FME : Basia Bulat, Jesse Mac Cormack, Klaus, Jesuslesfilles...

L’alarme de feu qui se déclenche tout juste avant le début d’une prestation, du grabuge à la salle Paramount pendant le show Hip Hop, Kandle qui annule son spectacle, le monde des festivals comporte son lot d’imprévus. Comme on le dit si bien : « The show must go on ». Le spectacle continue...

Basia Bulat

Sa voix puissante ne laisse pas indifférent. Le folk de Basia Bulat aborde tout, entre la tristesse et la colère des coeurs brisés; on trouve aussi de la force et de l’espoir. Cette torontoise a adopté Montréal comme maison depuis quelques années, et a révélé vendredi dernier un niveau de français plutôt réussi. Arrivée sur scène seule, avec son piano et sa guitare, elle s’est adressée à l’auditoire en français. Mais ce qui aura le plus charmé le public, c’est certainement sa reprise de Ballade à Toronto de Jean Leloup.

Je m’attendais à entendre de son plus récent album Good Advice (2016) et, pourtant, Basia Bulat a préféré baptiser cette première fois en terre témiscabitibienne avec une visite de son plus vieux répertoire en passant par son album Tall tall Shadow(2013). C’est donc It can’t be you qui a ouvert le bal et Tall tall shadow qui a conclue. Alternant entre guitare et piano, l’auditoire a sans aucun doute été conquis.

Pour l’écouter : www.basiabulat.com

Jesse Mac Cormack

Celui-ci n’en est pas à son premier FME. Après trois EP oscillant entre blues, rock et folk, Jesse a annoncé de nouvelles chansons à venir. « Y a du monde à messe.» lance-t-il entre deux chansons. Ce qu’il faut savoir, c’est que l’Agora des arts est une ancienne église! Mais c’est à peu près tout ce que Jesse adressera au public. Entre ses chansons, quelques mercis et des promesses de nouveautés, mais c’est tout. Pour apprécier, il faut plonger dans l’intensité des chansons.

Pour l’écouter : http://www.jessemaccormack.com/

Klaus & Jesuslesfilles

C’est devant le garage que Klaus a fait résonner son rock galactique/expérimental sur la rue Murdoch du vieux Noranda. Formé de musiciens d’expérience, Klaus regroupe François Lafontaine (Karkwa, Galaxie), Samuel Joly (Marie-Pierre Arthur) et Joe Grass (Patrick Watson). L’album paraîtra très bientôt avec Simone Records, mais le band fait déjà couler de l’encre dans les médias. C’est à surveiller, nous dit-on.

À mon avis, difficile de ne pas être captivé par l’intensité de leur performance. Sans être inaccessible, la musique de Klaus surprend en sortant des normes. Les oreilles curieuses trouveront certainement leur compte.

Pour les écouter : http://www.simonerecords.net/decouvrez-klaus-nouveau-projet-de-joe-grass...

Jesuslesfilles (oui, en un mot.)

Il était 23h, Galaxie vient de terminer sur la scène extérieure quand la scène Lounge s’électrise par la formation punk-rock. Cette année, en mai dernier, ils sont revenus en force avec Daniel (2018), après 10 ans, 3 albums et un EP - on peut dire que c’est un retour en force je crois. Du bon rock (francophone en plus) qui fait danser, sauter et suer.

Pour écouter Daniel : https://jesuslesfilles.bandcamp.com/

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Instagram icon