Gamaka de Shantala Shivalingappa, les yeux de l’Inde!

Catégories

Début de l'événement

Image

Cette semaine, Montréal surprend les amateurs de danse avec trois compositions pour le moins singulières : Gamaka à la Cinquième Salle de la Place des Arts, In Between à l’Agora de la Danse et EESTI : Myths and Machines à l’Usine C pour Tangente. Ballotés entre l’Inde, le Japon et le Canada, les spectateurs n’ont qu’à bien se tenir. On vous parle de Gamaka à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

Rares sont les moments de danse où à travers une simple tenue, un regard profond et une musique traditionnelle, le spectateur parcourt des milliers de kilomètres pour vivre une excursion typique en Inde. Le Bollywood y est pour quelque chose, avec ses chorégraphies de groupe et ses chansons d’amour lancinantes qui donnent parfois un aspect dénaturé de la réalité du pays.

Pourtant, quand on parle de Shantala Shivalingappa, danseuse et chorégraphe indienne, on est quasiment sûr de retomber dans un univers lointain où la musique et le corps expriment une même pensée. Elle a travaillé avec Pina Bausch, Maurice Béjart et Peter Brook. Ses compositions ont été adulées par les critiques des quatre coins du monde. Et cette fois-ci, elle est à Montréal pour sa création Gamaka, présentée à la Cinquième Salle de la Place des Arts pour la programmation de Danse Danse.

Sur scène, elle est accompagnée de quatre musiciens et chanteurs avec leurs instruments et leurs tenues traditionnelles. Deux statuettes hindoues entourées de bougies font office de décor. L’artiste apparait tour à tour vêtue d’étoffes brodées dont les couleurs se mélangent aux fils d’or et dont les pas résonnent aux sons des clochettes accrochées à ses pieds.

Pour cette première représentation, Shantala Shivalingappa nous invite à découvrir un programme classique à travers la danse indienne kuchipudi, danse originaire du même village d’Inde et à connotation religieuse. Accompagnant les prières et les passages instrumentaux et vocaux, le solo de l’interprète est irréel grâce à des mouvements fluides, précis et équilibrés. L’artiste dirige son corps comme bon lui semble, suivant à la lettre les sons prodigués par les instruments sur le bord de la scène. Au-delà de cette perfection dansée, le public ne peut quitter des yeux cette artiste dont le regard, souligné au Khol, exprime tour à tour l’amour, la tendresse, la surprise, la haine et la souffrance. Shantala Shivalingappa est une comédienne redoutable qui puise dans chacune des émotions jouées une gestuelle adéquate. Remarquable!

Le tout en vidéo :

Gamaka – Cinquième Salle de la Place des Arts – Jusqu’au 20 novembre

Plus de renseignements sur : http://www.dansedanse.net/DDA_1112/fr/shantala.php

Conception, direction artistique et interprétation Shantala Shivalingappa • Création lumières Nicolas Boudier • Régie Lumières Denis Chapellon • Création vidéo Alexandre Castres • Régie vidéo Baptiste Klein • Production Per Diem & Co / Pierre Barnier • Coproduction Théâtre de la Ville, Paris • Création au Théâtre de la Ville - Les Abbesses – Paris (2007) • I- Ibuki « Souffle Vital » • Chorégraphie et costume Ushio Amagatsu • Musique Yoichiro Yoshikawa • II- Solo. Chorégraphie créée lors d'une résidence au Tanztheater Wuppertal-Pina Bausch • Musique Ferran Savall • Costume Marion Cito • III- Shift. • Chorégraphie Shantala Shivalingappa • IV- Smarana • Chorégraphie Savitry Nair • Musique traditionnelle du Nord de l'Inde.

photo © C.P. Satyajit.