Grand Rire : John Malkovitch à Québec pour un soir

Catégories:

L’acteur et producteur américain John Malkovitch a fait irruption hier à Québec afin de présenter aux médias «The Infernal Comedy – Confession of a Serial Killer», une pièce de théâtre éclectique où se côtoient la musique, le drame, la comédie et l’opéra. Écrite et mise en scène par Michael Sturminger, cette comédie noire, où le spectateur est appelé à suivre les pas d’un tueur en série charismatique, est présentée à la salle Albert Rousseau, pour un soir seulement (14 juin), dans le cadre du Grand Rire de Québec.

Au 23e étage du Hilton, dans un petit salon exécutif aménagé pour le point de presse, quelques journalistes de Québec attendaient fébrilement l’acteur américain deux fois sélectionné aux Oscars pour Les Saisons du Cœur (1985) et Dans la ligne de mire (1994). C’est un John Malkovitch visiblement fatigué qui est apparu devant les médias réunis pour cette visite inaccoutumée. Arrivé de Toronto à 15 h, l’acteur au visage drolatique et à la voix nasillarde ne pourra profiter du voyage, lui qui est actuellement enseveli sous les combles de mille projets. Toutefois, il sera généreux de son temps et, de surcroit, répondra aux questions des journalistes exclusivement dans la langue de Molière, à la surprise de tous.

Celui qui ne considère pas mériter ses rôles, comme il le rétorquera humblement : « on m’offre les plus beaux rôles, je ne sais pas si je les mérite », estime que « le jeu d’un acteur au théâtre est comme celui de Brice de Nice qui joue la vague ». Bien sur, ici, John Malkovitch fait référence à ce film de James Huth, sorti en 2005, où Jean Dujardin incarne un pseudo-surfeur qui se contente d’imaginer les vagues improbables de la ville de Nice, qui borde la méditerranée, plutôt que des surfer réellement. La comparaison fait rire, surtout lorsque Malkovitch imite le surfeur qui cherche la vague…

À la suite des rôles dans «Being John Malkovitch», «Colour me Kubrick» et, maintenant, «The Infernal Comedy – Confession of a Serial Killer» à quoi peut-on s’attendre de John Malkotich dans le futur! L’acteur nous répliquera : « j’incarnerai prochainement au théâtre Casanova, sinon, j’aimerais produire, mon bureau est plein de projets qui attendent à être étudiés». D’ailleurs, plutôt durant le point de presse, Malkovitch laissait savoir qu’il travaillait présentement sur le projet d’un film français nommé «Happy Hours» qui pourrait être tourné au Québec, seulement, le financement n’est pas encore entièrement bouclé.

À propos de «Confession of a Serial Killer», on doit s’attendre à quelque chose qui sort des sentiers battus. Du drame et de la comédie noire viendront pimenter cette pièce hors du commun où se côtoient le théâtre et l’opéra. Accompagné de deux sopranos et de l’orchestre de l’Académie de musique de Vienne, John Malkovitch nous présentera cette production unique et déjantée pour un soir seulement, à la salle Albert Rouseau. Quelques billets sont encore disponibles.

Pour plus d’informations : www.grandrire.com

Michaël Lachance, collaborateur à Québec pour patwhite.com lachance.michael@videotron.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon