La 11e édition du World Press Photo arrive à Montréal

Catégories

Début de l'événement

Image

Tous les jours, du 31 août au 2 octobre, la 11e édition montréalaise du plus prestigieux concours annuel de photographie professionnelle au monde, le World Press Photo, présentera dans le Vieux-Montréal, au Marché Bonsecours, les 150 images lauréates de l’année en plus de quatre expositions complémentaires.

Deux invités sont à l’honneur : la réalisatrice et auteure Anaïs Barbeau-Lavalette, qui a eu carte blanche pour une exposition qu’elle consacre avec le photographe Guillaume Simoneau aux nouveaux arrivants syriens à Montréal, ainsi que le directeur photo de l’Agence France-Presse (AFP) et président du jury international de la présente édition du World Press Photo Francis Kohn, qui est présent à Montréal pour le lancement de cette exposition annuelle.

Comparable aux Oscars de la photo, le World Press Photo est la plus prestigieuse compétition de photographie professionnelle au monde. Réunis à Amsterdam en février dernier, les membres du jury ont décerné des premiers prixà 41 photographes de 21 pays, et ce, parmi les 83 000 images soumises par 5775 photojournalistes de 128 pays. L’événement emblématique de la rentrée culturelle montréalaise propose en images un parcours des grands événements de l’année, répartis dans 8 catégories. Des sujets comme les attentats de Paris, le séisme au Népal, la crise des réfugiés et les tensions au Moyen-Orient sont entre autres abordés dans ces photographies sélectionnées par un jury de 18 professionnels internationaux.

« L’édition montréalaise du World Press Photo est l’une des plus populaires parmi la centaine présentée partout dans le monde », souligne Matthieu Rytz, président de l’événement. « Cette relation privilégiée avec nos visiteurs témoigne de la curiosité, de l’ouverture et de l’engagement des Montréalais à l’égard de l’évolution de nos sociétés. Elle démontre également la pertinence de présenter une fenêtre sur le monde en privilégiant des contenus de qualité », ajoute-t-il.

La Photo de l’année du World Press Photo : Espoir d’une nouvelle vie

La Photo de l’année a été attribuée à l’Australien Warren Richardson. Intitulée Espoir d’une nouvelle vie, la photo lauréate, en noir et blanc, montre un homme tendant un bébé à travers une clôture de barbelés pour entrer en Hongrie depuis la Serbie.

Présence à Montréal de Francis Kohn, directeur photo de l’AFP et président du jury 2016

Présent pour inaugurer la 11e édition de l’événement montréalais, le président du jury du World Press Photo 2016, Francis Kohn, a ainsi commenté le choix de la photo gagnante : « Le jury a choisi cette image pour sa simplicité, sa puissance et sa symbolique. Nous croyons qu’elle contient presque toutes les composantes résumant la situation des réfugiés. À la fois sobre et intemporelle, elle décrit la réalité, mais de manière classique, au sens le plus noble du terme. Cette photo nous parle d’angoisse, de précarité et d’espoir. »

L’Espace Mezzanine présente quatre expositions supplémentaires

En complément au World Press Photo, quatre expositions satellites sont présentées dans l’Espace Mezzanine. Chacune témoigne de la formidable capacité mobilisatrice et créative de personnes qui posent chaque jour des gestes significatifs.

Je ne viens pas de l’espace

Une exposition inédite consacrée aux nouveaux arrivants syriens à Montréal

En juillet et août 2016, la réalisatrice et auteure Anaïs Barbeau-Lavalette, en compagnie du photographe Guillaume Simoneau, est allée à la rencontre de nouveaux arrivants syriens qui apprivoisent depuis quelques mois leur nouvelle vie au Canada, plus précisément à Montréal. Une invitation à découvrir les histoires de Nidal, de Rajaa, de George, d’Alaa, de Reeta, d’Ilona, d’Hamzah ou de Reem, tout comme celles des familles d’accueil qui ont redonné espoir à ces nouveaux arrivants.

« La mission et la portée du World Press Photo rejoignent plusieurs de mes préoccupations, c’est pourquoi je suis particulièrement heureuse de collaborer au contenu de cette édition dans une perspective à la fois complémentaire, locale et universelle », souligne celle qui, avec Guillaume Simoneau, signe cette exposition intitulée Je ne viens pas de l’espace. « Les nouveaux arrivants syriens sont des milliers à avoir rejoint le Québec au cours des derniers mois. Encore à vif, certains toujours craintifs de représailles, la plupart ont préféré ne pas être photographiés. Quatre familles syriennes, fraîchement arrivées, ont accepté de nous rencontrer, en compagnie de leurs premiers alliés au pays : des familles de Montréalais qui les parrainent et les accueillent dans un quotidien tout neuf. Nous avons voulu raconter l’après. Après la peur, après les bombes, après la route. Nous avons voulu raconter leurs premiers pas dans une lumière nouvelle », explique Anaïs Barbeau-Lavalette.

Produite par AnthropoGraphia, cette exposition est notamment rendue possible grâce au soutien de la Ville de Montréal, en lien avec ses orientations en matière d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants, en particulier face à la crise humanitaire en Syrie.

Oxfam-Québec aborde l’enjeu des paradis fiscaux

Dans l’Espace Mezzanine pour une quatrième année, Oxfam-Québec présente son exposition Regards qui traite des inégalités sociales et économiques internationales. Conçue et réalisée par l’équipe d’Oxfam-Québec, la mouture 2016 aborde la problématique et les répercussions des paradis fiscaux dans l’écosystème économique mondial, en lien avec sa campagne « À la recherche des milliards perdus ». Le photoreportage présente également des initiatives porteuses de changement et d’espoir. Mathieu-Étienne Gagnon (Bénin), Guillaume Internoscia (Haïti), Alexandre Morin-Laprise (Bolivie) et Simon Trépanier (Palestine) illustrent en photos le travail d’Oxfam auprès d’organisations locales œuvrant auprès des jeunes et des femmes.

ICI RDI : Quoi qu’il arrive

ICI RDI invite les visiteurs à découvrir le travail de ses correspondants à l’étranger, à travers leur propre regard. L’univers de ces équipes ainsi que leur volonté d’informer le public sont mis de l’avant tout au long du parcours. De la campagne électorale américaine au désert irakien, les visiteurs pourront voir d’un nouvel œil certains événements ayant marqué l’actualité internationale. Les journalistes partagent leurs impressions et racontent le contexte particulier ayant mené à leurs reportages. Cette exposition est réalisée par l’agence créative MASSIVart.

Le Festival du nouveau cinéma s’invite au World Press Photo Montréal

Dans la salle de projection de l’Espace Mezzanine, le Festival du nouveau cinéma propose des courts métrages issus de ses Cartes blanches. Chaque année, le FNC encourage six à huit cinéastes à s’exprimer librement dans un format court de quatre minutes maximum. Ces « cartes blanches » sont présentées durant le Festival, puis voyagent aux quatre coins de la planète. Le World Press Photo Montréal invite les visiteurs à découvrir une sélection de la programmation du FNC, des courts métrages signés Denis Côté, Anaïs Barbeau-Lavalette et André Turpin, Zacharias Kunuk, Maxime Giroux, Kaveh Nabatian, Bruce MacDonald et Chloé Robichaud.

Informations

31 août au 2 octobre 2016, Marché Bonsecours
325, rue de La Commune Est, Vieux-Montréal
En raison de travaux majeurs sur la rue Saint-Paul, les visiteurs sont invités à arriver directement par la rue de la Commune.

De 10 h à 22 h, du dimanche au mercredi
De 10 h à minuit, du jeudi au samedi