La pièce « La Fête Sauvage » en vedette à Montréal

Catégories:

Deux ans après Betty à la plage, le Théâtre de la Banquette arrière revient à La Licorne avec La fête sauvage de Mathieu Gosselin du 12 septembre au 7 octobre 2006. Sous la direction de Claude Poissant, sont réunis sur scène Amélie Bonenfant, Sophie Cadieux, Sébastien Dodge, Rose-Maïté Erkoreka, Renaud Lacelle-Bourdon, Anne-Marie Levasseur et Simon Rousseau.

La fête sauvage ressemble à un instant volé, un dimanche d’automne dans une petite route de campagne. Un dimanche qui doit être extraordinaire, un dimanche de fête. C’est l’anniversaire de Martine, en fait, qui a choisi cette journée pour enterrer les cendres de son amoureux. Frank s’est suicidé et son départ a causé un vide immense autour de lui, un trou que ses proches essaient de combler chacun à sa façon. Ballons, guirlandes, chapeaux, enfants qui courent; une vraie fête s’organise avec tout ce qu’elle contient de charge libératrice. À la fois enracinée dans la terre, planante comme un vol d’outardes et itinérante comme la mélancolie, La fête sauvage nous renvoie à l’essence même du bonheur.

Dans une langue crue où l’humour persiste et côtoie le tragique, l’auteur Mathieu Gosselin évoque la disparition, la filiation au sein d’une petite collectivité et la résilience qui en émane. Mais il nous raconte d’abord une histoire d’amitié où toutes les sensibilités semblent s’exprimer pour la première fois au sein d’un clan. Après avoir écrit deux textes pour le Festival du Jamais lu (La fin du toit et Novembres) et participé à l’écriture et la conception de Persée avec le Théâtre de la Pire Espèce, Mathieu Gosselin signe ici sa première création professionnelle en solo.

Artiste formé au Conservatoire d’art dramatique en 2001 – comme tous les comédiens de La fête sauvage –, il a interprété des personnages colorés au théâtre, notamment Casanova dans Venise-en-Québec d’Olivier Choinière et M. Vanislaw (l’exhibitionniste) dans Betty à la plage de Christopher Durang. Depuis quelques années, il présente en tournée au Québec et en Europe les spectacles Ubu sur la table et Romances et karaoké, productions respectives de la Pire Espèce et du Théâtre Le Clou. Reconnu et applaudi pour son travail de création entre autres avec le Théâtre PàP, Claude Poissant, assisté de Karine Lapierre, dirige cette troisième production du Théâtre de la Banquette arrière. Il s’est entouré de concepteurs d’expérience tels que Marc Senécal aux costumes, qui s’associe avec la compagnie depuis ses débuts, et Martin Labrecque aux éclairages; mais aussi de nouveaux collaborateurs comme Mathieu Giguère à la scénographie et Éric Goulet (alias Monsieur Mono) qui signe sa première conception musicale pour le théâtre.

Fondé en 2001, le Théâtre de la Banquette arrière, dont la direction artistique est conjointement assumée par Sophie Cadieux et Éric Paulhus, a d’abord produit Les femmes de bonne humeur de Goldoni, sous la direction de Serge Denoncourt, à la Salle Fred-Barry en 2002 avant de monter Betty à la plage de Christopher Durang au Théâtre La Licorne en 2004, dans une mise en scène de Patrice Dubois, production nommée à titre de « Production Montréal » à la dernière Soirée des Masques. Avec La fête sauvage, la compagnie poursuit son mandat de faire découvrir des textes où la subversion côtoie le plaisir dans le but de bousculer et de faire réfléchir. La fête sauvage Du 12 septembre au 7 octobre 2006 au Théâtre La Licorne Réservations : 514.523.2246

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire