FTA – « Sous la peau, la nuit » : la femme – l’homme

Catégories

Début de l'événement

Image

Le retour tant attendu de la compagnie Le Carré des Lombes, dirigée d’une main de maitre par sa fondatrice et directrice artistique Danièle Desnoyers, est enfin sonné. Après deux années d’absence sur la scène montréalaise, les danseurs de la troupe marquent leur retour avec une nouvelle création intitulée « Sous la peau, la nuit », présentée jusqu’au lundi 4 juin à l’Usine C dans le cadre du Festival Transamériques.

Les trois femmes entrent en scène. Les trois hommes apparaissent par la suite. Les corps se mêlent, se chassent, se prennent, se jettent, le tout dans une sensualité éreintante et désarmante… Elles, avec des talons hauts faisant raisonner les planches de l’Usine C. Eux, virils jusqu’au bout des doigts. La chorégraphie, contemporaine à souhait, varie entre les solos, duos et danses de groupe où la coordination est de mise. Chaque artiste a sa propre gestuelle, sa façon d’extérioriser la sensualité, le désir, la passion. Et cette vision est retransmise dans une chorégraphie à la fois personnelle et commune, une sorte de chaos signé Danièle Desnoyers qui analyse notre société, plus particulièrement celle où l’ambigüité est de mise et cause le meilleur tout comme le pire.

Personnellement, j’ai trouvé les premières minutes de la création fascinantes. Le moment où les trois femmes rentrent sur scène à la manière de ladies des années 40 (il ne leur manque que les portes cigarettes), se déhanchent avec sensualité et grâce, tapant sur leurs cuisses au son de leurs talons hauts... Quel tableau! Puis, dès que les hommes apparaissent, l’originalité et le charme s’éteignent. Les pas de danse défilent mais dans ma tête, seule cette première vision reste. Comparée aux créations présentées en début de festival, la chorégraphie des couples qui se font et se défont est peu originale. Même si les danseurs sont talentueux, il manque ce brin de créativité qui fait la différence.

Finalement, j’aurais aimé que ces premières minutes s’éternisent.

Par contre, à voir le public se lever en fin de représentation, la création a plu!

Deux sons de cloche pour une dernière représentation ce soir, lundi 4 juin à 20 h à l'Usine C!

Plus de renseignements sur : http://fta.qc.ca/fr/spectacles/2012/sous-la-peau-la-nuit

Crédit photo : Luc Senecal