Inferno prend le contrôle du Diamant... et de son public

Catégories

Début de l'événement

Image

Inferno prend le contrôle du Diamant... et de son public

En prémisse à sa programmation printemps 2020 et en exclusivité à Québec, Le Diamant présentera du 8 au 10 avril la très acclamée performance robotique Inferno de Louis-Philippe Demers et Bill Vorn. Pour l'occasion, la Salle Hydro-Québec transformera en immense studio, les rangées de sièges dissimulées dans les murs, devenant alors une immense boîte noire propice à l’atmosphère techno et expérimentale, mais aussi ludique, de Inferno.

Exosquelettes et «manipulation» robotisée

Au cours de la performance interactive d'une heure où une musique électronique rythmera la soirée, le public assistera au contrôle des machines sur les corps humains. Il en deviendra même une partie active alors que plusieurs d'entre-eux pourront se doter, au centre de la salle, d’un des vingt-quatre exosquelettes de 12 kg opérés à distance dans une chorégraphie inédite chaque soir. Chaque participant pourra bouger les jambes et les pieds, mais tout le haut du corps sera sous l'emprise de la machine… contrôlée par Demers et Vorn. Si certains seront libres de se déplacer, d'autres seront dans une position de soumission imposée par ces structures robotiques. Contraints d'agir et de réagir aux rythmes de la musique électroacoustique et des lumières stroboscopiques, ils seront portés par l'énergie du public autour d’eux, observant, dansant ou simplement s’interrogeant à cette «manipulation» robotisée si proche de la science-fiction...

Une préparation minutieuse

Plusieurs centaines de personnes pourront assister à la performance chaque soir, mais seulement une cinquantaine pourront opter de se glisser dans les machines pour une durée d'au plus 30 minutes. Un protocole clair est d'ailleurs obligatoire : arriver 40 minutes avant le début du spectacle, suivre une courte formation, signer une décharge et porter la combinaison de protection, avant de se glisser dans l'exosquelette devant le public. Pour ces derniers, l’expérience est tout aussi multisensorielle alors que, dans une ambiance électronique, ils seront témoins du contrôle des machines sur les humains, observant passivement ou dansant sur la musique électroacoustique composée par les deux concepteurs.

Les concepteurs Louis-Philippe Demers et Bill Vorn

Louis-Philippe Demers réalise des installations et des performances d'envergure. Il a participé à plus de soixante-dix productions artistiques et scéniques et a construit plus de 375 machines. Ses œuvres ont été présentées dans des lieux majeurs tels que le Théâtre de la Ville, Lille 2004, Expo 1992 et 2000, Sonambiente, ISEA, Siggraph et Sonar. Il a reçu six mentions et une distinction à Ars Electronica, le premier prix de Vida 2.0, des mentions à Vida 12.0 et 15.0, deux recommandations du jury au Japan Media Arts Festival, le prix Interactive pour Lightforms 98 et six prix dont deux Helpmann Awards. Louis-Philippe Demers est titulaire d'un doctorat en robotique de l'Université de Plymouth et est maintenant professeur d'innovation créative et directeur du Creative Lab à la Queensland University of Technology en Australie.

Basé à Montréal, Bill Vorn est un artiste de l’automation œuvrant sur la scène internationale des arts électroniques depuis plus d'une quinzaine d’années. Ses projets d'installation et de performance utilisent la robotique, le contrôle de mouvement, le son, la lumière, la vidéo et les processus cybernétiques. Il poursuit ses recherches sur la Vie Artificielle à travers une démarche artistique basée sur «l'esthétique des comportements artificiels». Titulaire d'un doctorat en communication de l'UQAM (Montréal) pour sa thèse sur la «Vie Artificielle comme média», il enseigne les arts électroniques au sein du département d'arts plastiques de l'université Concordia (programme Intermedia/Cyberarts) où il détient le poste de professeur titulaire.

Une pièce acclamée à travers le monde

Créée en 2015, Inferno a fait le tour du monde et des plus grands festivals de musique électronique. Après s’être déployée au Festival Elektra Montréal ou à l’Usine C, la performance robotique Inferno était en février dernier à Berlin au CTM 2020 Festival for Adventurous Music and Art, dédiée entre autres aux arts numériques.

Événement : Inferno de Louis-Philippe Demers et Bill Vorn
Dates : 8, 9 et 10 avril, à 20 h 30, au Diamant
Durée : 60 minutes
Billets : 27 $ (admission générale) et 36 $ (exosquelette)
En vente à compter du jeudi 20 février sur https://www.lediamant.ca