Jules César de Shakespeare revit… en terre autochtone au CNA d'Ottawa

Catégories:

Le Théâtre anglais du Centre national des Arts présente:

Death of a Chief
Jules César de William Shakespeare
Adaptation et mise en scène d’Yvette Nolan et Kennedy C. McKinnon
Coproduction du Théâtre anglais du CNA et du collectif Native Earth Performing Arts (Toronto)
Dans le cadre des célébrations marquant le 25e anniversaire du collectif Native Earth Performing Arts
Pour en savoir plus, faites défiler vers le bas…
Scénographie : CAMELLIA KOO
Éclairages : MICHELLE RAMSAY
Direction musicale : MICAH BARNES
Conception sonore : RICHARD LEE
Chorégraphie : MICHELLE OLSON
Réglage des combats : SIOBHAN RICHARDSON
Musiciens : WAYNE LAVALEE et DALE YIM

Distribution
(par ordre alphabétique)
Marcus Brutus KEITH BARKER
Calpurnius LORNE CARDINAL
Oracle WAAWAATE FOBISTER
Decius FALEN JOHNSON
Marcus Antonius JANI LAUZON
Portia CHERI MARACLE
Julius Caesar MONIQUE MOJICA
Cassius MICHELLE ST. JOHN
Casca/Octavius MICHAELA WASHBURN

Directeur de production : ANDRÉ DU TOIT
Régisseure : FIONA JONES
Régisseure adjointee : YVETTE MARTIN
Du 21 février au 1er mars 2008
Contribution volontaire, le lundi 18 février
Avant-premières le mardi 19 et le mercredi 20 février
Lever de rideau à 20 heures
Matinées les samedis 23 février et 1er mars à 14 heures
Hinterview : samedi 23 février à 13 heures, salle Panorama – oratrice invitée, Yvette Nolan
Répliques : mercredi 27 et jeudi 28 février
billets en vente à Ticketmaster au 613 755 1111 ou en ligne en cliquant sur le lien de Ticketmaster sur le site www.nac-cna.ca (des frais supplémentaires s'appliquent à tous les achats de billets par l'intermédiaire de Ticketmaster). Aucun frais supplémentaire ne s'applique aux billets achetés en personne à la Billetterie du CNA.

Ottawa – Première mondiale d’une coproduction du Théâtre anglais du Centre national des Arts et du collectif Native Earth Performing Arts (Toronto), Death of a Chief se penche sur les séquelles de la colonisation et sur l'impact de l'ambition et des luttes intestines qui frappe de plein fouet la communauté autochtone. Cette toute nouvelle adaptation du texte de Jules César, la pièce de Shakespeare, enclenche un processus qui vise à remodeler les hiérarchies politiques et à imposer aux dirigeants de notre société une plus stricte obligation de rendre des comptes à la population.

« Nous n'avons pas eu à faire beaucoup d'adaptation car la critique que fait Shakespeare de l'ambition et du pouvoir s'applique trop souvent à la politique autochtone, constate Yvette Nolan, codirectrice artistique et metteure en scène du Native Earth Performing Arts. Nous jouons avec la chronologie historique, nous comprimons un peu certaines scènes et nous incorporons des mots autochtones dans les textes prononcés par la foule (notamment des mots des langues kuna, haisla et ojibway) et, afin de mieux représenter nos peuples, nous avons inséré certaines activités auxquelles nous nous adonnons dans nos collectivités (par exemple le chant et la danse). D'autre part, l'esprit de César n'apparaît pas à Brutus simplement pour lui annoncer qu'il va mourir, mais pour lui donner un enseignement. »

« Ce texte est pertinent aujourd'hui parce que nous vivons ce genre de situations dans nos communautés. Il est dangereux de dire la vérité. Cette pièce a toujours été risquée, puisqu'elle traite de la politique et du pouvoir, mais quand on la resitue dans le monde d'aujourd'hui et que l'on ose dire des vérités que les gens ne veulent pas nécessairement entendre et encore moins reconnaître, on s'aperçoit que la pièce est très stimulante, très vivante et qu'elle soulève un véritable défi, ajoute Kennedy C. MacKinnon, directrice artistique de Shakespeare Link Canada qui a cosigné la mise en scène de la pièce. À mon avis, c'est ce que Shakespeare souhaitait. La pièce doit résonner et garder sa pertinence. Tant qu'à passer deux heures dans un théâtre, tâchons d'en profiter pour réfléchir, nous remettre en question et en sortir un peu plus éclairés. Si certains pensent encore que des comédiens autochtones ‘ n'ont pas leur place dans le théâtre de Shakespeare ’, il faut absolument qu'ils voient cette adaptation. »

Pour en savoir plus sur cette production, rendez-vous à www.nac-cna.ca/en/theatre et cliquez sur Death of a Chief. Visitez le site www.nativeearth.ca pour en savoir plus sur le collectif Native Earth Performing Arts et sur cette production.

Pour demander des entrevues, prière de communiquer avec :
Laura Denker, Communications Officer
National Arts CentreEnglish Theatre
613 947 7000 ext. 389;ldenker@nac-cna.ca

Laura Denker, agente de communication
Théâtre anglais du Centre national des Arts
613 947 7000 poste 389; ldenker@nac-cna

Monique Mojica. Photo: Nina Lee Aquino

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon