Kickback, premier film français en e-cinema

Catégories

Image

Le réalisateur Frank Phélizon et son équipe ont éveillé des curiosités lors du dernier Festival de Cannes où ils sont venus présenter Kickback , premier film français à sortir en e-cinema.

Le pitch : 50 millions ont été dérobés. Jackie (Lee Delong), psychiatre impulsive, va vous faire vivre une thérapie de choc pour les retrouver. Face à elle, des personnages aussi improbables que délirants vont l’entraîner au cœur de la suspicion et de la paranoïa sur fond de sexe, mensonge et corruption, sans compter les déceptions amoureuses de son ami Josépha (Vincent McDoom), un travesti en quête de prince charmant et de maternité.
Dans Kickback , il est question d’amour, de violence, de cruauté, d’argent, de religion, de conspiration, de passé, de présent… Franck Phélizon ouvre à travers son deuxième film, genre d’hybride policier-comédie, une fenêtre intéressante sur notre société et sa réalité. Il brosse une série de portraits pour des personnages atypiques et entiers, parfois brutaux aux psychologies complexes. «Par sa narration insolente, Kickback dérange ou choque, mais mon objectif est de mettre en évidence l’absurdité de nos comportements toujours plus vicieux et pervers, offrir un miroir dans lequel finalement, tout le monde peut reconnaître une part de soi et réfuter sa vraie nature animale.» explique le réalisateur.

Phélizon s’est notamment entouré du monteur Hervé de Luze pour mettre Kickback sur pied, récompensé trois fois aux César du cinéma français et nommé à l’Oscar du meilleur montage pour son travail sur le film de Roman Polanski Le Pianiste.

L’e-cinema, révolution culturelle?

Ne cherchez pas Kickback au cinéma, il n’y est pas. Mais sur http://kickback-lefilm.com/ oui, et pour 4,99€ (environ 7,5$). Ce long-métrage a rejoint les rangs de l’e-cinema, un format numérique proposé en vidéo à la demande exclusivement sur Internet. En bref, regarder des films inédits chez soi. Cette stratégie commerciale intervient comme une alternative pour une industrie qui souffre du repli de la fréquentation des salles au profit des plateformes streaming. Si Kickback est le premier film e-cinema en France, sa maison de production, UPL Films, est la troisième à intégrer ce mode de distribution. À la différence de la vidéo à la demande, le public a à faire avec des films produits pour le cinéma: moyens importants, casting, technique et campagne de promotion conséquente, tel a été le cas pour Kickback qui s’est affiché aux quatre coins de la France ainsi qu’à la radio. D’un point de vue technique, on évite les frais colossaux engendrés par la diffusion en salles. L’e-cinema choisi offre donc un risque financier également minimisé pour la production, tout en s’invitant directement chez le spectateur. Le futur du cinéma?