La reine du fado au Festival Montréal en Lumières

Catégories:

Mísia. Au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts
Le 2 mars 2007, à 20 h. La reine du fado urbain sera à Montréal, en spectacle dans le cadre du Festival Montréal en Lumières. Une occasion unique de venir voir et entendre cette artiste exceptionnelle, qui présente son album Drama Box, en vente ici chez tous les bons disquaires depuis le 24 octobre dernier.

Mísia touche droit au cœur avec sa voix fabuleuse, et sa façon unique d’interpréter le blues portugais. Avec Drama box, elle renoue avec ses origines multiples et son fado côtoie le tango argentin, le boléro mexicain, Fanny Ardant, Maria de Medeiros et le prix Nobel José Samarago.
Mísia est récipiendaire du prix de l’Académie Charles Cros; est distribuée dans 62 pays; a plus de 250 000 albums vendus dans le monde; a figuré dans Billboard; a triomphé sur les scènes de l’Olympia de Paris, de la Philharmonie de Berlin, du Piccolo Teatro de Milan, du Town Hall de New York, du Cocoon Theater de Tokyo…

Dans le cadre de Festival Montréal en Lumière
Le 2 mars 2006, à 20 h
Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts (175, rue Sainte-Catherine Ouest)

Achats de billets : (514) 842-2112, (514) 790-1245, (514) 982-6038 www.billetterie.pda.ca www.montrealenlumiere.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Commentaires

Misia

Dans une entrevue à la télévision portugaise Misia a déclaré que le terme reine du Fado ne s'applique pas à elle et que celà n'existe pas. Elle se dit une artiste qui évolue dans la périphérie du Fado et qui en étend l'aire d'influence et qui veut le généraliser.

Il faut donc conseiller à tous d'éviter de de répéter des expressions populaires que l'on entend partout ici et là et de générer ainsi des illusions et des malentendus au sujet du fado.

Misia est une excellente artiste, fort originale et véritablement créatrice. Elle transporte dans ses bagages une culture véritable que le fado permet d,exprimer.

Il y a peu de culture au quebec a part les jurons et les bassesses de ce genre. Nous devons donc emprunter un peu de tout le monde.

Vive le Fado, vive misia e tvive le Portugal

Ajouter un commentaire