FANTASIA révèle l'ensemble de la programmation de sa 18e édition

Catégories

Début de l'événement

Image

Le festival international de films Fantasia célèbrera sa dix-huitième édition du 17 juillet au 6 août et c’est le réalisateur Jean-François Rivard (SÉRIE NOIRE, LES INVINCIBLES) qui agira à titre de président d’honneur cette année. Au programme, quelques 400 films dont plus de 150 longs métrages (dont 125 présentés en première) et près de 250 courts (dont plus d’une centaine provenant du Québec). Le festival fête son retour à l’université Concordia et propose à son public toujours grandissant trois salles de projections : le théâtre Hall Concordia qui compte maintenant 700 nouveaux sièges, un nouvel écran et un nouveau système de projection à la fine pointe de la technologie, le théâtre DB Clarke offrant 380 places et la salle J.A. de Sève également fraichement rénovée avec 160 nouveaux sièges. Le festival sera aussi présent à la Cinémathèque Québécoise et au Musée McCord. De plus, Fantasia offrira des projections extérieures gratuites sur la scène Vidéotron de la Place des festivals et à la place de la Paix.

De l’ouverture à la clôture

L’édition 2014 s’ouvrira avec la première canadienne de JACKY AU ROYAUME DES FILLES, le 2e long métrage du bédéiste français Riad Sattouf (LES BEAUX GOSSES, César du meilleur premier film, 2010) et mettant en vedette Charlotte Gainsbourg. Dans cette comédie satirique se déroulant au Royaume de Bubunne, un pays totalitaire où les femmes règnent et les hommes sont à leur service, le jeune Jacky rêve d’épouser la Colonelle (Charlotte Gainsbourg), fille de la dirigeante du pays (Anémone). Sa quête le transformera en improbable Cendrillon moderne, mais en amour, on ne réfléchit pas, on fonce et parfois, on provoque des coups d’État! En clôture, c’est la première nord-américaine de l’attendu film polémique WELCOME TO NEW YORK de l’enfant terrible du cinéma américain Abel Ferrara (BAD LIEUTENANT), qui sera à Montréal pour l’occasion, qui mettra fin aux festivités. Film qui a fait scandale lors du dernier Festival de Cannes, cette œuvre percutante s’inspire directement de la récente affaire DSK qui, en 2011, a fait les manchettes du monde entier.

Coup d’œil sur la sélection internationale

Succès festivaliers, premières attendues et stimulantes découvertes occupent une place de choix dans la section internationale de Fantasia cette année. Une sélection de prestige qui regroupe les œuvres phares du cinéma de genre produit en 2014. Voici quelques-uns des titres à surveiller de près lors de cette édition : Un habitué de l’événement, le maître de l’animation Bill Plymtpon sera de retour avec la première canadienne de la délirante romance CHEATIN’; Présenté en première mondiale, THE RECONSTRUCTION OF WILLIAM ZERO de l’Américain Dan Bush (THE SIGNAL) propose une relecture saisissante et originale du thème classique du clonage; Le volcanique DEALER (première mondiale) du Français Jean-Luc Herbulot nous propulse à toute allure dans l’univers violent du traffic de drogues; THE ZERO THEOREM (première québécoise) du légendaire Terry Gilliam clôt satrilogie de science-fiction dystopique entamée avec BRAZIL et 12 MONKEYS; L’étoile montante de l’humour américain Aubrey Plaza surprend en interprétant une morte-vivante dans l’hilarant LIFE AFTER BETH (première canadienne) de Jeff Baena; Applaudi à South by Southwest, PREDESTINATION (première canadienne) des australiens Peter et Michael Spierig (UNDEAD) entraîne Ethan Hawke dans un trépidant récit de voyage dans le temps; Le récipiendaire du Prix du jury au dernier festival de Sundance KUMIKO THE TREASURE HUNTER des frères Zellner (première canadienne) s’inspire du FARGO des frères Coen et s’impose comme l’un des films les plus inclassables de l’année; Projeté tout juste après la Coupe du Monde, le diptyque GOAL OF THE DEAD (première nord-américaine), des français Benjamin Rocher et Thierry Poiraud, réussit l’improbable en fusionnant comédie sportive et sanguinolant film de zombie; Le vétéran John McNaughton (HENRY : PORTRAIT OF A SERIAL KILLER) marque son grand retour au cinéma avec la première internationale de THE HARVEST, un conte de fées sinistre mettant en vedette Michael Shannon, Samantha Morton et Peter Fonda; Après ANOTHER EARTH, Mike Cahill retrouve l’actrice Brit Marling et signe un nouvel opus de science-fiction cérébrale avec le magnifique I ORIGINS (première canadienne); Un vent de terreur emportera assurément le Théâtre Hall lors des projections de l’intense INTO THE STORM de Steven Quale et de ultra violent LET US PREY de l’Irlandais Brian O’Malley, le grand gagnant du récent Festival international du film fantastique de Bruxelles; Enfin, signalons la création cette année de la section Fantasia Underground, une section dédiée au cinéma indépendant et diaboliquement créatif.

La sélection asiatique dans tous ses états!

La programmation asiatique de la 18e édition du Festival Fantasia regroupe une soixantaine de premières provenant du Japon, de la Corée du Sud, d’Hong Kong, mais également de la Malaisie, de l’Indonésie, des Philippines, de l’Inde et du Brunéi Darussalam. Un éventail éclectique qui explore une multitude de genres tout en gardant la dimension festive et audacieuse propre à Fantasia. Plusieurs habitués du festival sont au rendez-vous. Parmi eux, le prolifique Takashi Miike fait un retour déjanté avec THE MOLE SONG – UNDERCOVER AGENT REIJI (première québécoise), l’adaptation du populaire manga de Noboru Takahashi; 10 ans après le culte SAVE THE GREEN PLANET, Jang Joon-hwan retourne enfin derrière la caméra avec HWAYI : A MONSTER BOY (première nord-américaine), l’étonnante histoire d’un enfant élevé par des gangsters; Avec REAL (première québécoise), Kiyoshi Kurosawa signe un conte onirique d’une grande beauté; Après GANGS OF WASSEYPUR, Anurag Kashyap explore les bas-fonds de la dépravation humaine avec le polar UGLY (première canadienne); L'un des favoris de Fantasia, le réalisateur Noboru Iguchi reviendra en personne charmer le public avec son humour unique lors de la représentation du suspense LIVE (première nord-américaine) et de la comédie d'horreur NUIGULUMAR Z (première canadienne) ;Ces géants du cinéma asiatique partageront l’écran avec certains des cinéastes les plus prometteurs de la relève : HAN GONG-JU (première canadienne) du Sud-Coréen Lee Su-jin, un premier film inoubliable ayant remporté de nombreux prix dans les festivals internationaux dont le fameux Tiger Award du dernier festival de Rotterdam; Avec ses incroyables performances d’acteur, KABISERA (première québécoise) d’Alfonso Torre III s’impose comme l’un des films de genre les plus puissants à émerger des Philippines; Comme toujours, la sélection japonaise impressionne avec, entre autres, l’attendu JU-ON : THE BEGINNING OF THE END (première internationale), le grand retour des terrifiants fantômes chevelus; Une autre suite prometteuse, l’hilarant THERMAE ROMAE II (première internationale), la seconde visite entre la Rome antique et le Japon contemporain de l’irrévérencieux Hideaki Takeuchi; Alors que Yoshihiro Nakamura se réapproprie les codes du film noir avec THE SNOW WHITE MURDER CASE (première québécoise), Mizuho Nishikubo émerveille avec le poétique film d’animation GIOVANNI’S ISLAND (première canadienne); La Corée du Sud est quant à elle représentée par un nombre record de longs métrages : Shin Dong-yeop revisite le drame devengeance avec le remarquable DAYS OF WRATH (première internationale), tout comme le fait le nouveau venu Jung Yeon-shik avec le sinistre thriller THE FIVES (première canadienne); Présenté en 3D, le simiesque MR GO de Kim Yong-hwa promet de faire tourner bien des têtes sous la forme d’une comédie sportive qui suit une équipe de baseball ayant comme joueur étoile un gigantesque gorille! Immense succès dans son pays natal, COLD EYES (première québécoise) de Kim Byung-seo est un thriller de haut calibre qui pose un regard innovateur sur la société de surveillance; Park Jae-hyun fusionne avec brio action, aventure et comédie médiévale avec THE HUNTRESSES (première internationale); Le vétéran Dante Lam (STOOL PIGEON) représente Hong Kong avec THAT DEMON WITHIN (première québécoise),un drame d’action sélectionné au dernier Festival de Berlin; Dans FROM VEGAS TO MACAU (première canadienne) de Wong Jing, le légendaire Chow Yun-Fat reprend son rôle emblématique de Kin, le maître du poker; Finalement, le cinéma du Brunéi fait une entrée fracassante à Fantasia avec YASMINE de la nouvelle venueSiti Kamaluddin. La réalisatrice sera d’ailleurs présente à Montréal, accompagnée de Chan Man Ching, chorégraphe des scènes d’action du film (ayant travaillé sur plusieurs production avec Jackie Chan) pour assister à la première nord-américaine de ce charmant récit initiatique.

La section Caméra Lucida célèbre en grand sa 5e édition

En 2010, Fantasia créait la section Camera Lucida, une section dédiée au cinéma de genre ludique et contemporain. Fier de son succès auprès du public et de la critique internationale, le volet, qui célèbre sa cinquième édition cette année, revient en force avec une programmation audacieuse. Douze longs métrages ont été sélectionnés pour représenter Camera Lucida cette année, chacun d’entre eux proposant une vision novatrice du film de genre. Fantasia est, ainsi, fier d’ouvrir la section avec l’un des films les plus attendus de l’année, BOYHOOD de Richard Linklater qui a remporté l’Ours d’argent au dernier Festival de Berlin; Il sera suivi de la première mondiale du poignant THE MAN IN THE ORANGE JACKET d’Aik Karapetian; Provenant de la Lettonie, cet angoissant slasher puise dans l’absurde afin de créer un indescriptible climat de terreur sourde; Ce film tétanisant sera présenté dans un programme double avec la relecture étonnante et imprévisible du thriller d’espionnage SEVENTH CODE (première canadienne) du grand favori de Fantasia Kiyoshi Kurosawa; Les spectateurs auront la chance de découvrir en première mondiale l’envoûtant THE MIDNIGHT SWIM de l’Américaine Sarah Adina Smith, une œuvre fantasmagorique qui aborde le sous-genre du found footage sous un angle révolutionnaire. Dans un tout autre registre, le démentiel JELLYFISH EYES (première canadienne) de Takashi Murakami, le génie derrière le mouvement Superflat, est un hommage coloré à la culture populaire du Japon. Sélectionné cette année à la Semaine de la critique de Cannes, le sublime et violent WHEN ANIMALS DREAM (première nord-américaine) du danois Jonas Alexander Amby utilise le mythe des loups-garous comme métaphore pour les épreuves liées à la puberté. Les amateurs de frissons ne voudront pas manquer la première nord-américaine de PUZZLE du japonais Eisuke Naito, saisissante adaptation expérimentale d’un roman de Yusuke Yamada (CHASING WORLD). Avec le sensible THE DESERT (première canadienne), l’argentin Christoph Behl revisite le film de morts-vivants, grâce à un huis clos, et y apporte une dimension intimiste et mélancolique. Camera Lucida rendra également hommage à la cinéaste américaine Josephine Decker en présentant, suite à leur passage à Berlin, ses deux plus récents longs métrages, les lascifs THOU WAST MILD AND LOVELY et BUTTER ON THE LATCH. Après POONGSAN en 2012, « l’école Kim-Ki Duk » revient avec RED FAMILY de Lee Ju-Hyoung, un percutant premier film scénarisé et produit par le réalisateur de Printemps, Été, Automne, Hiver.. et Printemps. La section se clôturera sous le signe de l’humour avec SUMMER OF BLOOD d’Onur Turkel, comédie vampirique indépendante qui a fait sensation lors du dernier Festival de Tribeca.

Une programmation explosive pour la section action!

Pour sa troisième édition, le volet Action! continue de faire découvrir aux festivaliers le cinéma d’action international. Le Japon, les États-Unis, la Corée du Sud, Hong Kong ainsi que l’Inde, la Malaisie et l’Indonésie seront représentés par 11 longs métrages captivants. C’est à KITE que revient l’honneur d’ouvrir la section cette année. Cette adaptation du controversé anime donne la vedette à Samuel L. Jackson et India Eisley (UNDERWORLD : AWAKENING). Le réalisateur Lee Jeong-beom (THE MAN FROM NOWHERE) confirme à nouveau son titre du roi sud-coréen de l’action avec la première canadienne de NO TEARS FOR THE DEAD. De Malaisie arrive la première internationale de l’haletant THE RUN d’Ahmad Idham, un film survolté aux scènes de combats incroyables. Avec ONCE UPON A TIME IN SHANGHAI (première canadienne), le réalisateur Wong Chin-po, venu de HongKong, opère un fracassant retour aux sources en rendant hommage à BOXER FROM SHANGTUNG, un classique des studios Shaw Brothers. Le vétéran Benny Chan (WHO AM I?) revient en force avec THE WHITE STORM (première canadienne), une œuvre monumentale qui conjugue drame et action. Enfin, le réalisateur japonais Keishi Otomo, et son producteur Hiroyoshi Koiwai seront à Montréal pour assister à la première internationale dela suite de RUROUNI KENSHIN qui a été présenté à Fantasia l'année dernière:RUROUNI KENSHIN – KYOTO INFERNO, le film de clôture de la section.

Documentaries from the edge, le documentaire à l’honneur au Festival Fantasia!

La section Documentaries from the Edge est de retour au Festival Fantasia pour sa 8e édition. Comme toujours, les sujets des documentaires retenus s’avèrent variés et inusités, allant de pasteurs pratiquant le combat libre au mystérieux monde des myxomycètes. Avec la première mondiale de BOLD & BRASH : FILMMAKING BOISVERT STYLE, l’incorrigible réalisateur Simon Boisvert, que certains considèrent comme le Ed Wood québécois, revient avec humour et nostalgie sur sa propre carrière; S’intéressant au parcours d’un artiste excentrique, le succès de Slamdance, KUNG FU ELLIOT des Canadiens Matthew Bauckman et Jaret Belliveau, dresse le portrait complexe et choquant d’un homme désillusionné prêt à tout pour devenir célèbre. Présenté en première mondiale, l’hallucinant THE CREEPING GARDEN, signé par l’historien du cinéma Jasper Sharp et Tim Grabham, mène une enquête approfondie sur les myxomycètes, organismes épatants qui fascinent depuis toujours un cercle grandissant de scientifiques, certainement l’un des films les plus curieux de Fantasia cette année. FIGHT CHURCH, ouvre avec humanisme le débat sur l’étonnante possibilité d’un dialogue entre la foi religieuse et les sports d’une violence troublante alors que les cinéastes oscarisés Daniel Junge et Bryan Storkle partent à la rencontre de quatre combattants prédicateurs adeptes de MMA (Arts Martiaux Mixtes); TO BE TAKEI de Jennifer M. Kroot et Bill Weber dépeint le parcours unique de George Takei, interprète de Sulu dans STAR TREK et la voix inspirante de millions d’hommes et de femmes de la communauté LGBT. De son côté, THE SEARCH FOR WENG WENG (première nord-américaine) relate la quête insensée du réalisateur australien Andrew Leavold, aux Philippines, qui s’est donné comme mission de retrouver Weng Weng, l’icône de la série B mesurant deux pieds et neuf pouces.

Une série d’événements immanquables

Les cinéastes Mamoru Oshii et Tobe Hooper recevront respectivement un prix couronnant l’ensemble de leurs carrières. Les deux cérémonies seront suivies de la projection d’une œuvre-phare de leurs filmographies. Hooper présentera la restauration 4k de son chef-d’œuvre MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE qui a récemment été projetéE à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Quant à Mamoru Oshii, il assistera à une présentation spéciale de la récente restauration HD de la copie télécinéma du film GHOST IN THE SHELL, monument de l’animation.

Aussi, Fantasia rendra hommage au cinéma Afro-Américain des années 70 avec la section Celluloid Soul qui se veut un ambitieux projet formé du DJ XL5’s BLAXPLOITATION ZAPPN’ PARTY, nouveau collage composé d’extraits de plus de 60 films de cette période et de la projection de quelques films à la Cinémathèque Québécoise. Cinq longs métrages, chacun témoignant d’un genre phare de cette période : SWEET SWEETBACK'S BAADASSSSS SONG (1971) de Melvin Van Pebbles, un manifeste politique à l’origine du genre; BOSS (1975) de Jack Arnold, un western révisionniste; DARKTOWN STRUTTERS de William Witney, une comédie musicale surréaliste; TOUGH (1974) de Horace Jackson, un remake urbain des 400 COUPS de François Truffaut; et le films d’arts martiaux NERFS D'ACIER, GANTS DE VELOURS, version française de BAMBOO GODS AND IRON MEN (1974) de Cesar Gallardo.

Le Festival célèbrera également le 100e anniversaire de IN THE LAND OF THE HEAD HUNTERS d’Edward S. Curtis avec la présentation d’une restauration numérique de ce premier long métrage entièrement joué par des membres des Premières nations. Le slasher canadien mettant en vedette Jamie Lee Curtis et Leslie Nielsen PROM NIGHT (1980) fera un retour remarqué avec la projection en première mondiale d’une restauration 2K produite par Synapse Films. Fantasia rendra également hommage au regretté Sir Run Run Shaw, le fondateur des studios Shaw Brothers, avec la projection en 35mm des rarissimes CURSE OF EVIL de Kuei Chih-Hung (1982) et DEMON OF THE LUTE de Tang Tak-Cheung (1983).

En outre, l’événement Fantasia à la belle étoile offrira des projections extérieures gratuites. Parmi celles-ci mentionnons MCLAREN À LA BELLE ÉTOILE (le samedi 12 juillet à 21h à la place de la Paix), présentation composée de 12 courts pour célébrer les 100 ans de ce maître de l’animation et PROJET M (le dimanche 13 juillet à 21h à la place de la Paix), célèbre websérie de science-fiction québécoise mise en scène par Éric Piccoli est de retour, mais cette fois déclinée en version long métrage.

Également en projections extérieures, deux événements cinématographiques et musicaux uniques en collaboration avec Juste pour rire soit : CÉSAR À LA BELLE ÉTOILE (présenté le lundi 14 juillet à 21h) qui célébre les 100 ans d’Olivier Guimond. Il s’agit d’une collection des meilleurs moments d’une série jeunesse tourné en 1959 dans laquelle Guimond rend hommage à ses idoles du cinéma des années 20, le tout remonté comme s’il s’agissait d’un film muet; et CHAPLIN À LA BELLE ÉTOILE (projeté le mercredi 23 juillet dès 21h ), souligne quand à lui les 100 ans de la première apparition de Charlie Chaplin à l’écran avec trois courts de Chaplin présentés sur écran géant (MAKING A LIVING/POUR GAGNER SA VIE, A DOG’S LIFE /UNE VIE DE CHIEN et IDLE CLASS/CHARLOT ET LE MASQUE DE FER.) Afin de recréer l’ère glorieuse du cinéma muet, Gabriel Thibaudeau, reconnu à travers le monde comme l’un des grands spécialistes de l’accompagnement du cinéma muet, improvisera une musique d’accompagnement au piano en direct.

Prix et Jury

Le Festival international de films Fantasia pourra compter sur un prestigieux jury pour décerner les différents prix de cette 18e édition. Provenant du milieu culturel et ayant une très grande expérience du milieu cinématographique, les membres des jurys seront appelés à évaluer les œuvres présentées dans les différentes compétitions du festival.

Jury Cheval Noir - Compétition longs métrages

MARK ADAMS (critique de cinéma) – Président du jury

Mark Adams est le critique en chef de la revue Screen International et est aussi critique de films pour The Sunday Mirror au Royaume-Uni.

Les autres membres du jury sont ANNE-MARIE GÉLINAS (productrice), NOAH SEGAN (acteur et producteur), Jasper Sharp (critique, auteur et cinéaste) et BRET WOOD (Auteur, cinéaste et producteur de disque).

Jury du Prix New Flesh - Compétition des premières œuvres

JAMES EMANUEL SHAPIRO (COO, Drafthouse Films) –Président du jury

James Emanuel Shapiro est le chef d’opération de Drafthouse Films depuis 2011. Fondée en 2010, Drafthouse Films est la branche distribution du cinéma Alamo Drafthouse, qui offre une sélection de films provocateurs, visionnaires et artistiquement inhabituels provenant de partout à travers le monde.

Les autres membres du jury sont JEFF BARNABY (cinéaste, auteur et musicien) et Charlie Reff (organisateur et programmateur de festival).

Jury des courts métrages internationaux

AARON HILLIS (Critique, programmateur et cinéaste) – Président du jury

Aaron Hillis a récemment été nommé par le Brooklyn Magazine parmi « Les 100 personnes les plus influentes de la culture de Brooklyn ». Critique de films, programmateur et cinéaste, il est aussi propriétaire de Video Free Brooklyn qui a remporté trois fois le titre de « Meilleur club vidéo de New York ».

Les autres membres du jury sont Élodie Dupont (coordonnatrice des festivals, The Festival Agency) et Donato Totaro (critique, auteur et enseignant).

Jury du Prix Satoshi Kon - Compétition animation

PIERRE GRENIER (Coordonnateur du département d’animation au Cégep du Vieux Montréal) – Président du jury

Oeuvrant dans le domaine de l’animation depuis plus de vingt ans, Pierre occupe actuellement la fonction de coordonnateur du département de cinéma d’animation au Cégep du Vieux Montréal.

Les autres membres du jury sont OBOM (cinéaste et bédéiste) et JANET PERLMAN (cinéaste).

PRIX AQCC 2014

Le prix sera décerné par Apolline Caron-Ottavi, Martin Gignac et Jean-Marie Lanlo.

PRIX SÉQUENCES

Le prix sera décerné par Pascal Grenier, Guillaume Potvin et Mathieu Séguin-Tétreault.

PRIX L’ÉCRAN FANTASTIQUE

Le prix sera décerné par Yves Rivard.

Infos Billetterie

Les billets pour le festival seront en vente dès le mardi 15 juillet à 13h à la billetterie du Théâtre Hall Concordia (1455, boul. de MaisonneuveOuest), sur le réseau Admission, ainsi que du 15 au 17 juillet à la billetterie de la Cinémathèque Québécoise (335, boul. de Maisonneuve Est). Les billets individuels seront en vente au coût de10 $ (taxes et frais inclus). Les lisières de 10 billets seront disponibles au coût de 90 $(taxes et frais inclus).

Pendant le festival, les billets peuvent être achetés à la billetterie du Théâtre Hall Concordia (1455, boul. de Maisonneuve Ouest) et sur le réseau Admission. Pour plus d’informations sur les heures d’ouverture, veuillez consulter le fantasiafestival.com.

Pour consulter la programmation complète, visitez le www.fantasiafestival.com.