Get a Revolver, une oeuvre poignante et lumineuse sur la démence

Catégories

Début de l'événement

Image

Réputée en Europe, en Asie et au Moyen-Orient pour l’intelligence et la sensibilité de ses œuvres, la chorégraphe-metteure en scène Helena Waldmann arrive enfin en Amérique du Nord à l’invitation de Danse Danse et de la Place des Arts. "Dans Get a Revolver", l’artiste berlinoise se livre à une exploration audacieuse et bouleversante de la démence dans ce qu’elle a de terrible et de libérateur. Jouant avec la théâtralité et divers styles de danse, elle nous fait traverser toute une gamme d’émotions dans ce brillant solo interprété par la stupéfiante Brit Rodemund qui a reçu le titre de « Danseuse de l’année » en 2011 par le prestigieux magazine allemand tanz. On en ressort avec un regard transformé sur la maladie mentale.

« Helena Waldmann parvient à rendre les moments d’absence mentale tangibles à travers le mouvement, la danseuse oscillant entre une mise en scène esthétique d’elle-même et la perte de dignité. » (Westfälische Nachrichten, Allemagne)

Durant les 8 années où elle a accompagné son père s’enfonçant progressivement dans la démence, Helena Waldmann a mesuré le caractère tragique de cette maladie, avec la perte de repères et la détresse qui en découle, mais elle en a aussi découvert des aspects lumineux. Elle a notamment aimé la façon dont la communication se densifiait, passant principalement par le regard et le toucher, et la liberté gagnée grâce à l’inhibition des règles de la vie en société. C’est ce qui l’a inspirée pour cette œuvre, créée peu après le décès de son père. Dans une bande son mélangeant musique et voix hors champ, elle évoque des souvenirs du disparu et d’autres pensionnaires du foyer où il vivait tout en diffusant des discours scientifiques sur la folie. Sur le plateau, une danseuse classique vieillissante reprend des fragments d’œuvres qu’elle a interprétées par le passé, en perd parfois le fil, trouvant une liberté dans une forme de dédoublement de la personnalité et dans l’oubli de ce qui fut appris et modela son corps. Une œuvre qui pose un regard mélancolique et doux sur la maladie et fait figure de plaidoyer contre la rigidité des structures, des codes de conduite et des trajectoires qu’on s’impose parfois à soi-même.

Helena Waldmann

Née en 1962, cette chorégraphe, scénographe et metteure en scène berlinoise a l’art de mettre le doigt sur des problèmes sociaux dans des spectacles d’art total qui débordent le cadre de la danse-théâtre. Dans les années 90, elle a travaillé sous la direction de maîtres comme Heiner Müller, George Tabori et Gerhard Bohner. Depuis, elle a créé une trentaine d’œuvres coproduites par des théâtres et festivals allemands et étran-gers. Récompensé par de nombreux prix, son travail a tourné en Europe, en Amérique du Sud, en Inde, en Iran, en Afghanistan, en Égypte, en Palestine, au Kenya, en Corée et au Vietnam.
Conférencière et pédagogue, elle s’est inspirée de ses voyages dans des œuvres comme Letters from Tentland, produite à Téhéran pour 6 Iraniennes; Return to Sender, sur la politique d’immigration euro-péenne avec 6 Iraniennes exilées; et Feierabend! – Das Gegengift, délirant et anarchique antidote à la dictature de notre méritocratie moderne. Dans son captivant BurkaBondage, elle présente le voile musulman et le bondage japonais dans un rapport oscillant entre entrave et protection. Après Get a Revolver (2010), elle a créé le détonnant quatuor Happy Piece (2011).

Brit Rodemund

Brit Rodemund a étudié à Berlin où elle est née. Soliste au Deutsche Staatsoper jusqu’en 1995, elle s’est ensuite jointe à l’Aalto Ballett Theater d’Essen et au Ballett Nürnberg. Détentrice de trois prix d’inter-prétation, elle a notamment dansé des œuvres de Rudolf Noureev, George Balanchine, Nacho Duato, William Forsythe. Depuis 2000, elle travaille comme artiste indépendante avec, entre autres, Marco Santi, Christian Spuck, Katja Wachter, Christoph Winkler, Nina Kurzeja et Dansity Amsterdam. Le jury de critiques du magazine allemand tanz l’a proclamée « Danseuse de l’année » en 2011 pour sa prestation dans Get a Revolver, un prix recherché qu’avait remporté en 2010 Carol Prieur pour son interprétation dans LE NOMBRE D’OR (LIVE) de Marie Chouinard.

Concept, direction et chorégraphie - Helena Waldmann
Interprétation - Brit Rodemund
Dramaturgie - Dunja Funke
Musique - Gustav Mahler,Johann Strauss, Zeitkratzer, Nat King Cole
Lumières - Herbert Cybulska
Costumes Mari Krautschick
Assistant chorégraphique - Tim Plegge

Get a Revolver est une production d’Helena Waldmann et de Ecotopia Danse Productions en coproduction avec Dance 2010, Festspiele Ludwigshafen im Theater im Pfalzbau, Forum Freieis Theater Düsseldorf, Théâtre de la Ville de Luxembourg, Hellerau- Europäisches Zentrum der Künste Dresden, O Espaço do Tempo Montemor-O-Novo.

Rendez-vous sur le site de Danse Danse pour des renseignements supplémentaires sur les œuvres et les compagnies : extraits vidéo, entrevues, photos, crédits complets des œuvres et autres hyperliens pertinents.

www.dansedanse.ca

Get a Revolver est présentée à Montréal Du 11 Au 15 févrieR 2014.

Billets 33 $ (frais de service inclus, taxes en sus)

Billetterie de la Place des Arts 514 842.2112, 1 866 842.2112 nouveau : tarif jeunesse (30 ans et moins) 20 % de réduction. Certaines conditions s’appliquent.