambiance de nuit, de feu et de murmures. Une première rencontre entre l’univers du dramaturge français Fabrice Melquiot et le public de Québec.

La saison régulière s’ouvrira, du 15 au 26 septembre, avec …et autres effets secondaires, une création originale de Des miettes dans la caboche (finissants 2009 du Conservatoire d’art dramatique de Québec). Abordant la schizophrénie avec subtilité et nuances, l’histoire fait entrer le spectateur dans le monde de Benoît, un sans-abri souffrant de délires psychotiques, qui fuit le monde extérieur pour un crime dont il ne garde aucun souvenir.

Du 6 au 24 octobre, la compagnie Pour le moment transportera le public dans l’espace enveloppant et fascinant de sa toute première création, Les Arbres. Le texte sensible d’Édith Patenaude propose une intrusion dans la vie de deux sœurs confrontées à une série de pertes et d’abandons. Deux sœurs dont les mondes se croisent et s’éloignent, dans une tentative effrénée d’arriver à s’enraciner.

Du 10 au 28 novembre, le collectif Les Fleurs s’attaque au thème du pouvoir de l’État sur la société avec leur création La Réforme Pinocchio. Perdant de leur emprise sur les jeunes, les hautes sphères dirigeantes se promettent de combattre ce fléau à la source… Un conte moderne sans scrupules, à l’humour acide et vindicatif !

La rentrée hivernale sera marquée, du 19 janvier au 6 février, par le retour de la Compagnie Thomas avec la pièce Route, une création originale de Thomas Gionet-Lavigne inspirée par l’univers de Jack Kerouac. Sur la Route 66 vers San Francisco, un homme part à la recherche d’une Amérique-poésie des années 50, remettant sa vie et ses valeurs en question.

Du 16 février au 6 mars, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que Premier Acte accueillera la toute nouvelle création des Écornifleuses. Après la pétillante Cinq filles avec la même robe, elles se lancent cette fois dans un univers fantastique et inquiétant avec Barbe Bleue et la maison dans la forêt s’est allumée. Le public sera convié à une somptueuse réception organisée par Barbe Bleue et sera plongé au cœur d’une fête de plaisirs, de démesure…et de découvertes terrifiantes.

Du 9 au 13 mars, place au deuxième événement hors série de la saison : L’Homme-Foule, par le Théâtre Rude Ingénierie, présenté à la salle Multi de Méduse. Une troupe-orchestre éclectique, formée de performeurs de différentes disciplines, s’affairera à sculpter l’espace et explorera les sous-thèmes de l’enjeu principal : soi versus la société.

Bang !? prendra d’assaut les planches et tiendra le public en haleine du 16 mars au 3 avril, alors que la mort suspecte d’un comédien sème la panique et le doute sur un plateau de tournage. L’utilisation de projections vidéo donnera un aspect cinématographique à cette première création du Théâtre ?, dans laquelle la réalité croise étrangement la fiction.

Du 6 au 10 avril, Premier Acte se fait plaisir et gâte son public avec Simon a toujours aimé danser, par Abat-Jour Théâtre. En provenance de Montréal, cet émouvant solo de Simon Boulerice a su séduire la critique. Oscillant entre le rire et les larmes, le spectateur découvrira le parcours du jeune Simon, jalonné de passions et de déceptions.

La saison se termine en beauté avec Trans(e), la plus récente création du Théâtre Péril, présentée du 20 avril au 1er mai. Pour son troisième texte, Christian Lapointe explore le thème délicat du transsexualisme. Reconnu pour sa prise de risque et sa profondeur, le travail de Lapointe promet, une fois de plus, d’amener le spectateur à se questionner sur la condition humaine.

Surveillez le www.premieracte.ca pour vous tenir au courant des activités spéciales (lectures, laboratoires publics, etc) qui se tiendront en périphérie de la programmation régulière.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon