Isabelle Hayeur présente son exposition tripartite (D)énoncer

Catégories

Début de l'événement

Image

La photographe et vidéaste Isabelle Hayeur présente (D)énoncer, une exposition tripartite se tenant à Longueuil, à Laval et à Sherbrooke.

L’artiste photographe est reconnue pour son œuvre explorant les enjeux politiques et sociaux liés à l’environnement. Sont ainsi montrés en images les chamboulements d’écosystèmes ainsi que les citoyens et les groupes activistes espérant le changement.

Les lieux où se déroule l’exposition

À Longueuil

Au centre d’exposition Plein sud, la série Underworlds aborde les conséquences désastreuses de l’industrialisation sur les océans; les photos qui ont été prises au cimetière de bateaux Staten sur la côte est américaine nous transportent à la fois dans un univers enveloppant et surnaturel, mais pointent du doigt les séquelles de l’exploitation pétrolière. L’exposition se tient du 12 septembre jusqu’au 7 novembre.

À Laval

À la salle Alfred-Pellan de la Maison des arts, des vidéos accompagnés de séries photographiques plongent le public dans des lieux pollués et désertés par l’homme. Zones urbaines et milieux ruraux en péril sont laissés à l’abandon et viennent compléter l’exposition des photographies de paysages aquatiques ayant tant muté qu’ils ne ressemblent plus à ce qu’ils étaient. L’exposition se tient du 13 septembre au 8 novembre.

À Sherbrooke

À la galerie Antoine-Sirois de l’Université de Sherbrooke, sont réunies la série Le Camp de la Rivière présentant une population vivant aux côtés d’une compagnie pétrolière en Gaspésie, la série Dépayser portant un regard critique sur l’hydroélectricité au Québec ainsi que la série Underworlds explorant les profondeurs marines pour montrer les ravages et la dégradation des plans d’eau (Québec et Oregon). L’exposition se tient du 28 octobre au 19 décembre.

« Une monographie de 360 pages sera publiée pour l’occasion, comprenant des textes de Mona Hakim, de Peggy Gale, d’Ann Thomas et d’Isabelle Hayeur ».

À propos de l’artiste

Reconnue pour ses photographies et ses vidéos expérimentales, Isabelle Hayeur porte un regard critique à la fois sur les problèmes sociaux et environnementaux liés à l’urbanisme. Ses œuvres ont fait le tour des musées notamment au Musée des beaux-arts du Canada, au Massachusetts Museum of Contemporary Arts, au Neuer Berliner Kunstverein, à la galerie Bruce Silverstein de New York et aux Rencontres internationales de la photographie à Arles. Hayeur a aussi visité des résidences d’artistes, dont la Rauschenberg Residency et l’International Studio & Curatorial Program. « Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques et privées. En 2015, elle a été finaliste au Scotiabank Photography Award et en 2019, elle a remporté le Prix du duc et de la duchesse d’York en photographie ».

Pour en savoir plus sur l’artiste : https://isabelle-hayeur.com