La nouvelle vie des JO

Image

https://www.flickr.com/photos/koreanet/12690396733/

À moins d’un an de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver 2018 qui se tiendront à Pyeongchang en Corée du Sud, les athlètes canadiens affichent une belle santé porteuse d’espoir. Mais sont-ils prêts pour les nouvelles épreuves qui seront inaugurées lors de ces Jeux ? Car la prochaine compétition, comme tous les quatre ans, est l’occasion de faire entrer dans le programme des disciplines inédites. Coup de projecteur sur ces nouveaux entrants mais aussi sur ceux qui ont été laissés de côté…

Les nouveautés des JO d’hiver

Les futurs spectateurs qui prendront place dans les stades flambants neufs de Corée, auront la chance d’assister à six nouvelles épreuves qui ont été choisies parmi tant d’autres, affirmant en substance un message : on veut du spectacle ! Ainsi, le snowboard, l’une des disciplines fétiches des JO d’hiver, va s’enrichir d’une nouvelle épreuve dont on imagine d’ores et déjà à quel point elle sera spectaculaire : le big air, du nom d’un immense tremplin de neige. Femmes et hommes pourront se disputer à coup de figures hautement acrobatiques, dans un match qui fera à coup sûr un carton à la télévision. Autre volonté de la commission exécutive du Comité International Olympique (CIO), celle de la parité : les nouveautés vont ainsi permettre « un nombre record d'événements féminins et mixtes et une participation record d'athlètes féminines ». La commission exécutive a notamment validé l’entrée au programme d’une épreuve mixte par équipe en ski alpin. Enfin, concernant une troisième discipline phare, le patinage, une épreuve de vitesse nommée mass-start sera créée pour femmes et hommes, sans oublier l’ajout d’une épreuve de curling double-mixte.

Les nouvelles disciplines des JO d’été

Concernant les Jeux Olympiques d’été qui se tiendront en 2020 à Tokyo, les sports présents passent de 28 à 33 avec des ajouts de disciplines dont on s’étonne au fond qu’elles ne soient pas déjà au programme. Ainsi, le surf, le baseball (et sa version féminine le softball), le skateboard, l’escalade et le karaté. Aux Jeux de Tokyo aussi, les choix ne sont pas faits à la légère et on assume sans complexe que ces sports ont été intégrés en raison de leur "forte capacité d'attraction" dans le monde mais spécifiquement au Japon. Les matchs de baseball, dont les nippons sont très friands, pourraient rapporter par exemple, selon les estimations des organisateurs, 50 millions de dollars de bénéfice rien qu’en recette de billetterie ! Aussi, la direction du CIO s’est félicitée d’un "moment clé dans la modernisation du programme olympique", affichant sa volonté de toucher une audience toujours plus large et plus jeune.

Les recalés qui entreront peut-être un jour au programme

Ces nouveaux sports élus ont été sélectionnés au détriment de nombreux postulants qui ont vu leur candidature rejetée. Les demandes affluent à chaque nouvelle ouverture de session car nombreuses sont les disciplines qui rêveraient de se voir consacrées aux JO. Et les critères à respecter sont en fait assez simples : elles doivent être affiliées à la fédération internationale et respecter la charte olympique. Ainsi de nombreuses pratiques pourraient être légitime à concourir, des échecs, reconnus comme un sport, au poker comme le soutient cet article de 888Poker . Car au fond, c’est la question même de ce qu’est un sport qui se pose et qui va, à coup sûr, faire chauffer les cerveaux des membres du CIO dans les prochaines années !