Jean Leloup, Ariane Moffatt et Lou Doillon participeront à l'exposition Leonard Cohen au MAC

Catégories

Début de l'événement

Image

À moins de 12 mois de l’ouverture de Leonard Cohen – Une brèche en toute chose / A Crack in Everything, le MAC a le plaisir de dévoiler le nom des premiers artistes qui prendront part à l’exposition en l’honneur de l’icône montréalaise. Jean Leloup, Ariane Moffatt et Lou Doillon feront ainsi partie des quelque 25 artistes de disciplines variées qui collaboreront à l’exposition présentée du 9 novembre 2017 au 1er avril 2018 et qui s’inscrit dans la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal.

Afin d’offrir une expérience participative, le Musée a invité plusieurs artistes locaux et internationaux à s’inspirer des thèmes récurrents dans l’œuvre de Leonard Cohen et à proposer une création inédite expressément conçue pour le projet. Jean Leloup, Ariane Moffatt et Lou Doillon offriront pour leur part une version revisitée d’une chanson de l’auteur, qui pourra être écoutée au MAC durant toute la durée de l’exposition.

« La mobilisation de tels artistes de haut calibre autour de Leonard Cohen démontre la pertinence de son œuvre et l’impact phénoménal du chanteur sur la communauté culturelle. Nous sommes ravis de pouvoir travailler avec des interprètes aussi réputés pour offrir aux visiteurs un voyage dans l’univers de ce poète exceptionnel », explique John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain de Montréal.

« C’est évidemment un honneur pour moi de pouvoir enregistrer une chanson de Leonard Cohen. À 20 ans, je faisais des portraits dans les rues pour gagner de quoi vivre, ce qui n’était pas de la tarte. Les années 80 étaient un peu vides... Après tous les vacarmes des remises en question, des projets sociaux à coups de porte-voix, les guerres continuaient, ainsi que le 9 à 5. Au café où j’allais prendre des breaks et prendre des cappuccinos, ils passaient en continu les disques de Cohen. Pris par ses mélodies étranges je restais immobile durant des heures à écouter sa voix qui, à l’époque, était nasillarde. Je me rappellerai toujours que malgré que ça n’avait rien de joyeux, ça avait un don bizarre de guérison, ça arrêtait le temps. Quelqu’un que je ne connaissais pas me parlait avec une guitare et m’offrait la poésie », partage Jean Leloup.

« J’ai toujours écouté l’œuvre de Leonard Cohen comme la voix d’un guide , j’oserais même dire d’une figure musicale paternelle, sans doute à cause de son timbre si rassurant. Il incarnait pour moi l’intégration d’une grande spiritualité dans ses créations et d’une humilité désarmante face à la montagne de travail à abattre pour atteindre la Beauté », confie de son côté Ariane Moffatt.

Selon Lou Doillon, Leonard Cohen représente « l'écriture de la bienveillance, la voix de l'humain, la musique de la terre. L'homme et ses failles, transcendé.»

« Cette exposition nous éblouira par les créations des artistes célébrant l’héritage de Cohen. Son génie transcendera les œuvres rendant hommage à l’immense artiste qu’il était, a affirmé Gilbert Rozon, commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal. Dynamiques et immersives, ces productions artistiques seront inspirantes, comme ce grand poète. »

Provenant autant du domaine des arts visuels que de la performance, de la musique, de l’écriture ou du cinéma, les quelque 25 créateurs qui participeront au projet proposeront aux visiteurs des œuvres originales spécifiquement commandées pour l’occasion qui seront présentées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs du Musée. L’exposition, dont les co-commissaires sont John Zeppetelli et Victor Shiffman, clôturera les festivités du 375e anniversaire de Montréal et réunira plusieurs artistes visuels de premier plan, dont les noms seront annoncés prochainement.

Bien qu’inhabituelle pour le MAC, cette exposition souligne les importantes réalisations littéraires et musicales de Leonard Cohen et son impact colossal entre autres sur la scène musicale. C’est donc en honneur à cette influence si marquante que le Musée a choisi de dévoiler en premier lieu la participation d’artistes musicaux québécois et internationaux.

« Dans le contexte récent de la mort de Leonard Cohen, notre exposition prend un sens nouveau. Elle devient un hommage à cette icône planétaire. Nous avons une grande responsabilité envers le public et l’approche adoptée par les artistes sera certainement teintée de cet état d’esprit afin de refléter tout le respect et la reconnaissance à l’égard de ce créateur d’ici », poursuit John Zeppetelli, directeur général et conservateur en chef du Musée d’art contemporain de Montréal.