À la rencontre de Bobby Bazini, un chanteur promis à un grand avenir

Début de l'événement: 

10 mars 2010 - 00:00
Catégories:

En décrivant sa musique, Bobby Bazini, dont l’album « Better in Time » sortira le 10 mars prochain, parle d’authenticité, de « musique qui s’est un peu perdue à travers les années », il souhaite que ses chansons fassent écho à celles de Bob Dylan, de la musique « simple, mais vraie ». À tout juste vingt ans, l’auteur-compositeur et interprète trouve son inspiration dans la vie de tous les jours. Issu d’une famille francophone de Mont-Laurier, il tient son anglais de courts séjours d’immersion à Toronto. Il explique que la musique a toujours fait partie de sa vie et que « à la maison, on ne l’écoutait pas, on la faisait ».

« Morning Comes », la cinquième chanson de l’album et sa favorite, décrit d’ailleurs l’importance de se couper pour quelques instants du monde extérieur, de revenir aux sources afin de passer du temps avec les gens que l’on aime, ce qui lui arrive de moins en moins souvent ces temps-ci. En effet, le single « I Wonder », diffusé en septembre dernier, a connu un succès inespéré, ce qui a précipité la production d’un premier album par Mungo Park Records. Un premier album composé de mélodies entraînantes, reposant sur des arrangements musicaux simples mais efficaces, et où l’on a le plaisir de découvrir la voix bien particulière de Bobby Bazini, une voix rauque que nul ne croirait appartenir à un aussi jeune homme.

C’est à quinze ans, en ayant pour mission d’animer la foule lors d’un festival de sa région, que Bobby Bazini a rencontré un animateur de radio locale avec qui il allait composer et enregistrer « Turn Me On », chanson qui fut ensuite envoyée à une maison de promotion montréalaise. Le reste appartient à l’histoire.

Bobby Bazini n’hésite pas à admettre que ces derniers mois ont été très mouvementés, avec de nouvelles chansons s’ajoutant à celles composées au tout début. Il a aussi dû apprendre à surmonter sa timidité afin de s’ouvrir à un nouveau public. Cela lui sera utile en vue de son apparition éminente à Taratata, une émission française de variétés, ainsi qu’à Belle et Bum, respectivement les 18 et 20 mars prochains. N’ayant jamais visité l’Europe, le musicien appréhende avec plaisir ce voyage, espérant y trouver une source d’inspiration pour un prochain album.

Lorsqu’on lui demande s’il compte faire carrière longtemps, Bobby Bazini répond qu’il a toujours fait de la musique et en fera toujours.

Une interview de Anne-Gabrielle Pineault et Marie-Andrée Champoux

http://www.myspace.com/bobbybazini

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon