FTA 2012 – Sideways Rain – lorsque le sens de la vie et la danse-théâtre ne font qu’un!

Catégories

Début de l'événement

Image

Nombreux ont été les amateurs de danse à s’être réunis hier soir (jeudi 24 mai) au Théâtre Jean-Duceppe pour découvrir la première création présentée dans le cadre du Festival Transamériques (FTA).

Au programme, Sideways Rain de Guilherme Botelho, interprétée par les artistes de sa compagnie fondée en 1994, Alias.
Sideways Rain est un savoureux mélange de danse-théâtre joué par 14 danseurs et dont la chorégraphie reflète le sens de la vie, l’évolution, le rapport à soi et aux autres.

Visuellement, les danseurs traversent la scène dans un flot continu. L’impression qui en ressort est comparable aux différents fragments d’une pellicule de cinéma; une histoire coupée qui prend forme et habitue l’œil du public à cette procession ininterrompue.

Ils rampent, ils courent, ils tombent, se relèvent, s’observent, scrutent le monde qui les entoure dans un flot de vie qui les oblige à avancer, à évoluer. Une sorte de parallèle animal/humain, si bien représenté dans la gestuelle des danseurs. Les mouvements, initialement simples et primitifs, se complexifient au fil du temps. À l’origine de cette complexification, un des danseurs qui détonne par son comportement inhabituel, une nouvelle posture qui donne le ton aux autres artistes et qui pousse la chorégraphie à se renouveler continuellement.

Côté musique, les sons électriques et contemporains rythment chaque phase d’évolution des danseurs sur scène, tout comme le font les costumes qui changent régulièrement au cours de cette heure de représentation.

Deux moments prodigieux viennent compléter la chorégraphie de Guilherme Botelho. Le premier, lorsque l’un des danseurs s’arrête et que le public, habitué à observer un mouvement horizontal de gauche à droite, est pris dans un effet d’optique qui donne l’impression que le danseur recule. Le deuxième, lorsque les artistes accompagnent finalement leurs déplacements de fils masquant la scène. À force de déplacements, une véritable toile se forme, toile qui sert d’exécutoire final aux danseurs nus qui courent, libres et légers.

Les tableaux sont d’une grande qualité, tout comme la précision des mouvements et la synchronisation des danseurs sur scène.

Une révélation pour ce début de FTA 2012!

À voir jusqu’à ce soir (25 mai 2012), 20 h, au Théâtre Jean-Duceppe

Plus de renseignements sur : http://www.fta.qc.ca/fr/spectacles/2012/sideways-rain

Crédit photo : Jean-Yves Genoud