À la rencontre des designers de mode montréalais - Philippe Dubuc

Catégories:

C’est dans le cœur du Vieux-Montréal, où les rues pavées donnent la direction du Marché Bonsecours, qu’aura lieu la 18e édition de la Semaine de mode de Montréal qui arrive à grand pas. Pour se familiariser avec les grands noms de la mode de Montréal, j’ai entrepris de discuter du quotidien et du style de vie des designers montréalais avec… les designers eux-mêmes!

Cette entrevue s’est faite avec une des têtes d’affiche de la Semaine de mode de Montréal, il s’agît du designer Philippe Dubuc. Celui qui pousse à réinventer la recette du traditionnel défilé pour présenter ses collections durant la semaine de mode, organise cette fois un événement shooting pour sa collection automne/hiver 2010-2011, sur un bateau dans le vieux-port, et y reçoit essentiellement les médias!

La collection automne-hiver de Dubuc est donc terminée. Il en est déjà à entamer la collection printemps/été 2011, tout en fabriquant les échantillons de pré-production de l’automne/hiver 2010-2011, et en livrant sa collection printemps 2010 en boutiques.

Danielle Martin : Philippe Dubuc, que faites-vous donc pour vous détendre?
Philipppe Dubuc : Je fais du ski l’hiver, je fais beaucoup d’exercice, de sport. J’essaie de vivre au jour le jour. Quand on travaille dans un domaine où ça n’arrête jamais, je me fais l’effort de vivre dans le moment présent. C’est une forme de méditation personnelle, parce que ma vie, mes relations, mes sorties, font partie d’un tout. Je n’ai pas une double vie!

DM : Avez-vous un petit spot cool pour sortir et où il y a des gens au look intéressant?
Dubuc : Oui, ici à côté. J’habite sur le Plateau, j’ai la boutique sur le Plateau aussi, il y a Le Plan B sur Mont-Royal, Le Réservoir sur Duluth, il y en a plein! Ces places-là, c’est relax, c’est « sharp », des gens relax et cool, des gens qui vivent leur quartier. Quand on est occupé comme dans mon domaine, on essaie de tout vivre dans 1 km à la ronde!

DM : Où sortez-vous pour vous éclater alors?
Dubuc : Je n’ai pas un endroit où je vais tout le temps. En fait, J’aime découvrir de nouveaux endroits. Ces temps-ci, je sors entre autre dans le Vieux-Montréal. C’est assez nouveau et il y a le Velvet de l’Auberge Saint-Gabriel qui est chouette!

DM : Quel est le dernier livre que vous avez lu? Et quelle en serait la couleur?
Dubuc : « Le Passager », de l’auteur québécois qui a aussi écrit « Les 7 jours du Talion », Patrick Sénécal. La couleur, la vraie? Je peux dire que c’est sombre et un peu, non, très macabre! On rentre dans la peau du personnage qui est amnésique. J’ai lu cela la semaine dernière en avion, en revenant de Paris, où j’étais allé à une foire commerciale de tissus, Première Vision.

DM : Quel est le dernier film que vous avez vu?
Dubuc : C’est le film sur Gainsbourg vie héroïque. Ce que j’ai aimé, c’est la réalisation très fantaisiste. On vit une tranche de sa vie, avec les stars qu’il a côtoyées, comme Jane Birkin et Brigitte Bardot entre autres. C’est pas encore sorti ici.

DM : Quelle musique écoutez-vous ces jours-ci?
Dubuc : Je suis plus dans l’ambiant, l’instrumental, oui dans l’instrumental et dans le piano et le violon. On est dans la modernité, dans des compositions récentes.

DM : Quelle est la dernière exposition que vous avez visitée?
Dubuc : C’est celle de Pierre Soulages, au Centre Pompidou à Paris. Tiens, j’ai le carton ici justement! Pierre Soulages est un artiste peintre, qui travaille beaucoup le noir. C’est très inspirant pour mon travail! C’est l’interprétation du noir!

DM : Quelle a été votre plus grande réalisation à ce jour?
Dubuc : Professionnellement? Être encore là! Dans notre domaine, ça va et ça vient! 15 ans cette année, je ne compte plus les années, mais attends un peu… 1994, heu… ça fait 16 ans cette année!! [Le site www.dubucstyle.com indique « depuis ses débuts en 1993… », 93 ou 94, Dubuc est dans le présent et ne compte vraiment pas le temps qui passe!]

DM : Auriez-vous une primeur à nous annoncer sur votre prochaine collection ou l’événement d’aujourd’hui?
Dubuc : Ce sera donc un shooting instantané de la collection automne/hiver. Le photographe du shooting sera Martin Rondeau. Pour la collection, le déconstructivisme qui est omniprésent dans la collection. Il y a aussi les volumes. Toute la collection tourne autour des marins du Nord. Les matières avec des enduits, texturées et travaillées dans des détails minimalistes.

Philippe Dubuc a deux boutiques éponymes, une à Montréal sur la rue St-Denis et une à Québec rue St-Joseph Est. Dans un style toujours urbain, sa créativité versatile lui a permis de débuter par la mode pour homme et de développer ensuite la mode féminine. Le style PHILIPPE DUBUC est précis et se distingue par ses finitions soignées, ses tons minéraux, ses matières modernes souvent gommées et texturées. Pour plus d’information sur le couturier, visitez le site www.dubucstyle.com

Photos : sensationmode.com

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon