Intrus/Intruders : Vingt-quatre créateurs contemporains s’introduisent au Musée national des beaux-arts du Québec

Catégories:

Le Musée national des beaux-arts du Québec présente l’exposition d’art actuel Intrus/Intrude. Considérée comme le premier projet d’envergure de ce genre au Canada, l’exposition vise à introduire des œuvres récentes de 24 artistes du Québec dans les sept salles consacrées à la collection permanente du Musée (Québec, l’art d’une capitale coloniale / Tradition et modernité au Québec / Figuration et abstraction au Québec, 1940-1960 / Riopelle / Pellan / La collection d’art inuit Brousseau / « Je me souviens ». Quand l’art imagine l’histoire).

Appartenant à différentes disciplines, les œuvres introduites sont associées à un objet ancien, à un corpus d’œuvres historiques, à un propos ou encore à un élément du design. Dans chacune des salles d’exposition, elles génèrent une réflexion d’ensemble, singulière et différenciée qui est soutenue par des textes thématiques. La majorité de ces œuvres appartiennent à des créateurs ou à des collectionneurs, d’autres ont été puisées à même la collection permanente et la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée, et certaines autres furent créées ou adaptées spécialement pour l’occasion.

Une exposition présentée avec la collaboration de Rio Tinto Alcan.

Le thème de chacune des salles

Avec l’autre, avec les autres
Dans la salle d’exposition Québec, l’art d’une capitale coloniale et la rotonde
Dans une salle d’exposition consacrée à la naissance, l’évolution et l’éclatement d’une société coloniale, les œuvres traitent de l’idée de communauté; de l’individu, du couple, de la famille et des groupes réunis par un même intérêt.

Le temps d’avant, le temps devant
Dans la salle d’exposition Tradition et modernité au Québec
En abordant la notion de temps, qui fuit, nous rattrape, nous devance et jamais ne se fige, les œuvres favorisent une réflexion sur le souvenir et l’avenir – qui vont de pair dans cette salle d’exposition.

Infiniment visible et imperceptible
Dans la salle d’exposition iguration et abstraction au Québec, 1940-1960
Les œuvres invitent à un questionnement sur ce qui, dans la salle d’exposition et dans la vie en général, est considéré comme étant figuratif et abstrait, à travers notre rapport au corps et le regard scientifique.

L’Homme et l’oiseau
Dans la salle d’exposition Riopelle
En représentant et en évoquant des oiseaux qui sont mis en relation avec la figure humaine, les œuvres suscitent un dialogue sur l’absence et la mort avec L’Hommage à Rosa Luxemburg (1992), de Jean-Paul Riopelle.

De l’autre côté du miroir
Dans la salle d’exposition Pellan
Avec leurs miroirs, leurs caches et leurs apparats clinquants, les œuvres abordent le monde de l’imaginaire ainsi que le réel qui le sous-tend, rappelant ainsi l’univers esthétique d’Alfred Pellan.

Climats instables
Dans la salle d’exposition La collection d’art inuit Brousseau – Salle Hydro-Québec
L’équilibre fragile du territoire de l’Arctique canadien est souligné ici avec des œuvres qui, intégrant le questionnement et la transformation, rappellent visuellement les différents états de l’eau.

Dans l’ombre des héros
Dans la salle d’exposition « Je me souviens ». Quand l’art imagine l’histoire
En intégrant dans cette salle d’exposition des œuvres montrant un homme obèse et une femme, la part de fiction, de subjectivité et d’omissions liée à la représentation de l’histoire est mise de l’avant.

Les artistes invités

David Altmejd
Jean-Pierre Aubé
Alain Benoit
Patrick Bernatchez
Catherine Bolduc
Michel de Broin
Daniel Faubert
Karilee Fuglem
Massimo Guerrera
Adad Hannah
Bettina Hoffmann
Manon Labrecque
Rafael Lozano-Hemmer
Daniel Olson
Yannick Pouliot
Jocelyn Robert
Carlos et Jason Sanchez
Jana Sterbak
Catherine Sylvain
Annie Thibault
Ève K. Tremblay
Janet Werner
Catherine Widgery

Favoriser le dialogue entre l’art actuel et l’art historique
« En intégrant l’art actuel dans les salles dédiées à la collection permanente du Musée, nous avons voulu renforcer ce lien que nous n’avons de cesse de mettre en évidence : la création contemporaine aborde des problématiques qui nous touchent aujourd’hui comme les œuvres historiques l’ont fait hier; seules la forme et la teneur ont changé. L’art continue d’émouvoir, de questionner, de bousculer. » – Line Ouellet

« L’œuvre d’art actuel entre sans difficulté en dialogue avec les propositions conceptuelles et plastiques qui l’ont précédée. C’est ce rapprochement qui nous intéresse ici, et nous en avons fait le principal défi de l’exposition Intrus/Intruders. Nous avons misé sur la capacité des œuvres récentes à entrer en relation avec l’art historique. Elles créent alors leur propre ancrage dans l’histoire et soulignent ce qui ne serait pas exclusif à d’autres époques. » – Mélanie Boucher

Le catalogue
Abondamment illustré, le catalogue de l’exposition proposera au lecteur une véritable expérience de visite grâce à une couverture photographique mettant en valeur les nombreux dialogues entre les « intrus » et les œuvres des salles permanentes. Cette section est rythmée par de courts textes sur les salles permanentes, signés par le conservateur responsable, et par des textes de la commissaire sur chacune des thématiques développées dans les salles. Des essais de Line Ouellet, directrice du projet, de Mélanie Boucher, commissaire, ainsi qu’un texte d’analyse d’Yves Bergeron et de Raymond Montpetit sur l’évaluation de l’ensemble du projet complètent la publication. Un CD inséré dans la couverture rendra disponibles toutes les données de l’évaluation réalisée auprès des organisateurs, du public et de la presse. La publication sera disponible à la fin du mois de juin à la Boutique du Musée et dans de nombreuses librairies au coût de 34,95 $.

En marge de l’exposition
Visite commentée : en compagnie de la commissaire Mélanie Boucher, le mercredi 28 mai, à 19 h 30. Gratuit // Présence en salle : un guide-animateur est disponible pour répondre aux questions des visiteurs pendant leur visite, en juin, juillet et août, tous les jours, en continu de 13 h à 16 h // Visites guidées : les mercredis, samedis et dimanches, du 30 avril au 7 juin, à 13 h 30 et 15 h. Gratuit // Création collective en compagnie d’un artiste : en continu, de 13 h à 16 h. 7 juin : Catherine Sylvain;
5 et 6 juillet : Manon Labrecque; 2 et 3 août : Daniel Faubert; 6 et 7 septembre : Massimo Guerrera. Laissez-passer disponible le jour même à la billetterie.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon